Propositions d’une approche gramscienne du concept de crise

Par Aloys Nollet et Quentin Costalunga, étudiants en M1 Études Politiques

****

Nous nous proposons de présenter la« crise organique » dans la pensée d’Antonio Gramsci1, en nous demandant également en quoi ce concept peut être pertinent pour décrire la période actuelle. Quelles thèses développent Gramsci concernant la “crise organique” et pourquoi pouvons-nous les utiliser afin de décrire la situation politique contemporaine ? 

Pour répondre à ces deux questions, nous nous basons essentiellement sur l’anthologie paru à la Fabrique en 2012, intitulé Guerre de position, guerre de mouvement. 

Gramsci crée avec d’autres en 1919 le journal ouvrier mythique L’Ordine Nuovo. Il est un des fondateurs du Parti communiste italien en 1921, où il est nommé secrétaire général en 1924. 

Arrêté, Gramsci est condamné en 1928 à vingt ans de prison. « Nous devons empêcher ce cerveau de fonctionner pendant vingt ans », dira le procureur fasciste avant que la sentence soit prononcée, conscient de la menace que représente un tel adversaire pour le pouvoir en place. Il meurt en 1937, en laissant derrière lui un ensemble de cahiers écrit durant son séjour en prison, qui vont bouleverser le marxisme de la seconde moitié du XXe siècle, tout en impactant énormément des auteurs dit “post-marxiste”, ou encore des courants en science sociales tels les cultural studies

Gramsci élabore donc le concept de crise organique dans un contexte particulier, qui bien sûr sous-tend la façon dont il appréhende les dynamiques politiques. Ce contexte, c’est la défaite des révolutions en Allemagne et en Italie – qui mis un coup d’arrêt au développement international de la révolution en Russie -, puis la prise du pouvoir par le fascisme dans ces deux pays où le mouvement ouvrier est massivement réprimé ; mais aussi et plus globalement la crise économique majeur que traverse le capitalisme à partir de 1929. 

Tout d’abord, le concept gramscien de crise est inséparable de son analyse de l’État. État, stratégie et crise forment donc un triptyque qu’il convient de penser ensemble. Auparavant, la société pour Gramsci était plus « fluide », en ceci notamment que la société civile disposait d’une certaine autonomie par rapport à l’État. A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les sociétés occidentales se densifient et se complexifient. L’emprise de l’État sur la société civile se renforce, les grandes corporations (partis, syndicats, associations) se mettent en place, le parlementarisme et l’instruction publique se généralisent… La « technique politique moderne » s’en trouve bouleversée. Gramsci va jusqu’à dire que la société civile et l’État s’interpénèrent au point de devenir « une seule et même chose ». Gramsci définit donc en ce sens ce qu’il appelle « l’État intégral » comme la combinaison de l’Etat au sens étroit du terme – les appareils « publics », essentiellement idéologiques à l’image de l’école, et ceux essentiellement répressifs comme la police et l’armée, dont les gouvernements sont le fer de lance – avec les appareils de médiations, « civiles » « privées » ou officiellement « indépendantes ». 

Les crises modernes ont justement ceci de caractéristique qu’elles ont rarement des effets politiques immédiats. Contrairement aux anciennes crises qui se diffusaient rapidement pour devenir globales, les effets des crises modernes sont le plus souvent amortis par les « tranchées » et « fortifications » nous dit Gramsci, de la société civile et de l’État. 

Autrement dit, en reprenant un vocabulaire marxiste, entre l’infrastructure et les superstructures – c’est à dire entre d’un coté l’organisation économique de la société, et de l’autre les formes politiques, juridiques et idéologiques de celle-ci – il existe dorénavant un ensemble de médiations, qui empêchent qu’un effondrement de l’économie entraîne dans le même mouvement un effondrement du système politique. Cet ensemble d’une structure et d’une superstructure à une période donnée, forme ce que Gramsci nomme un “bloc historique”. 

Dans une période de fonctionnement normal, la combinaison Etat-société civile, mais aussi la combinaison coercition-consentement qu’exerce les classes dirigeante, permet à la bourgeoisie non pas seulement de « dominer », mais aussi justement de « diriger », c’est-à-dire de fabriquer en profondeur, dans la durée, et à une échelle de masse, par leur intermédiaire le consensus à l’égard de son modèle de civilisation, c’est-à-dire lui permettant d’imposer son hégémonie. 

C’est seulement lorsque les crises deviennent « organiques », c’est-à-dire qu’elles se transforment en crises du bloc historique lui-même, qu’elles contaminent toutes les sphères sociales : économie, politique, culture … Gramsci qualifie donc également les crises organiques, de « crise d’hégémonie » ou de « crise de l’État dans son ensemble ». 

La crise organique est la conséquence des contradictions insurmontables sur lesquelles est bâti le capitalisme, et par son apparition elle les met donc en lumière. La crise organique aurait donc aussi cette capacité de mettre à nue, c’est-à-dire de faire tomber les apparences pour saisir l’essence même de l’État. Car lorsqu’une crise organique s’amplifie, l’État a tendance à redevenir un noyau dur et se cristallise dans une forme antérieure, une forme primitive de qu’on pourrait nommer Etat-force, car la force devient sa seule médiation. 

Un autre concept clé profondément lié à celui de crise chez Gramsci, est celui de Césarisme. Ce concept est voisin de la notion de « bonapartisme », courante dans la tradition marxiste. Le césarisme apparaît dans une situation d’ « équilibre catastrophique des forces », propre aux crises chez Gramsci, où aucun des camps en présence n’est donc en situation d’emporter la décision, et où de plus ils menacent de se détruire mutuellement. Le dénouement peut alors venir d’un « homme providentiel », ou plus globalement d’une force apparaissant comme externe, qui résout temporairement la crise. Le type de pouvoir qu’évoque Gramsci ici est proche de ce que Max Weber appelle le pouvoir « charismatique ». César, Cromwell, Napoléon I et III sont des exemples de “césars”. Mais le concept de césarisme vient surtout pour Gramsci, dans son contexte, souligner les dynamiques propres à la montée du fascisme. 

Ici on peut citer cette phrase célèbre de Gramsci, qui dit que “la crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés”. 

« Phénomènes morbides » dont, naturellement, les fascismes des années 30 ont été l’expression historique la plus poussées, mais dont aujourd’hui, un Trump ou un Bolsonaro en sont des cristallisations parlante, ou bien plus globalement la montée des mouvements d’extrême droite ces dernières années dans les démocraties dites libérales .

Pour Gramsci, nous l’avons dit, la question du consentement des masses est primordial dans le maintien de l’hégémonie. C’est quand ce consentement s’effrite que la crise organique apparaît. Il faut donc entendre ces situations où le consensus se délite, où la polarisation sociale et politique s’aiguise, où l’instabilité sociale et politique devient prédominante. 

C’est ce qu’on peut observer ces dernières années, au moins depuis la crise de 2008, mais peut être auparavant, à travers par exemple une certaine radicalisation des mouvements sociaux à travers le monde, et surement au moins depuis 2016 en France avec la loi travail, les gilets-jaunes, la grève contre la réforme des retraites etc. 

De plus, la montée en puissance de ce que Poulantsaz, un autre intellectuel marxiste, nomme un étatisme autoritaire, notamment à travers la montée de la répression de ces mouvements ces dernières années, avec entre autre comme point culminant les Gilet-jaunes, ou encore la pérennisation de l’Etat d’urgence, la loi sécurité globale, ou même peut être les mesures répressives avec la crise sanitaire, rejoint également ce que Gramsci note sur les crises organiques ; c’est à dire que l’Etat laisse de plus en plus apparaitre sa face coercitive. 

Surtout comme dit Gramsci, en période de crise organiques, “les groupes sociaux se détachent de leurs partis traditionnels”, et on assiste ainsi plus globalement à une crise des médiations, une crise des corps intermédiaires. Encore une fois, on observe ce symptôme particulièrement avec la perte de contrôle des partis et des syndicats sur les mouvements sociaux, dont en France les cortège de têtes ou les Gilets-jaunes en sont de nouveau une expression saillante. 

L’abstention toujours croissante est également une marque de cette perte du consensus autour du modèle démocratique libérale. 

Cela est aussi vrai dans d’autre pays, un des mots d’ordre les plus utilisé ces dernières années dans les mouvements sociaux est “Ils ne nous représentent pas”, on peut penser particulièrement aux mouvements des indignés en Espagne, à Occupy Wall Street, Nuit-Debout, ou encore une fois les Gilet-jaunes. 

Cette polarisation et cette faillite des partis traditionnels se trouve également dans la grande crise que traversent les deux grands partis dits de gouvernement en France que sont le Parti Socialiste, et les Républicains.

Nous pouvons par ailleurs reprendre l’analyse établi par les chercheurs Stefano Palombarini et Bruno Amable, qui s’inspire justement du cadre de pensée gramscien2 pour définir la crise. Ces derniers voient en effet dans la situation politique française une crise majeure, de par ce délitement des blocs sociaux traditionnels de la gauche et de la droite, perdant le soutien de leur groupes sociaux historiques, et où les classes populaires se retrouvent majoritairement sans représentation. Cette crise politique coïncide pour eux avec la difficulté pour les classes dominantes de stabiliser un bloc social susceptible de soutenir une stratégie politique, et donc de construire un bloc social dominant viable à travers la médiation d’intérêts, et donc de constituer une hégémonie durable. On retrouve cela typiquement dans les urnes, où les gouvernements ont la plus grande difficulté à remporter les élections devant renouveler leur mandat, et où les exceptions sont justement quand les gagnants ont affiché leur opposition à leur propre camp. Ainsi la crise du système politique français existe pour eux depuis déjà plusieurs décennies, où la victoire de Sarkozy en 2007 contre “l’immobilisme” de la présidence Chirac, la présence de Jean-Marie Le pen au second tour de la présidentielle en 2002, ou encore la victoire du “non” contre les recommandations de tous les parti de gouvernement lors du référendum de 2005, en sont déjà des manifestations. 

Enfin, pour Amable et Palombarini, on retrouve les signes de cette crise dans les stratégies politiques mises en place ces dernières années. Il y existe en effet une prégnance très forte des propositions dans les programmes visant à transformer l’architecture institutionnelle, celle-ci ne fournissant plus un cadre pouvant voir l’apparition d’un bloc social dominant viable ; le conflit politique ne porte donc plus simplement sur les instruments ordinaires, notamment de la politique économique – dépenses publiques, fiscalité, niveau de salaire – mais directement sur les institutions qui structurent le capitalisme français : on pense évidemment aux propositions pour une nouvelle république, ou pour la réécriture du Code du travail, ou encore la renégociation des traités européen. 

Pour conclure, pour Palombarini et Amable, mais comme pour Gramsci, une crise ne doit pas être pensée sur le mode de l’« événement », mais sur le mode du « développement ». Gramsci nous invite donc finalement à concevoir les crises non sur le mode d’une temporalité unique et linéaire, mais comme des phénomènes spatio-temporellement complexes. Cette conception des crises comme « développement » montre également qu’elles sont toujours des champs de luttes, dont l’issue n’est jamais déterminée d’avance. 

Et nous pensons donc que cette appréhension des crises peut nous inviter à un peu d’optimisme de la volonté pour reprendre les termes de gramsci, dans cette période morose que nous traversons. 

Bibliographie

– A. Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, La Fabrique, 2012. ● B. Amable, S. Palombarini, L’illusion du bloc bourgeois. Alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raisons d’agir, 2017. 

– B. Amable, S. Palombarini, L’économie politique n’est pas une science morale, Raisons d’agir, 2005.

  1. L’essentiel de ce qui suit est basé sur la dernière anthologie sortie en France des Cahiers de prison : A. Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, La Fabrique, 2012. []
  2. B. Amable, S. Palombarini, L’illusion du bloc bourgeois. Alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raisons d’agir, 2017 ; B. Amable, S. Palombarini, L’économie politique n’est pas une science morale, Raisons d’agir, 2005. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search