Japon et modernité : une trajectoire singulière

Ce compte-rendu de lecture a été écrit par Marie Assaf, doctorante de la mention Études politiques, dans le cadre de l’atelier de lecture politique, histoire et anthropologie animé par les professeurs Gilles Bataillon et Julien Blanc entre 2016 et 2017. Il porte sur l’ouvrage Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui de Pierre-François Souryi, publié à la NRF en 2016. Le professeur Souryi était invité à présenter son ouvrage lors de la séance du 8 mars 2016 à l’EHESS.

***

« Lorsque les mots « moderne », « modernisation », « modernité » apparaissent, nous définissons par contraste un passé archaïque et stable. De plus, le mot se trouve toujours lancé au cours d’une polémique, dans une querelle où il y a des gagnants et des perdants, des Anciens et des Modernes » [1]

Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique.

            À l’issue de la bataille entre Modernes et Anciens telle que la décrit Latour, le Japon serait naturellement inscrit dans le camp des perdants. Car la modernité japonaise, aux yeux des Occidentaux, ne début que lorsqu’eux-mêmes entrent en scène : ils sont ainsi, à l’origine, de « l’anachronisme » supposé du développement de la modernité au Japon. En somme, le pays aurait connu une « modernité boiteuse », une représentation peu valorisante que la société japonaise a elle-même progressivement intégrée[2]. Or, l’ouvrage de Pierre-François Souryi appelle à renverser ces présupposés et à repenser le concept de modernité en le dissociant de son prisme occidental . Il ne s’agit pas d’une formulation aussi radicale que celle de Latour mais nous relevons la même volonté de réévaluer le principe.

            L’exemple japonais offre l’une des meilleures possibilités de mener à bien ce projet, car comme l’auteur l’indique dans son introduction « les Japonais n’ont jamais cessé de se représenter »[3] ce qui « déconcerte » le chercheur occidental. Comment penser alors la modernité japonaise en termes d’écart et de décalage? Pierre-François Souryi propose alors de s’intéresser à l’histoire culturelle, sociale et politique des dynamiques de Meiji, en s’appuyant notamment sur des sources japonaises[4] et développe une réflexion sur le concept de modernité à travers le récit de vie de différents acteur, d’associations, de mouvements (ce qui n’est pas ans rappeler l’ouvrage Une Histoire Populaire des États-Unis de Howard Zinn), que nous ne cessons, à la manière d’une fresque romanesque de croiser, ce qui permet de comprendre que ce processus ne peut être réduit à la linéarité qu’a voulu imposer le regard occidental. Il est même parallèle de son propre développement. Les mouvements décrits sont relativement proches de ceux observés dans les autres pays durant la même période.

            Ainsi, la réflexion principale de l’auteur s’articule autour de cette question : quelles sont les caractéristiques propres du processus de modernisation du Japon qui permettent de repenser la modernité de façon plus globale et non seulement l’unique normativité occidentale? Pierre-François Souryi nous invite à décentrer notre regard d’un concept difficile à définir mais dont chacun semble s’accorder pour dire qu’il reste trop ethnocentré. Or, pour casser cette impression linéaire, héritée selon lui de l’évolutionisme de Condorcet puis d’Hegel[5] qui soulignerait une rupture entre un Japon « ancien » pré-occidentalisé et un Japon « moderne » post-occidentalisation, l’historien organise sa peinture vivante autour de différentes dynamiques que nous tacherons d’étudier en trois parties avant de réfléchir en quoi ces différents éléments donnent des clés de compréhension sur le Japon d’aujourd’hui et font plus largement écho à des problèmes sociaux issus de la modernité.

La marche vers la liberté et l’indépendance des esprits

            Modernisation et occidentalisation se sont longtemps confondues, notamment parce que les Japonais, une fois revenus de leurs voyages d’observation en Europe ou aux Etats-Unis, ont importé les termes déjà construits et utilisés ailleurs. Cependant, cette relation est appelée à changer, l’Occident garde son statut de modèle mais devient aussi le rival à dépasser. La première étape est de « traduire » les écrits portant sur la démocratie, la liberté, l’autonomie afin de conduire à une indépendance des esprits. L’ouvrage phare de ce mouvement de vulgarisation, dont le but est d’éduquer les esprits, est celui de Fukuzawa, Seiyô jijô (La Situation de l’Occident), publié en 1866. Il y explique que « être civilisé et moderne, c’est mettre en avant les droits de l’individu, cesser de se comporter de manière passive face aux directives qui viennent d’en haut ». Le pays ne peut être indépendant que si les esprits qui l’habitent le sont, ce que le shogunat empêchait : « Meiji ishin devrait donc être traduit par « le gouvernement renouvelé tourné vers la lumière ». C’est pourquoi je préfère employer la formule « rénovation meiji » »[6]. Ce mouvement éducatif jette les bases d’une opinion publique concernée par le débat politique que pose la mise en place d’un nouveau système, d’autant plus que Pierre-François Souryi a souligné que les Japonais sont déjà tournés vers les lettres[7], la diffusion de ces textes ne peut être que facilitée. Nous retenons l’exemple du Mouvement pour la liberté et le droit des peuples (Jiyū Minken Undō), dont l’un des leaders, Ueki Emori sera emprisonné en 1875 après avoir signé un article dénonçant le despotisme du gouvernement, ou encore la Société de l’an IV, fondée par Mori Arinori qui réfléchit aux moyens d’éduquer la société et ouvre des discussions publiques : « on était en présence d’une république des lettres et des arts qui, d’une manière évidente, participait à l’institution d’une société civile »[8], mais sans perdre de vue un certain caractère japonais. Modernisation et nationalisme vont souvent aller de paire, ce qui explique que certains des personnages évoqués au début de l’ouvrage vont basculer par la suite dans un nationalisme radical qu’il est nécessaire d’interroger.

            Mais pour l’instant, l’opinion publique qui se développe souhaite réfléchir à la forme politique du régime qui se met en place : un débat s’ouvre autour de la question de la Constitution, et il dépasse largement le cercle des associations fondées entre 1874 et 1884 (Dôshushâ, Jiritsusha, Sekiyôsha… plus de 2000 seront fondées durant cette période). Il résulte sur une crise entre d’un côté les associations et une partie du peuple qui souhaitent que ce dernier puisse plus s’exprimer dans les affaires publiques et de l’autre l’Etat et sa machine bureaucratique qui répondent pas une forte répression. Celle-ci met en place un régime impérial avec au centre la figure de l’empereur qui aura une grande importance dans la fondation de l’Etat-nation. La dynamique de libération des esprits se termine donc sur un semi-échec (les partis issus de ces mouvements pro-démocratie raflent la moitié des sièges au Parlement en 1889) car les conservateurs restent au pouvoir. Cependant, ce serait une erreur de négliger ce mouvement sur le plan historique car il permet le développement d’une opinion publique qui s’empare du débat politique, un élément fondamental du processus de modernisation.

Quelle réponse à la crise de la modernisation? l’Etat-Nation moderne, le nationalisme et l’impérialisme

            L’opinion publique n’est pas unanime, et bientôt surgit une crise de la modernité à laquelle l’Etat cherche à répondre. Ainsi, paradoxalement, ce sont les conservateurs au pouvoir qui vont mettre en place l’Etat-nation moderne. Or, cette mise en place ne se fait pas sans heurts. La modernisation inquiète car une partie de la population craint de voir disparaître « le vrai Japon ». Alors que la modernisation entraîne une unification croissante du pays autour des processus d’industrialisation, émerge le débat autour de l’identité japonaise. Aux démocrates qui ont réfléchi les premiers à la modernisation, répondent les nationalistes et notamment ceux de la société des  Amis de la Nation (Minyûsha) fondée en 1887 par Tokutomi Sohô, un journaliste et ancien partisan du Mouvement des droits des peuples. Il oppose vieux et nouveau Japon, le premier aurait volé sa révolution au second. La réception de l’Occident est terminée, il faut désormais prendre le temps de réfléchir à ce que signifie Meiji.

            Ainsi, suite à la défaite de la Chine face au Japon en 1895, Tokutomi Sohô devient un grand nationaliste « il évolue parce qu’il pensait que le peuple japonais, devenu une nation conquérante derrière son empereur, constituait la négation de ce régime d’anciennes cliques féodales qu’avait été le pays jusqu’alors ». Les années 1890 voient apparaître les promoteurs du « génie national », que l’auteur compare aux romantiques européens. Il souligne alors la proximité chronologique qui existe entre le Japon et l’Europe quant à l’émergence de ce mouvement. Ces intellectuels sont des lettrés, des artistes, comme Shiga Shizetaka ou Miyate Setsuri. Ils cherchent à penser l’unité de la nation japonaise, voir quelles sont ces valeurs mais sans pour autant basculer dans la xénophobie. Les textes traditionnels sont relus par Nakae Chômin, Ueki Emori ou Jaguchi Ukichi qui souhaitent réfléchir à ce qu’est Meiji. La première réponse nationaliste à la crise de la modernité est donc culturelle. Mais très vite, le pouvoir politique va s’en emparer : « en 1888, fut crée, sous l’égide de la Maison Impériale, une administration chargée de recenser les trésors du pays afin de les protéger, et surtout de les placer sous la sauvegarde de la famille impériale »[9]. L’Etat devient protecteur des arts, asseyant ainsi sa domination. L’échiquier politique japonais est complexe, ce que souligne l’auteur :  « on remarque l’existence de deux droites au Japon, l’une rationnelle, qui réagit aux mouvements du monde en y cherchant une place pour le pays, et une autre plus mystique et agressive qui s’appuie sur une monarchie que l’on voudrait charismatique et totalisante »[10].

            Or, une fois la nation unifiée, se pose la question de sa place en Asie. Le Japon a battu la Chine,  figure titulaire véritable de la modernité japonaise, devrait-il donc guider le continent, notamment face à la politique expansionniste de l’Occident? Faut-il, au contraire, comme le propose Fukuzawa « Laisser tomber l’Asie »[11]? Pas pour Nakae Chômin ou Ueki Emori qui croient en l’unité de l’Asie, c’est l’émergence de l’asiatisme « l’asiatisme se présente donc comme une réaction globale de l’Asie devant la menace occidentale, face à une modernisation comprise comme une occidentalisation »[12]. Mais très vite, le Japon, l’asiatisme évolue pour finalement être compris comme la politique d’expansion du Japon en Asie, ce que prône notamment le groupe Gen’Yôsha de Tôyama Mitsuru qui est à l’origine d’un attentat contre le ministère des Affaires étrangères et plus tard son disciple Uchida Ryôhei qui développe la doctrine du « Grand Japon » avec son groupe Kokuryôkai. L’asiatisme se transforme en impérialisme et en critique de l’homme blanc. De nombreux opposants nationalistes sont accueillis au Japon comme les Indonésiens Mohammad Hatta ou Achmad Soebardjo. La SDN est dénoncée comme un instrument de domination blanche. Une autre réponse nationaliste est donc miliaire et vise à l’expansion du Japon en Asie.

            Mais la traduction la plus importante du nationalisme japonais se fait par la construction du « nationalisme mystique de l’Etat ». Le fondement de Meiji c’est le kokutai, terme complexe car il regroupe de nombreuses idées, qui se construit autour de la personne de l’empereur « la réponse est dans le kokutai, et c’est la figure du souverain qui en vient à incarner le nouveau sentiment d’appartenance à un pays (on peut commencer à dire « une nation ») »[13]. Véritable concept historique, le kokutai traduit l’adhésion des esprits à la forme impériale qui réunit vie publique, vie privée, spiritualité, politique. Or, c’est la bureaucratie qui dirige avant tout l’empereur. Ainsi, le kokutai est la construction politique de la machine conservatrice qui dirige réellement l’Etat et les esprits. Cette idéologie officielle sera alors très critiquée par les intellectuels. Pierre-François Souyri détaille les cas de Uchimura Kanzô et Kume Kanitake, deux historiens qui remettent en cause le kokutai : « Kume concluait que le shintô n’était qu’un fatras de vieilles pratiques rituelles et le kokutai une illusion »[14]. Même Kita Ikki, ancien socialiste qui bascule dans le nationalisme, dénonce la main-mise du kokutai sur l’Etat. Cette orientation de Meiji confirme qu’il s’agit d’une révolution volée. La répression de l’Etat est immédiate, les universitaires sont poussés à la démission, les intellectuels sont humiliés, menacés. Le kokutai et son incarnation dans l’empereur constituent cependant une réponse rassurante aux inquiétudes provoquées par la modernisation. La structure étatique impériale et son imprégnation dans l’esprit des citoyens, la mystique japonaise, date ainsi des temps modernes.

L’industrialisation et la question sociale

            Le Japon connaît depuis le XVIIIe siècle « une révolution industrieuse »[15] qui offre un formidable terrain pour l’industrialisation massive qui suit au XIXe siècle, processus que le pays a en commun avec les pays occidentaux. Or, l’industrialisation pose des défis politiques, sociaux, économiques et environnementaux majeurs. Quels sont ces défis? Pierre-François Souryi choisit d’illustrer l’émergence de cette question et des mouvements qui vont en découler, comme le socialisme, le pacifisme, le féminisme ou l’écologie à travers deux exemples, ce lui de la « mine mortifère » d’Ashio et l’histoire des femmes.

            Le premier est un des plus grands combats de l’histoire sociale japonaise et devient un modèle de lutte pour les opprimés et l’environnement. Le député Tanaka Shôzô, membre du Mouvement pour la liberté des peuples, est à la tête de ce combat, il devient « le premier véritable critique de l’ancien slogan de Meiji « un pays riche, une armée forte », c’est-à-dire le premier à remettre en cause l’idéologie productiviste à tout prix »[16]. L’opinion publique se mobilise : avocats, journalistes, étudiants vont sur les zones sinistrées à cause de la pollution minière. Pierre-François Souyri établit un parallèle avec l’Affaire Dreyffus, sur lequel nous reviendrons. Les manifestations se soldent souvent par de la violence policière, mais cela n’empêche pas les personnes concernées de s’interroger sur le rôle de l’Etat. L’explosion du capitalisme remet en cause l’ancien système de solidarité, la militarisation entraîne la multiplication des usines mais aussi des taudis alentours. L’enquête sociale se développe, on s’intéresse au sort de « la société des bas-fonds », la misère cachée du Japon, comme le père de la sociologie japonaise moderne, Yokoyama Gennosuke, qui malgré sa proximité avec les syndicats et les socialistes, fournit aussi des travaux au gouvernement. Les journaux se font l’écho de cette politisation des enjeux sociaux en diffusant leurs enquêtes. Cependant, il est important de souligner les revendications ouvrières qui découlent de cette industrialisation massive ne sauront se concrétiser qu’autour de quelques réseaux. De plus, contrairement à la lutte économique qui se développe en Occident, les Japonais, imprégnés du confucianisme, cherchent eux avant tout à dénoncer le caractère immoral du capitalisme. Une lecture qui rappelle celle de Althusser distinguant un jeune Marx, qui adopte une posture éthique concernant le capitalisme, qui porterait en lui les gènes de sa propre destruction.

            L’autre cas qu’étudie Souryi est celui des femmes, les grandes oubliées de l’histoire sociale et politique du Japon de l’ère Meiji alors même qu’elles sont très présentes, aussi bien dans les milieux associatifs que dans les usines. En 1902, 50% des ouvriers sont des femmes. Les femmes sont pourtant exclues du débat public alors qu’elles participent à la vie économique. L’auteur mène une réflexion sur la construction du modèle féminin qui structure encore la société japonaise d’aujourd’hui. Elles sont « les bonnes épouses et les mères avisées » et deviennent en ce sens « les garantes de la pénétration de l’idéologie officielle »[17]. Leur rôle politique est ainsi pour le moins paradoxal : on les éduque[18] afin qu’elles apprennent à gérer les finances du foyer mais on les empêche en même temps de participer à la construction politique du pays. Cette injonction purement moderne d’être une bonne épouse et une mère avisée n’empêche cependant pas l’émergence d’une réflexion féministe, qui avait déjà éclos en 1880 avec la figure, non-occidentalisée une fois de  plus, de Kishida Toshiko[19]. En 1908, la première femme journaliste Hani Motoko fonde la revue L’ami des femmes (Fujin no tomo) et de nombreuses auteurs soulignent que la modernité a été avant tout crée par les hommes, pour les hommes. Il est intéressant de relever qu’elles ont alors recours, pour appuyer leur discours de légitimation du rôle des femmes dans la vie publique, à la figure de Amateratsu, la déesse soleil, plutôt qu’à des figures occidentales. Elles arrivent à manipuler ainsi le kokutai, car l’empereur descend directement de cette déesse, il est donc de son devoir de prendre en compte le rôle des femmes dans la société. La construction du modèle féminin sous Meiji a eu pendant longtemps une forte influence que nous chercherons à interroger par la suite.

            L’auteur conclut ainsi sa réflexion : la période est bloquée, car les revendications peinent à se faire entendre par un pouvoir de plus en plus séduit par la tentation totalitaire.

La construction de la modernité au Japon : globalité et clés de compréhension pour la période contemporaine

            Ce qui frappe à la lecture de l’ouvrage de Pierre-François Souryi, c’est la façon dont le concept de modernité peut, et sûrement doit, être repensé à l’aulne de pays non-occidentalisés. L’exemple japonais permet de comprendre la « globalisation » d’un phénomène trop souvent limité au spectre occidental. Car la modernité japonaise est avant tout inspirée d’une réflexion sur les classiques chinois, visant à la construction d’une société harmonieuse, une réponse aux perturbations apportées par l’industrialisation massive du XIXe siècle. Cette réflexion s’inscrit dans une historicité longue, qui prend en compte aussi les phénomènes observés sous Edo[20] et qui offre la possibilité d’établir un parallèle entre la situation japonaise et les différentes situations en Occident, sans chercher à établir une hiérarchie entre les deux. Ainsi, lorsqu’il s’intéresse au cas de la « mine mortifère », l’auteur fait référence à l’affaire Dreyfus car la mobilisation intellectuelle est comparable. Il s’agit du premier mouvement de lutte pour des citoyens victimes d’une injustice de l’Etat. Cette comparaison nous paraît bienvenue en ce qu’elle constitue un moyen de repenser le concept de modernité à une échelle historique plus large. La mobilisation des intellectuels pour des causes sociales et politiques majeures, remettant en cause l’autoritarisme et l’autorité de l’Etat est synchronique des mouvements existants en Occident.

            Par ailleurs, comment ne pas mettre en parallèle ce genre de crises avec d’autres, contemporaines, et qui soulèvent les mêmes enjeux. Nous songeons ici aux évènements qui ont eu lieu à Flint, dans le Michigan, en 2014 et qui font écho à l’épisode de la « mine mortifère ». Là encore, la responsabilité de l’Etat est engagée, des figures du monde politique et culturel se mobilisent. Les conséquences de la modernité sont encore présentes (nous rappelons que, la ville autrefois florissante grâce aux usines de General Motors, a connu une crise économique majeure suite au retrait de ces mêmes usines, qui a conduit à une réduction des coûts publics et donc au recours de l’eau polluée de la rivière de la ville) et très étroitement liées, c’est en ce sens que nous pouvons comprendre qu’il s’agit d’un phénomène global.

            Or, cette construction d’un Etat autoritaire est aussi un élément fondamental de l’ouvrage. L’empire de Meiji est issu du développement de la modernité et pose la question du rapport entre modernité et nationalisme. La légitimation de l’empire au nom de la constitution d’un pays fort capable de rivaliser avec l’Occident a des conséquences politiques et sociales encore visibles aujourd’hui. Attardons nous dans un premier temps sur la question des femmes puisqu’elle longuement abordée dans l’ouvrage, Pierre-François Souryi explique que le modèle mis en place (« une bonne épouse et une mère avisée ») « aura duré un peu près un siècle mais le système, lui, est loin d’avoir disparu au début du XXIe siècle ». Et les effets sont encore visibles aujourd’hui, le Japon connaît un recul démographique majeur, associé à une population de plus de 65 ans parmi les plus élevée au monde. Ce phénomène ne peut se comprendre que si nous considérons la question de la place des femmes au sein de la société. Certes, ces dernières travaillent et ont des carrières au moins aussi importantes que celles des hommes, mais elles ont bien souvent obligées de mettre leur travail entre parenthèses afin d’élever leurs enfants. C’est ce que les chercheurs japonais décrivent par « la courbe en M »[21] : les femmes ne peuvent retrouver un emploi qu’une fois l’éducation des enfants terminée, un modèle directement hérité de la construction de Meiji, qui explique qu’aujourd’hui beaucoup préfèrent renoncer à la maternité pour se concentrer sur leur carrière. D’autres phénomènes structurels expliquent aussi bien évidemment la construction de ce modèle familial, comme le manque de crèches, mais l’impact culturel et politique de l’Etat-nation « moderne » qui limite le rôle de la femme au domaine privé ne saurait être négligé.

            D’autre part, comment négliger l’impact de l’asiatisme sur la place qu’occupe le Japon aujourd’hui dans le continent? Lorsque la politique de revalorisation de l’Asie, inspirée par l’importance des classiques chinois et japonais au sein du développement du concept de modernité, s’est transformée en impérialisme colonisateur les conséquences historiques et diplomatiques ont été nombreuses. Car si l’entrée en guerre avec la Chine ne soulève pas autant les foules que Pearl Harbor, qui symbolise la résistance et le dépassement de l’Occident, il n’empêche que le Japon va assoir sa domination dans une partie de la Chine et de la Corée, et y laisser des traces. Cette expansion s’écroule après la défaite de 1945 non sans heurts. Les relations entre le Japon et ses voisins sont plus que tendues, Pierre-François Souyri souligne que « le Japon paie là au prix fort le tribut d’une idéologie à laquelle il fit semblant de croire »[22], ce qui a empêché notamment la constitution d’une zone yen dans les années 1980, ou encore l’impossibilité de résoudre le conflit territorial concernant les rochers de Liancourt, réclamées par les deux pays. Les sommets bilatéraux et trilatéraux (avec la Chine) restent des évènements exceptionnels et le sentiment anti-japonais dans les deux pays est très important. Le gouvernement chinois a fait savoir qu’il refusait que le Japon occupe une place au Conseil de Sécurité de l’ONU, ou que la restriction concernant l’armée japonaise soit levée.

            En 2005, des violents mouvements anti-japonais ont éclaté dans de grandes villes chinoises[23]. Les vives tensions actuelles résultent ainsi de cette longue politique de domination de l’Asie par le Japon, au nom de la modernité accrue de ce dernier. Le nationalisme japonais hérité de cette période impériale, se manifeste aussi encore vivement aujourd’hui à la tête de l’Etat. Lors de son intervention du 8 mars 2017, Pierre-François Souryi a évoqué le financement, plus que favorable, d’une école primaire shintoïste : le premier ministre Shinzo Abe aurait en effet facilité la vente du terrain sur lequel a été construit l’école, la fondation la gérant l’ayant obtenu pour sept fois moins cher que son prix originel. Or, dans d’autres établissements gérés par cette même fondation : « les enfants chantent tous les matins l’hymne du Japon et récitent le rescrit sur l’éducation, un texte rédigé en 1890, qui était lu plusieurs fois par an dans toutes les écoles jusqu’en 1945 »[24]. L’héritage nationaliste étatique n’a donc pas complètement disparu, ces différents éléments illustrent comment la réflexion de Pierre-François Souryi donne des clés de compréhension sur la société japonaise contemporaine.

            Cet ouvrage nous a paru particulièrement intéressant dans le parti-pris choisi de conserver presqu’exclusivement le regard japonais sur la modernité. Cela permet de saisir l’importance du rôle de la Chine dans le processus de modernisation, plutôt que de se concentrer sur l’occidentalisation présupposée du pays. De plus, le récit est agréable en ce qu’il s’apparente à une véritable fresque romanesque, nous suivons l’évolution de personnages majeurs à travers un pays en pleine mutation, qui s’interrogent sur ce que cela signifie d’être japonais. Les exemples sont riches, précis et nombreux offrant ainsi un panorama divers qui aborde différentes questions, notamment celle des femmes, souvent négligé par ailleurs. Plus que des anecdotes et des détails, l’auteur fait le choix d’exemples qui permettent de balayer le paysage politique, social et culturel du Japon « moderne ». C’est aussi l’occasion de dépasser la barrière de langue, en traduisant des ouvrages souvent indisponibles en d’autres langues (ce que Pierre-François Souryi précise en expliquant que ce phénomène a contribué à dresser le portrait d’un Japon « en retard » sur les pays Occidentaux, alors même que le pays se représentait déjà lui-même) afin de penser plus globalement, mondialement, un concept trop souvent limité à la seule approche occidentale.

***

Notes :

[1] Edition La Découverte Poche, 1997, p 20.

[2] SOURYI Pierre-François, Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui, NRF, 2016, p 19.

[3] ibid, p14.

[4] Les exemples sont nombreux, nous retiendrons ceux de Yukichi Fukuzawa, Ueki Emori, Kita Ikki pour la période Meiji, ou les historiens Koaru Taichi ou Masao Muruyama.

[5] Notes prises lors du séminaire « Atelier de lecture, politique, histoire et anthropologie » de Julien Blanc et Gilles Bataillon, lors de la séance du 8 mars 2017, invité Pierre-François Souryi, EHESS, Paris.

[6] SOURYI Pierre-François, Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui, NRF, 2016, p 57.

[7] Notes prises lors du séminaire « Atelier de lecture, politique, histoire et anthropologie » de Julien Blanc et Gilles Bataillon, lors de la séance du 8 mars 2017, invité Pierre-François Souryi, EHESS, Paris.

[8]SOURYI Pierre-François, Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui, NRF, 2016, p 66.

[9] Ibid, p 212.

[10] Ibid, p 216.

[11] « « Datsu A ron » (Au revoir l’Asie), éditorial non signé, mais attribué à Fukuzawa Yukichi, Jiji Shinpô, 16 mars 1885; repris en français dans Babicz, 2002 », Ibid, p 464.

[12]SOURYI Pierre-François, Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui, NRF, 2016, p 251.

[13] Ibid, p 287.

[14] Ibid, p 316.

[15] Nous reprenons la formule de l’historien Hayami Akira, cité lors de la séance du 8 mars 2017.

[16]SOURYI Pierre-François, Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui, NRF, 2016, p 352.

[17] « TACHI Koaru« Ryôsai kenbô to atarashii onna » (de l’idéal « bonne épouse, mère avisée » à « la nouvelle femme »), Asahi hyakka, Nihon no rekishi (Encyclopédie Asahi, Histoire du Japon), fasc n°99, Asahi Shinbunsha, 1988 », ibid, p 482.

[18] Les chiffres explosent entre 1922 et 1925, plus de 300,000 jeunes filles sont élèves au collège.

[19] Jeune femme lettrée qui devient préceptrice au palais impérial. Notes prises lors du séminaire « Atelier de lecture, politique, histoire et anthropologie » de Julien Blanc et Gilles Bataillon, lors de la séance du 8 mars 2017, invité Pierre-François Souryi, EHESS, Paris.

[20] « Il est possible, par exemple, d’acheter une place sur un bateau au port d’Edo dès 1680 ou de se faire livrer des soba  à domicile ». Pierre-François Souryi souligne ici des éléments de ce qu’il nomme une « proto-industrialisation » et une « proto-société de consommation » qui ont débuté sous Edo. Ibid.

[21] «By contrast, in the Type 3, M-curve societies like Korea and Japan, in which the mother leaves work during the childrearing period, childcare support is quite weak » in « Care Diamonds and Welfare Regimes in East and South-East Asian Societies: Bridging Family and Welfare Sociology » de OCHIAI Emiko,International Journal of Japanese Sociology.

[22]SOURYI Pierre-François, Moderne sans être occidental, aux origines du Japon d’aujourd’hui, NRF, 2016, p 276.

[23] « Les manifestations antijaponaises d’avril 2005 en Chine, à l’échelle nationale, ont été d’une violence sans précédent. Les médias japonais ont largement diffusé des images de ces incidents à Pékin, à Shanghai, Shenzhen ou Canton. On a lancé des pierres et brisé les vitres des ambassades, attaqué des supermarchés et des restaurants japonais. » in YUMIKO Yamada, « Le sentiment antijaponais en Chine aujourd’hui », Outre-Terre, 2/2006 (no 15), p. 259-261.

[24] MESMER Philippe, « Au Japon, Shinzo Abe accusé de faveurs envers une fondation nationaliste », Le Monde, publié le 27 février 2017. Consulté le 11 mars 2017.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search