La crise du monde de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ?

Par Bora Bayrak, étudiant en M1 Études Politiques

****

(Mon projet de recherche porte sur les étudiant.e.s salarié.e.s, à la lumière de transformations récentes du monde de l’enseignement supérieur en relation avec le monde économique. Aujourd’hui je tenterai d’ouvrir une discussion sur la notion de crise(s) dans le cas du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche.)

La « crise » du monde de l’Enseignement Supérieur et de la recherche ?

Il est peut-être facile de parler d’une « crise » de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment en regardant les mouvements universitaires de 2007-2009 contre la LRU, ou encore plus récemment depuis l’an dernier les contestations massives contre LPR. Mais on parle d’une crise de l’ESR ou bien des crise(s) de l’ESR au pluriel ? D’un côté, si nous parlons d’une « crise » de l’ESR liée à la question du « financement », on peut souligner les problèmes divers des acteurs de l’ESR comme la précarisation des conditions de la recherche. De l’autre, si nous regardons les discours des acteurs politiques, on peut parler d’une « crise » de productivité ou de l’efficacité du système de l’ESR en France, et cette dernière est bien différente que la première. Selon moi, les crises sont donc multiples et plurielles dans le cas de l’ESR.

Il est important de saisir, selon moi, les différents usages de l’idée d’une « crise » par des différents acteurs : les acteurs politiques, enseignants, chercheurs, étudiants. Aux yeux de tous ces différents acteurs, pourrait-on parler d’une « crise » pour le monde de l’enseignement supérieur ? Si oui, comment définissent-ils cette « crise » ? Est-ce que leurs définitions sont les mêmes ou bien sont-elles différentes ? S’agit-il d’une crise intrinsèque (endogène) du système de l’enseignement supérieur et de la recherche ? Ou bien s’agirait-il d’une crise exogène, venant de l’extérieur de ce système, notamment avec les interventions politiques par le biais des reformes ou encore avec les réactions à ces programmes de reformes ? S’il y a des acteurs qui n’acceptent pas l’idée d’une telle « crise », avec quels arguments peuvent-ils défendre l’inexistence de cette « crise » ?

Dans le cadre de mon intervention, je souhaite ouvrir une discussion avec vous sur l’usage politique de l’idée d’une crise de l’ESR. En adaptant une vision critique face à cette idée d’une telle « crise » de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remettant en question même son existence.

Une parenthèse : quand on parle de l’ESR en France, il faut rappeler la séparation propre à la France entre universités, écoles spécialisées (grandes ou petites) et grands organismes de recherche (CNRS, INSERM, etc.). Alors que pour la plupart des cas dans le monde, l’Université englobe plus ou moins tous ces différents organismes de recherche séparés en France. Discuter en séparant tous ces organismes du monde de l’ESR dépasse nos objectifs pour cette intervention. C’est pourquoi, même si parfois je pourrais dire la crise de « l’Université », notre discussion va toujours tenter d’inclure l’idée d’une « crise » du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche dans son ensemble.

I. Un retour historique sur l’actualité de l’idée d’une « crise » de l’ESR ?

Alors qu’il s’agit de discuter de l’usage politique de l’idée d’une crise de l’ESR, un retour historique sur l’actualité de cette dernière dans les discours des acteurs politiques nous semble intéressant. Grâce à une recherche sur les archives du Monde, Sophie Orange et Romuald Bodin constatent que 115 articles évoquent une « crise universitaire » et 103 articles mentionnent l’expression « crise de l’Université » depuis 1944 jusqu’à 20131. Les débats autour de l’idée de « crise de l’Université », dans le champ politique, et aussi journalistique ne datent pas aujourd’hui. Face à cette idée d’une crise, les acteurs politiques la définissent puis proposent leurs solutions par le biais de reformes universitaires. Par exemple, en 1964, Christian Fouchet, ministre de l’Éducation nationale (de l’époque), a défini une « crise » de l’Université et proposait ses solutions à cette crise, devant l’Assemblée Nationale2. Nous pouvons aussi noter les réactions à certaines réformes universitaires, en France, comme ce fut le cas en 1970, 1976, 1987 et 1995.

Après avoir abordé l’ancienneté des débats autour d’une « crise » de l’ESR en France, nous pouvons arriver aux conclusions suivantes : en premier lieu, depuis les années 1940 jusqu’à aujourd’hui, on ne cesse de parler d’une crise de l’Université. Même si les contenus des discours sur la crise étaient différents pour chaque moment, il est donc difficile, voire impossible, de traiter une période historique définie comme une période de « crise de l’Université », ni dans l’histoire ni dans l’actualité d’aujourd’hui. En deuxième lieu, en recourant à l’hypothèse de Sophie Orange et Romuald Bodin, nous pouvons dire que « si l’Université a toujours été en crise, c’est peut-être que finalement elle ne l’a jamais vraiment été. »3.

II. Les relations entre les reformes universitaires et l’idée d’une « crise »

Pour discuter l’usage politique de l’idée d’une crise de l’ESR, il nous semble important de discuter de cette idée de « crise » dans ses relations avec des reformes universitaires. Est-ce que cette « crise » de l’ESR peut être considéré comme une des raisons de ces réformes ? Ou à l’inverse, est-ce que les programmes de formes universitaires et leurs réactions protestataires peuvent être considérés comme l’une des raisons de cette « crise » ?

Selon les auteurs4 de numéro spécifique   de Revue de MAUSS intitulé « L’Université en crise »,  le  cas  de  France  a  certains  particularités car ils s’interrogent sur la raison pour laquelle les réformes universitaires rencontrent en France plus d’opposition qu’ailleurs, même s’il existe ce genre des réformes un peu partout dans le monde, notamment par le processus de Bologne, en Europe continentale, avec l’idée d’améliorer l’efficacité de l’enseignement supérieur et de la recherche pour arriver à l’idéal de l’« économie » ou de la « société de connaissance ». Ils soulignent deux différentes explications qui sont bien opposées l’une à l’autre : la première vient de l’idée d’un « blocage du système français et son conservatisme » face aux « modalités de production et de diffusion du savoir légitime désormais hégémoniques à l’échelle mondiale »5 ; la deuxième, plutôt que de considérer les reformes comme des adaptations plus ou moins nécessaires aux changements à l’échelle mondiale, les auteurs comme Ahmet Insel, Sandrine Garcia ou Christian Laval considèrent ces réformes récentes comme une imposition de la norme ultralibérale. Dans l’optique de ces auteurs, la position critique de France peut être considéré comme une opposition contre le projet« néolibéral ».

Sophie Orange et Romuald Bodin, considèrent cette idée de « crise de l’Université » comme « un constat indiscuté, parce qu’indiscutable » et aussi comme « le cadre à priori de toute réflexion sur les transformations récentes et la situation actuelle de l’Université ». Cette rhétorique « crisologique », selon eux, justifie les reformes universitaires. Enfin, ils ont conclu dans leur livre intitulé « l’Université n’est pas en crise », que la thèse d’une crise de l’Université n’est qu’une rhétorique politique l’issue d’un « diagnostic erroné », en s’appuyant sur leur analyse empirique de la situation actuelle de l’enseignement supérieur dans son ensemble et aussi sur la place de l’Université en son sein. Par exemple, ils montrent bien que l’idée de considérer l’Université comme une « usine à chômeurs » n’est pas conforme avec le constat empirique6.

III. Les effets des moyens de comparaison internationale comme le classement de Shanghai sur la consolidation de l’idée d’une « crise » de l’ESR

D’après Hugo Harari-Kermadec, le classement de Shanghai (et d’autres) a un rôle crucial dans le processus dit de « modernisation » du marché mondial de l’enseignement supérieur et surtout dans les discours des réformateurs pour justifier leurs programmes de réforme universitaire7. Comme Alain Caillé l’a souligné aussi, « une des motivations principales [des] réformes, et notamment de la loi LRU, personne ne l’ignore désormais, est le souci d’améliorer le classement [de la France], dans le fameux classement de Shanghai ».

Nous ne pouvons donc pas négliger le rôle des outils de classement et d’évolution dans la consolidation de l’idée d’une potentielle « crise » de l’ESR, dans la mesure où ce type d’instruments quantitatifs renforce et justifie l’idée que « quelque chose va mal » dans le système de l’ESR, en le comparant au le reste du monde avec des indices quantitatifs. Pourtant, il est possible de défendre l’idée que pour ceux qui veulent reformer le système universitaire de leur pays, ce genre de classements servent de façon stratégique et opportuniste « pour justifier des politiques déjà décidées »8.

En guise de conclusion

Après avoir interrogé les relations entre les reformes universitaires et l’usage politique de l’idée d’une « crise », puis souligné les effets des instruments de comparaison internationale sur la consolidation de l’idée d’une crise de l’ESR. Nous pouvons conclure que l’idée d’une telle « crise » de l’ESR, est loin d’être une crise endogène du système de l’ESR (pour notre discussion notamment en France), mais au contraire c’est une crise exogène, voire artificielle. Car cette idée d’une « crise » semble toujours utile pour arriver aux objectifs politiques, comme reformer le système de l’ESR, en l’utilisation comme justification. Selon nous, pour les questions comme le chômage de masse, les acteurs politiques préfèrent souligner l’existence d’une « crise » de l’Université au lieu de souligner les « crises » systémiques (économiques, politiques et sociales). L’insertion difficile des diplômés serait- elle un résultat de l’académisme des universités ou bien pourrait-il être expliqué par les questions structurelles du marché de l’emploi ? Autrement dit, on peut défendre l’idée que les acteurs politiques (plutôt les réformateurs) utilisent stratégiquement la thèse d’une « crise » de l’Université (ou de l’ESR) pour se débarrasser des problèmes liés aux diverses autres crises économiques, sociales et politiques. Donc, la thèse d’une « crise » de l’ESR pourrait-elle être considérée comme une rhétorique politique non seulement pour justifier les reformes universitaires mais aussi (et surtout ?) cacher/masquer les autres crises économiques, sociales et politiques ?

  1. Bodin, R. & Orange, S. (2013). L’Université n’est pas en crise : Les transformations de l’enseignement supérieur enjeux et idées reçues, Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, p. 9. []
  2. Ballet, A. (1963) « MM. Christian Fouchet et Maurice Herzog précisent la politique de l’Éducation nationale et des Sports », Le Monde, 5 juillet 1963, consultation : 17.03.2021. []
  3. Bodin, R. & Orange, S. (2013). op. cit. p. 10. []
  4. Caillé, A. & Chanial, P. (2009). Présentation. in Revue du MAUSS – L’université en crise: Mort ou résurrection ? , 1(1), 5-30. https://doi.org/10.3917/rdm.033.0005. []
  5. C’est la position défendue par C. Musselin, C. Paradeise et Y. Lichtenberger. Cf. Revue du MAUSS – L’université en crise: Mort ou résurrection ? , 1(1), 5-30. https://doi.org/10.3917/rdm.033.0005. []
  6. Bodin, R. & Orange, S. (2013). op. cit. p. 80-81. []
  7. Harari-Kermadec, H. (2019), Le classement de Shangai: L’Université Marchandisée, Ed. Le Bord de l’Eau, Lormont, p. 15. []
  8. Gingras, Yves (2013), Les derives de l’évaluation de la recherche: du bon usage de la bibliométrie, Paris, Raisons d’agir, p. 105. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search