Pandémie et crise démocratique, le cas européen

Par Antoine Marçais, étudiant en M1 Études Politiques

****

Analyse comparative des réactions aux mesures sanitaires restrictives de liberté  durant la crise du Covid-19 : entre opposition canalisée et conflit spontané  

L’épidémie de Covid-19 a plongé la plupart des États du monde dans une crise politique et économique sans pareille depuis la Seconde Guerre Mondiale. Tous les gouvernements de la planète ont été dans l’obligation de prendre des mesures d’urgence, restreignant de manière inédite en temps de paix les libertés individuelles et collectives. Si dans un premier temps ces décisions ont semblé faire l’objet d’un large consensus, du moins au sein des sociétés européennes, leur pérennisation après l’été 2020, couplée dans certains cas à un renforcement, a conduit à des réactions, parfois violentes, dans  plusieurs pays.  

Fin janvier, l’annonce d’un couvre-feu aux Pays-Bas provoquait des manifestations et des  violences d’une ampleur inédite depuis quarante ans dans le pays, touchant plusieurs villes (de Rotterdam à Maastricht en passant par La Haye et Amsterdam). Au même moment mais à une moindre envergure, des manifestations se déroulent chez le voisin danois, sous  l’impulsion du groupe Facebook « Men in Black », déjà à l’origine de défilés émaillés de  violences les semaines précédentes.  

La France, pourtant marquée par des mesures de restrictions de circulation continuellement depuis la mi-octobre, alternant périodes de confinement et de couvre feu, n’a pas connu de mobilisations aussi importantes et spontanées. Si le mois de décembre a été le théâtre, à Paris et dans quelques villes de province, d’intenses affrontements entre des manifestants et les forces de l’ordre, ces confrontations entraient dans le cadre de l’opposition au projet de loi « sécurité globale » soutenu par le  gouvernement et sont donc plutôt à ranger dans la désormais routinière configuration de la contestation sociale française depuis 2016 et la Loi Travail. 

Ces données interrogent par la rupture qu’elles forment par rapport aux pays d’ordinaire considérés comme bastions de la contestation sociale et politique, comme la France. À l’inverse, le Danemark et les Pays-Bas, souvent présentés par leur goût pour la négociation et leur recherche continue du consensus, ont surpris en ce début d’année. Si nombre de commentateurs louent la discipline civique française, la plaçant comme un sens de la responsabilité aux accents patriotiques, et fustigent les agitateurs étrangers qualifiés de conspirationnistes, il me semble qu’il y a quelque chose à voir ici de la façon dont les États ont géré la crise du Covid-19, s’adaptant à sa durée inattendue et parvenant (ou non) à maintenir l’équilibre fragile entre l’urgence des mesures et le risque  de rupture avec une tradition politique nationale, socle de la légitimité des décisions prises. 

Le présent exposé tentera donc de répondre à la question suivante : Comment expliquer les réactions plus ou moins virulentes et spontanées aux mesures de restrictions de liberté en Europe pendant la crise du Covid-19 à l’aune des traditions politiques des États et de la structuration du discours étatique ? 

Pour tenter d’expliquer les violentes réactions aux annonces de mesures de restrictions de liberté aux Pays-Bas et au Danemark, je propose de porter mon regard sur la nature de ces régimes politiques et sur l’importance que les nationaux confèrent au respect de la liberté individuelle.  

En premier lieu, ces deux pays restent profondément marqués par une tradition juridique et morale veillant à maintenir, voire à étendre, le champ des libertés dont jouissent les individus. Le Danemark et les Pays-Bas figurent chaque année dans les premières places des classements relatifs au respect des libertés individuelles dressées par les ONG et organisations internationales, obtenant systématiquement des notes comprises entre 95 et 99 sur 1001, pour ce qui est des indices globaux. Cet attachement à l’autonomie de l’individu tiendrait en partie des traditions protestantes qui irrigue toujours la culture de ces pays, plaçant la liberté individuelle entre respect de valeurs civiques et morales, volonté de préserver ce qui touche à l’intime et forme de dissidence, de refus d’obéissance2.

Ces éléments, certes éloignés de la crise sanitaire et ses suites, peuvent néanmoins permettre de dresser un tableau de deux pays accordant un place particulière à l’individu et à l’étendue de sa liberté et de son autonomie. C’est donc sur ce fondement que les mobilisations de l’hiver ont rassemblé tant de monde. Les organisateurs des  manifestations danoises, qui se présentent comme les « Men in Black », disent ainsi  militer pour la liberté3, tout comme les manifestants néerlandais, malgré une composition visiblement hétérogène4 et une tendance affichée au conspirationnisme5. Cependant, ces États ne sont pas non plus des espaces de non-droit, où la liberté prime envers et contre tout. Il apparaît, cependant, que la restriction des libertés individuelles peut tout à fait être tolérée dans le cas où elle correspond à l’intérêt supérieur du groupe, ce qui semble être le cas en l’espèce. Un autre élément mérite toutefois d’être ajouté. 

Le politologue américain Arendt Lijphart a longuement travaillé sur les systèmes politiques, dégageant une typologie entre les démocraties majoritaires et les démocraties  de consensus – ou démocraties consociatives –((Lijphart Arend, Patterns of Democracy, New Haven, Yale University Press, 1999.)). Les démocraties de consensus, dont les Pays-Bas constituent un exemple type, sont caractérisées par l’existence d’une  coalition de gouvernement, l’usage d’un scrutin proportionnel et un tendance très  marquée par la recherche du consensus dans des pays fortement segmentés sur le plan religieux, ethniques ou culturels. Si le Danemark ne peut pas strictement entrer dans cette catégorie en raison de sa faible segmentation, il présente, comme les autres États scandinaves, des caractéristiques semblables, tant du point de vue de la forme de scrutin que du mode d’élaboration des politiques publiques, longuement concertées avec des partenaires sociaux bénéficiant d’un important taux de légitimité auprès des citoyens.  Peut-être est-il ainsi possible de voir dans la décision et l’application des mesures de crise par les gouvernements danois et néerlandais la menace d’une rupture du consensus social nécessaire et préalable à la restrictions des libertés individuelles les plus fondamentales, et en premier lieu la liberté de circulation. Quelque jours après les violentes manifestations qui ont secoué le pays, un Tribunal de La Haye, saisi par le collectif  Viruswaarheid (« vérité sur le virus »), a en ce sens livré un jugement demandant  l’annulation des mesures de couvre-feu, dénonçant « une violation profonde du droit à la  liberté de mouvement et à la vie privée » et avançant qu’une telle décisions devait être  prise « au terme d’un processus décisionnel très minutieux » que le gouvernement n’avait pas respecté en l’espèce6. Malgré la suspension de ce jugement par la cour d’appel7, cet évènement illustre bien la fragilité de la position actuelle de l’exécutif et vient étayer la thèse selon laquelle les conflits spontanés et violents de ces derniers mois aux Pays-Bas et au Danemark sont motivés par le sentiment d’une atteinte à la liberté individuelle hors des procédures traditionnelles permettant sa restriction. 

Contrairement à ses homologues danois et néerlandais, l’exécutif français n’a pas (encore ?) été confronté à de telles mobilisations, ni à des débordements semblables.  Cette situation semble tenir à deux facteurs principaux, intimement liés.  D’une part, dès le début de la crise en mars 2020, Emmanuel Macron a pris le parti  d’incarner un État en guerre, utilisant un lexique consciemment emprunté au champ  militaire. Dès les premiers discours, les propos du Président appelaient les français à être  « mobilisés », à « la nation d’être mobilisée dans le combat », en soutenant des soignants  « en première ligne » pour vaincre le virus, placé comme « l’ennemi »8. L’historien Stéphane Audouin-Rouzeau insiste ainsi sur le parallèle dressé par Emmanuel Macron entre la crise du Covid-19 et la Première Guerre Mondiale, incarnation d’une nation  française unifiée et combattante.  

Aussi lors des premiers mois de la pandémie, cette référence au passé guerrier de  la France, en présentant la situation présente comme l’occasion de faire à nouveau  preuve de courage et de solidarité nationale, conduit à former un large consensus autour  des mesures prises par le gouvernement, dans le cadre d’un état d’urgence sanitaire cantonnant le Parlement à un rôle de simple enregistrement et faisant abstraction des autres contre-pouvoirs. De plus, la tradition d’un exécutif fort et dirigiste sous la Ve  République ne contrevenait pas outre-mesure, sans compter l’état d’urgence après les  attentats du 13 novembre 2015, à l’acceptation temporaire par les citoyens français d’une  période durant laquelle leur droits et libertés seraient réduits.  

Cependant, après l’été, suite aux nombreuses reproches qui lui étaient faites notamment concernant les masques et craignant de devoir prendre de nouvelles mesures touchant aux libertés individuelles et collectives, l’exécutif a changé de stratégie.  La rhétorique guerrière du printemps a laissé place à un discours dépassionné, technique, cherchant à justifier minutieusement chaque décision prise avant de  l’annoncer et s’efforçant de leur ôter leur dimension politique9. La nomination de Jean Castex en juillet, plus technicien que politicien entrait déjà probablement dans cette stratégie. Est venue s’ajouter à cela la concession faite par le gouvernement de raisonner à une échelle plus locale pour faire taire des voix qui s’élevaient de plus en plus haut au sein des administrations et collectivités locales, potentiels relais de la contestation.  

Ainsi, les deux types de discours utilisés par l’exécutif et le passage de l’un à l’autre n’ont eu d’autre but que de canaliser les oppositions qui apparaissaient, certes très régulièrement mais à un stade embryonnaire. Cette stratégie de canalisation, opérée en deux étapes distinctes, apparaît comme l’une des justifications d’une absence de conflit majeur, global et spontané lors de la crise du Covid-19 en France. 

  1. https://freedomhouse.org/countries/freedom-world/scores []
  2. Zuber Roger. Défense et illustration de l’individualisme protestant. In: Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 46e année n°3,1966. pp. 241-261 []
  3. https://www.courrierinternational.com/article/danemark-contre-les-restrictions-les-men-black-deferlent-copenhague []
  4. https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/25/les-pays-bas-sous-le-choc-apres-un-week-end-de-manifestations-violentes-contre-un-couvre-feu-inedit_6067564_3210.html []
  5. https://www.worldpoliticsreview.com/articles/29386/the-netherlands-lockdown-riots-are-a-bad-omen []
  6. https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-aux-pays-bas-le-couvre-feu-annule-par-un-tribunal-de-la-haye-16-02-2021-LVL2BCLZXRFPTGXYZ4CSS45H7Q.php []
  7. https://www.france24.com/fr/europe/20210216-covid-19-aux-pays-bas-le-tribunal-ordonne-la-fin-du-couvre-feu-controvers%C3%A9 []
  8. https://www.lefigaro.fr/politique/guerre-ennemi-premiere-ligne-le-vocabulaire-d-emmanuel-macron-est-il-pertinent-face-au-coronavirus-20200326 []
  9. http://www.slate.fr/story/197133/discours-emmanuel-macron-revele-gestion-crise-covid-19-empathie-distance []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search