La crise de la COVID-19 au prisme de l’action des brigades de solidarité populaire

Par Giovanni Simone, étudiant au sein du M2 du master Études Politiques

****

« Seul le peuple sauve le peuple » : la politique de la crise dans l’action des Brigades de Solidarité Populaire

Introduction

La pandémie de Coronavirus qui a parcouru le monde en 2020 a sans doute basculé nos horizons de vie, nos habitudes et nos perceptions du monde. Certains, comme Scambler, l’ont définie une « expérience d’infraction » (2020), qui exposerait les problèmes structurels de la société. Mais suffit-il pour autant de la définir une crise ? Et quelle crise ?

Dans cette discussion, nous allons aborder la signification de l’interprétation de la crise pour l’action politique d’un groupe d’entraide autogéré, les Brigades de Solidarité Populaire, en Île-de- France. Dans quelle mesure l’interprétation de la crise économique et sociale due à la pandémie de Covid-19 amène-t-elle le groupe à une politisation ? Notre hypothèse de travail est que l’appropriation de la crise dans le discours des Brigades de Solidarité Populaire amène à une politisation visant la construction d’une expérience préfiguratrice, mais que cela advient en tension avec une logique humanitaire.

D’abord, nous discuterons la crise comme fait social déjà interprété et l’importance de cette notion pour l’analyse des mouvements sociaux et de leurs choix stratégiques. Ensuite, nous présenterons l’objet de notre communication, les Brigades de Solidarité Populaire, et leurs discours sur la crise. Pour conclure, nous esquisserons les interprétations que nous pourrions attribuer à l’action des brigades.

La crise comme fait social déjà interprété

La crise rentre dans le discours public comme fait social déjà chargé de signification. En effet, aucune situation, bien qu’elle soit compliquée, devient une crise si elle n’est pas reconnue en tant que telle par la communauté qui est intéressée par le phénomène. Comme affirmé par Bohmann et Vobruba :

« Une situation historique déterminée ne devient une crise que après avoir été interprétée en tant que telle par les acteurs qui se trouvent dans cette situation. Il en découle qu’une crise peut devenir le sujet d’une analyse de sciences sociales seulement comme fait déjà interprété en pratique »1

En d’autres termes, une situation économique et sociale très compliquée ne devient une crise que lorsqu’il est reconnu par les acteurs politiques et sociaux que le problème dérive d’un dysfonctionnement de la société elle-même et qu’il faut y trouver des solutions.

Le fait même d’avoir à faire avec un fait social pré-interprété nous pose devant une série de questions : qui en est l’interprète ? En quel sens ? À quelles fins ? Ces interrogations devraient nous introduire une autre importante observation : les crises sont des périodes de conflictualité sociale très élevée, qui se joue au niveau de la définition et de l’interprétation de la crise aussi bien que sur les autres terrains socio-politiques.

En suivant toujours Bohmann et Vobruba et en schématisant, nous pouvons identifier deux courants interprétatifs majeurs lorsque l’on se trouve en période de crise : celle conflictuelle et celle fonctionnaliste. Dans la première, les intérêts des acteurs qui se situent dans la crise, et en conséquence leurs interprétations, sont en conflit ; dans la deuxième, les intérêts de toutes les parties sont vus comme fonctionnels pour la société entière, et il faut donc les harmoniser pour résoudre la crise (1992, pp. 152-153). Cette dernière interprétation est la plus courante dans les démocraties néolibérales, car dans cet ordre sociétal, l’importance des intérêts des capitalistes n’est pas en question, alors que les intérêts de qui ne possède pas les moyens de production coïncident difficilement avec l’intérêt public (ibid., p. 153).

Cependant, le fait basilaire que la crise soit un phénomène déjà interprété et ouvert aux conflits signifie qu’il est possible de proposer des interprétations politiques alternatives de la crise. Or, s’il est vrai, comme le dit Cuono et comme l’a noté Agamben à propos de la pandémie du Covid- 19, que les crises constituent de plus en plus souvent des outils de légitimation de politiques liberticides et autoritaires (Cuono 2016 ; Agamben 2021) ; il est vrai aussi qu’à travers une interprétation alternative de la crise, il est possible de proposer d’autres visions politiques.

De plus, comme souligné par Bosi et Zamponi dans le cadre du projet LIVEWHAT (Living With Hard Times) sur la crise économique de 2008 et les politiques d’austérité, les organisations et associations qui s’en sont appropriées ont eu une tendance plus marquée que les autres à politiser leurs actions (2018).

Les deux chercheurs, dans leur ouvrage Résister à la crise : les parcours de l’Action Sociale Directe tracent une relation particulière entre le contexte de crise et le choix stratégique de l’action sociale directe (2019). Ce type d’action politique serait une stratégie choisie par différents acteurs collectifs (partis, organisations politiques, ONGs…) « dédiés à des formes d’actions visant le changement de certains aspects spécifiques de la société à travers l’action elle-même, ce que l’on appelle action sociale directe. »2 (Bosi & Zamponi, 2018. p. 2).

Le choix de ce type d’action est lui-même indicateur d’une interprétation particulière de la crise, d’une tentative de trouver des solutions « par le bas » et, dans certains cas, contre des intérêts perçus comme hostiles.

Les Brigades de Solidarité Populaire peuvent être insérées dans cette catégorie qui est certes vaste, mais qui permet d’expliquer leur stratégie et la façon dont elles essaient de parvenir à la politisation de la crise et dans la crise.

Les Brigades de Solidarité Populaire en Île de France

Les Brigades de Solidarité Populaire sont un réseau de groupes d’entraide nés pendant le premier confinement (mars-mai 2020), sur initiatives d’un collectif de Milan, en Italie. L’appel à former des brigades « sur une base territoriale afin de venir en aide aux plus précaires »3 a été recueilli et dans peu de temps des nouveaux groupes sont nés dans d’autres villes d’Italie, en France, en Suisse et en Belgique. L’initiative a eu résonance même aux États-Unis, où par ailleurs d’autres réseaux d’entraide ont vu le jour et se sont répandus très rapidement4.

En Île-de-France, les brigades se sont répandues et ont connu une grande expansion jusqu’à la fin du premier confinement. Pourtant, suite au déconfinement et à l’été, certaines des brigades n’ont pas repris leurs activités à la rentrée. Il est cependant intéressant que des collectifs nés pour faire face à la crise sanitaire soient restés en place et opératifs même lorsque cette dernière paraissait terminée, ou de moins était déclarée comme telle par le gouvernement.

Malgré leur origine commune, les brigades manquent d’une organisation centrale et elles n’ont pas de ligne politique précise, au-delà du constat « que le système actuel était le premier responsable de la crise. Il nous fallait dénoncer la responsabilité d’un système économique mondial »5. Cependant, cette souplesse pourrait elle-même être considérée comme une force, car elle permet aux groupes particuliers de s’investir sur plusieurs fronts, touchant à la fois les nécessités des familles, des étudiants, des sans-papiers et d’autres, mais gardant une dimension précise de conflictualité.

Les actions menées sont aussi variées, mais principalement, il s’agit de construire des relations avec les groupes et les individus les plus frappés par la crise sanitaire et économique, distribuant des denrées alimentaires, des vêtements, des produits d’hygiène. Cela peut être interprété de différentes façons selon le groupe intéressé : certaines brigades, tel que celle d’Ivry-Vitry, récupéraient leurs matière prime aux Bio-c’-Bon grâce à un accord, et en distribuaient pas beaucoup aux familles, mais entretenaient des contacts avec les foyers de travailleur.ses immigré.es, avec le collectif des Gilets Noirs et avec les squats ; d’autres, tel que la brigade Paris Sud, ont crée des cantines solidaires ; d’autres encore, tel que la Brigade du 11ème arrondissement, agissaient surtout à travers les maraudes.

Les brigades d’Île-de-France ont un organisme de coordination, qui n’a pourtant pas un statut précis, mais où essentiellement se relaient les informations sur certaines actions pour lesquelles il est envisageable d’agir ensemble ou synchroniquement, comme par exemple lors de la collecte pour les étudiant.es organisée ce 6 mars dernier6. Malgré cela, le degré d’autonomie des brigades particulières est encore très élevé : cela répond en partie à l’idée territoriale à l’origine du groupe, qui veut intervenir localement et suivant les affinités construites par les militant.es, que ça soit avant l’expérience des brigades où après son début. Il faut souligner, en effet, que plusieurs des militant.es des brigades sont aussi actives dans d’autres réseaux (gilets jaunes, gilets noirs, collectifs écologistes et autres) et qu’ils et elles considèrent leurs engagements complémentaires.

Politisation de la crise, politisation dans la crise ?

Pendant leurs activités, les brigades présentent une interprétation alternative de la crise : cela est fait non seulement à travers des matériels « discursifs », comme des tracts ou des banderoles, mais aussi à travers les activités elles-mêmes. En recueillant et en distribuant les denrées alimentaires pour les familles en détresse, par exemple, les brigades permettent, dans leurs intentions, à ces personnes de se retrouver en réseaux, de partager leurs expériences et de construire une vision commune de la situation qu’ils et elles vivent. En parvenant à connaître ces personnes, l’objectif des militant.es est de les soutenir non seulement dans leurs problèmes économiques quotidiens, mais aussi de reconstituer les préconditions pour une activité politique.

Une autre forme de politisation peut être identifiée dans certaines modalités de collecte : en janvier, par exemple, une réquisition de produits a été organisée afin de dénoncer les revenus croissants de la grande distribution face à la pauvreté qui augmente en même temps7

In fine, les brigades participent aussi à des événements de contestation, comme lors de la manifestation du 12 décembre 2020 contre la loi « sécurité globale », pendant laquelle deux personnes qui étaient dans le cortège des brigades ont été placé.es en garde à vue pendant près de 80 heures8.

Le fait de présenter un discours clair sur la crise sanitaire en cours, qui individualise les responsables des dégâts sociaux et économiques dans le gouvernement et dans la classe dirigeante constitue donc le premier et principal outil de politisation des Brigades de Solidarité Populaire. En construisant des liens avec les classes populaires et précaires plus frappées par la crise, les Brigades acquièrent un point de vue situé politiquement, à travers lequel elles espèrent construire des nouvelles expériences d’organisation politique. Dans ce sens, les actions de l’organisation peuvent être définies comme « préfiguratrices ». Nous entendons ici à la fois une forme d’action qui vise à faire coïncider les moyens employés avec ses objectifs et qui vise à faire vivre dans le temps présent des expériences politiques et sociales alternatives et utopiques (Yates, 2014). Pour les membres des brigades, l’objectif est d’expérimenter des nouvelles formes d’organisation politique :

“Dans l’idéal, les gens feront la ‘récup’ et la distribution avec nous.. Et puis nous commençons à nous organiser ensemble. C’est difficile, mais sinon ça n’a pas de sens ce qu’on fait”9

On retrouve cette logique dans le refus, revendiqué par plusieurs membres du groupe avec qui nous avons pu discuter informellement, de se substituer aux services qui doivent être fournis par l’État ou par des associations et organisations prestataires.

Dans la logique politique des militant.es, non seulement le soutien matériel apporté au public est une forme d’action politique, mais aussi tout ce qui tourne autour de cette modalité d’action particulière. On retrouve donc au sein des brigades : une forte attention donnée aux types de relations entretenues avec le public et à l’intérieur des groupes, et notamment aux relations de pouvoir qui peuvent se constituer contredisant l’idéale d’une société horizontale ; l’expérimentation de nouvelles formes d’action ; la constitution de nouvelles règles collectives. S’accompagnant à la stratégie de l’intervention matérielle en soutien aux besoin d’un groupe affiché comme communauté politique, ces trois éléments amènent à une réflexion continue au sein des Brigades. Les militant.es des Brigades d’Aubervilliers, par exemple, organisent des ateliers d’auto-formation et de réflexion, prennent les décisions par consensus, mènent des réflexions internes sur les relations de pouvoir patriarcales et sur la discrimination psychophobe, expérimentent des formes d’action qui privilégient la réciprocité, comme des ateliers de rue. Ces activités dérivent d’une exigence à la fois personnelle et politique pour les activistes, qui estiment redonner du sens à leur engagement et le ré-centraliser dans leurs vies quotidiennes.

En même temps, cette attention à la crise comme contexte politique pourrait être aussi un des principaux défis qui se présentent aux Brigades : faire face à un contexte de crise signifie aussi devoir répondre aux besoins des personnes avec qui on est en contact. La difficulté dans laquelle se trouvent les personnes qui demandent de l’aide aux Brigades peut amener à ne voir que les problèmes matériaux, à raisonner dans une logique d’urgence et à ne pas construire une vision collective et politique pour leur solution. Cela peut conduire à une posture qui privilégie l’efficience sur l’horizontalité et sur la réciprocité, introduisant l’institutionnalisation de l’aide, des rapports de pouvoir entre les militant.es et les bénéficiaires et en conséquence la perte de valeur politique des actions de solidarité (Sotiropoulu, 2016). Cette dynamique peut être définie comme dépolitisation, soit « la stratégie politique obsédée par la technique, la productivité et l’efficience, qui vise à éradiquer les questions morales et politiques de la vie publique10 » (Kotronaki & Christou, 2019 : p. 339).

La logique humanitaire est présente au sein des brigades et dans leurs activités, souvent en même temps que la logique préfiguratrice. Aux distributions de fruits et légumes de la brigade d’Aubervilliers/Pantin, par exemple, la présence de tracts qui présentent la politique conflictuelle des brigades passe presque inaperçue par les personnes qui viennent se servir de la nourriture. En général, l’idée de construire des solidarités politiques tout en donnant du soutien matériel met les activistes face à un dilemme : comment inclure le public dans les activités ? Malgré l’idéal correspondance entre personnes qui profitent de l’aide et activistes, il est possible d’identifier une certaine distance qui se crée entre les deux groupes. Même si tous les activistes se servent aussi de l’aide qu’ils et elles distribuent, le contraire n’est pas vrai, et les actions plus ouvertement politiques et d’organisation ne sont fréquentées en général que par les militant.es.

Cela génère une tension constante entre l’idéel d’auto-organisation horizontale et la réalité actuelle, comme il émerge souvent dans les discussions, et comme l’explicite un militant avec ce doute : “Nous faisons beaucoup pour nos ‘bénéficiaires’… enfin je sais pas comment on veut les appeler”11

Conclusions

En commençant par la définition de crise tel qu’événement déjà interprété, nous avons essayé de tracer les parcours de politisation d’un groupe de solidarité, né pendant la crise sanitaire du Covid19. Nos observations confirment les analyses de Bosi et Zamponi sur le lien entre appropriation de la crise et politisation de l’organisation : l’interprétation de la crise donnée par les brigades les pousse à rechercher des réciprocités et de l’horizontalité dans leurs expériences, construisant des nouvelles alliances et des nouveaux réseaux politiques et politisant.

Cependant, le risque de rentrer dans une logique humanitaire, professionnalisant leur travail, ou de construire un espace qui ne serait qu’une simulation de conflictualité, demeure au sein de l’organisation.

Ces trois tendances se retrouvent dans les actions des Brigades. Il serait donc prématuré de trancher une analyse qui étiquetterait les actions du groupe juste un an après sa naissance. Il est cependant intéressant d’observer les modalités d’organisation, d’action et de protestation au prisme des catégories de politisation et de dépolitisation, et en rappelant les logiques de préfiguration et d’humanitarisme qui peuvent être décrites au sein des Brigades.

Bibliographie

Agamben, G. (2020). A che punto siamo ? L’epidemia come politica (À quel point en sommes nous ? L’épidémie comme politique). Quodlibet. 106 pp.

Blühdorn, I., & Deflorian, M. (2021). Politicisation beyond post-politics : New social activism and the reconfiguration of political discourse. Social Movement Studies, 0(0), 1-17. https://doi.org/10.1080/14742837.2021.1872375

Bohmann, G., & Vobruba, G. (1992). Crises and their interpretations. Crime, Law and Social Change, 17(2), 145-163. https://doi.org/10.1007/BF00144033

Bosi, L., & Zamponi, L. (2018). Politicizing Solidarity in Times of Crisis : The Politics of Alternative Action Organizations in Greece, Italy, and Spain. American Behavioral Scientist, 62(6), 796-815. https://doi.org/10.1177/0002764218768861

Bosi, L., & Zamponi, L. (2019). Resistere alla crisi : I percorsi dell’azione sociale diretta (Résister à la crise : les parcours de l’action sociale directe). Il mulino. 314 pp.

Cuono, M. (2016). Crises de légitimité ou légitimation par les crises ? Etats d’urgence, d’exception et de nécessité. Sociétés Politiques Comparées, 40, 1-14.

Kotronaki, L., & Christou, S. (2019). (De-)Politicization Trajectories in an Anti-Austerity Contentious Cycle. Social Clinics-Pharmacies Solidarity structures in Greece.

Partecipazione e conflitto, 12(2), 325-352. https://doi.org/10.1285/i20356609v12i2p325

Scambler, G. (2020). Covid-19 as a ‘breaching experiment’ : Exposing the fractured society. Health Sociology Review, 29(2), 140-148. https://doi.org/10.1080/14461242.2020.1784019

Sotiropoulou, I. (2016). Solidarity, Grassroots Initiatives and Power Relations. World Social and Economic Review, 2016 (No 6, February 2016-Europe in Crisis), 44-59.

Yates, L. (2015). Rethinking Prefiguration : Alternatives, Micropolitics and Goals in Social Movements. Social Movement Studies, 14(1), 1-21. https://doi.org/10.1080/14742837.2013.870883

  1. « An historical situation becomes a crisis only on account of its being interpreted as a crisis by the actors in this situation. It follows that crises can only become the subject of social scientific analysis as in practice already interpreted facts. Dans : Bohmann, G., & Vobruba, G. (1992). Crises and their interpretations. Crime, Law and Social Change, 17(2), p. 145. https://doi.org/10.1007/BF00144033. []
  2. “actors committed to forms of action that focus on directly transforming some specific aspect of society by means of the very action itself, what we have defined as direct social actions”, notre traduction. []
  3. Brigades de solidarité populaire. https://www.brigades.info/fr/, consulté le 16 mars 2021. []
  4. Commune magazine, 27 mars 2020. It’s time to build the brigades. https://communemag.com/its-time-to-build-the- brigades/, consulté le 16 mars 2021. []
  5. Covid-entraide, 7 avril 2020, Les brigades de solidarité populaire!. https://covid-entraide.fr/ile-de-france-les- brigades-de-solidarite-populaire/, consulté le 16 mars 2021. []
  6. Facebook.com, Brigade de Solidarité Populaire Place des Fêtes, 5 mars 2021. https://www.facebook.com/106562521336264/photos/a.106765777982605/143297227662793/ consulté le 16 mars 2021. []
  7. Facebook.com, Brigades de Solidarité Populaire, 30 janvier 2021. https://www.facebook.com/BrigadesSolidaritePopulaire/photos/a.110823623895633/251383376506323/ consulté le 16 mars 2021. []
  8. Facebook.com, Pour une écologie populaire et sociale, 13 janvier 2021. https://www.facebook.com/ConfederationPEPS/photos/a.618515718668293/1052091505310710/ consulté le 16 mars 2021. []
  9. Entretien avec E., militante des Brigades du 12ème arrondissement, recueilli en Novembre 2020. []
  10. “The political strategy obsessed with technique, productivity and efficiency intent on eradicating political and moral questions from public life”, notre traduction. []
  11. Propos tenu par A., militant des Brigades d’Aubervilliers/Pantin. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search