Compte-rendu : Julie Pagis, Mai 68, Un pavé dans leur histoire

Ce compte-rendu de l’ouvrage de Julie Pagis a été rédigé par Laure Assayag, doctorante de la mention Études politiques.

***

Mai 68, un pavé dans leur histoire, est un ouvrage issu de la thèse de Julie Pagis, chargée de recherche au CNRS, affiliée au CERAPS-Lille (Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales). L’essai vient compléter les études déjà existantes sur les carrières militantes et la sociologie des générations, en interrogeant les incidences de ces évènements sur les trajectoires militantes des participants.

L’introduction permet à l’auteure de présenter sa méthodologie d’enquête de terrain, tout en présentant la motivation personnelle qui a motivé le choix de son sujet.
Fille de néoruraux reconvertis à la campagne après leur engagement militant dans Mai 68, Julie Pagis entre à la rue d’Ulm au département de biologie. Sa reconversion en sociologue et spécialiste de Mai 68 s’explique par la dissonance entre son appréciation personnelle et la représentation de cet évènement par les productions médiatiques, littéraires, scientifiques, qui lui semblent mobiliser des lieux communs réducteurs : les leaders de 68 sont érigés en héritiers légitimes, oblitérant les militants de base, la génération de Mai 68 est présentée comme opportuniste, et les suivantes apparaissent comme une cohorte d’enfants dépolitisés et sacrifiés.
Un rapide bilan historiographique lui permet de se distinguer à la fois des études sur le mouvement ouvrier[1] et sur les écrivains de Mai 68.[2] J. Pagis ne tente pas de proposer une  catégorie répondant au nom de « génération 68 », à l’instar  de H. Hamon et P. Rotman[3], mais part de « micro-unités de générations », dans la lignée du travail de Doug McAdam sur les militants noirs américains impliqués dans la lutte pour les droits civiques.[4] A l’encontre de la conception mécaniste de génération, prônée par K. Mannheim[5], l’auteure cherche à comprendre la pluralité des matrices de l’engagement.  La spécificité de l’ouvrage est de fonder la majeure partie de son appareil de preuve sur l’histoire orale.

La majeure partie de l’introduction est consacrée à l’épineuse question de la recherche de terrain et la sélection de l’échantillon. Son corpus a pour prérequis de ne pas se limiter aux parisiens et aux leaders, aux organisations politiques majeures. Elle choisit donc deux écoles primaires alternatives, lieux de la critique généralisée de la domination : l’école expérimentale de Vitruve dans le 20e parisien, et une école de province, l’école ouverte d’Ange-Guépin. Cette méthode permet au sociologue d’accéder à une foule plus grande d’anonymes et à une population hétérogène. Insistant sur l’investigation propre à sa recherche, elle se base sur le registre des anciens élèves et établit deux questionnaires (le premier pour les parents, le second pour les enfants). Pour obtenir les contacts, elle privilégie le bouche à oreille, les associations d’anciens élèves, les pages blanches. Elle précise avoir passé 3000 appels téléphoniques. Elle utilise un carnet de terrain pour retranscrire les conversations, qu’elle publie  en annexe. A l’issue de la  discussion téléphonique, elle envoie  un questionnaire par la poste.

L’explicitation de la démarche méthodologique est particulièrement stimulante et peut fournir une base de travail excellente pour n’importe quel étudiant confronté à l’enquête de terrain. L’auteure n’hésite pas à assumer le biais de l’enquête, et mettre en avant la réflexivité sur son positionnement social. Elle insiste sur l’implication personnelle, familiale, qui a présidé au choix de son sujet et influence nécessairement ses hypothèses de recherche. Cette approche lui permet de remettre en question la séparation entre objectivité du chercheur et subjectivité de l’individu.
L’histoire orale fait également émerger de nouvelles questions d’enquête, à l’instar des déterminants de l’engagement et le poids des socialisations familiales, étudiés au prisme des générations scolarisées dans des écoles alternatives.

Plusieurs éléments de sa démarche sont à retenir.
Respecter l’anonymat des interviewés lui  permet de recueillir  une  parole plus libre, différente  d’une vérité publique. Pourtant,  le respect de l’anonymat n’est pas sans poser de difficulté. Il contredit en effet la publicité de la preuve qui est au cœur du travail de l’historien.  L’engagement déontologique des parties doit, par conséquent, faire l’objet d’une clarification ; il convient de proposer à la fois l’anonymat mais aussi la publicité possible du témoignage.
Les différentes phases de la démarche (prospection – envoi de questionnaires – analyse) rendent l’entreprise  longue et minutieuse.  L’auteure se sert de précieux outils : le carnet de recherche, pour noter les réactions à chaud, et l’utilisation d’un logiciel de traitement quantitatif (SPAD), pour traiter un volume important de réponses de façon méthodique.  La réflexion de l’auteure sur la difficulté à comparer un corpus échantillon avec un corpus témoin est également intéressante.
Cependant  les  biais de l’analyse sont à questionner.  J. Pagis  souligne que les « empilements de strates interprétatives » (p. 31)  ne sont pas évidentes à démêler et à distinguer. Les limites de la mémoire et l’illusion biographique soulignée par Bourdieu rendent possibles les reconstructions a posteriori d’une histoire personnelle. Ces obstacles peuvent être partiellement neutralisés par le croisement de plusieurs points de vue au sein d’une même famille. D’autre part, le groupe social choisi induit un certain nombre d’atouts et de difficultés spécifiques : par exemple, dans le cas de l’’auteure, l’échantillon des militants a une nette propension à la réflexivité.
Est-il possible de construire une enquête à partir de l’unique matériau de l’histoire orale ? Cela semble difficile. Si les entretiens permettent de comprendre la construction du sens de l’engagement, ils induisent souvent une reconstruction lacunaire des chronologies, qu’il convient de recomposer à l’aide d’autres supports (journaux, tracts etc).
L’envoi de questionnaires par la poste, après un appel téléphonique, présente plusieurs difficultés : la personne interrogée a le temps de reconstruire par l’écriture, son expérience.  Si ces procédés peuvent être en eux-mêmes signifiants, le nombre conséquent de questions (240 au total) requiert un engagement personnel et un investissement en temps qui peut expliquer le nombre important de non-retours, malgré l’enveloppe jointe au questionnaire. Cette officialisation du travail d’enquête par un questionnaire directif ou semi-directif, peut  apparaître pour certains  comme un interrogatoire intrusif. Dans la mesure où les conditions d’interview ne permettent pas une rencontre physique, elles rendent difficile d’établir un climat de confiance. Elles n’autorisent  pas les digressions qui sont parfois de précieux indices porteurs de sens et qui peuvent susciter d’autres pistes de recherches absentes des questions du questionnaire. La question qui se pose alors est celle de l’adaptation des formes et modalités d’entretien en fonction des sensibilités des individus, en leur laissant le choix du mode d’entretien, en fonction de leurs disponibilités, de leurs préférences, de leur confort personnel. Si l’entreprise est peut-être chronophage, elle est, semble-t-il, aussi moins autoritaire. L’utilisation de formes complémentaires d’entretien peut faire émerger, par la parole, par les indications corporelles, par l’instauration de l’imprévu, d’autres pistes de recherche qui ne sont pas présentes dans les questions. Un  dialogue entre enquêteur et enquêté permettrait, par la réorientation de l’entretien, de creuser certaines réponses demeurées lacunaires ou évasives.

A partir de cette introduction, il est évident que la réflexion sur les modalités de l’entretien se pense en amont, en aval, et pendant la rencontre. L’enquêteur doit garder à l’esprit les conditions d’établissement de la relation d’enquête, l’inscription sociale de l’individu, tout en restant ouvert aux subtilités qui font de la personne un individu unique, à l’agency propre, mais inscrit dans un réseau serré d’évènements.

***

Julie Pagis, Mai 68, Un pavé dans leur histoire, Paris, Presses de Sciences Po, 2014, Introduction.

***

[1] Par exemple, Xavier Vignat, L’insubordination ouvrière dans les années 68, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 384 p.

[2]  Boris Gobille, Le Mai 68 des écrivains, crise politique et avant-gardes littéraires, Paris, CNRS Editions, 2018, 400 p.

[3] Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération, les années de rêve, Paris, Le Seuil, 1987, 624 p.

[4] Doug McAdam, Freedom Summer, luttes pour les droits civiques, Mississipi 1964, Marseille, Agone, 2012, 480 p.

[5] Karl Mannheim, Le problème des générations, Paris, Armand Colin, 2011, 168 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search