Le Club de Rome face à Rousseau : autour des “limites de la croissance”

Par Bertille Mazari, étudiante en M1 Études Politiques

****

Peut-on encore parler de crise ?

En première année de master en Études politiques à l’EHESS, sous la direction de Barbara Carnevali, je travaille sur la relation pouvant exister entre Jean-Jacques Rousseau et la démocratie participative. Dans la prolongation de mon étude sur les thèses de Jean-Jacques Rousseau, je souhaite apporter ma contribution à la réflexion de l’objet de crise qui rythmera la Journée d’étude du master. De par ma récente appréhension de Jean-Jacques Rousseau, je ne peux prétendre à une réflexion tout à fait juste et complète mais je m’efforcerais d’apporter un regard sérieux sur ses œuvres ainsi que sur celles des différents auteurs qui seront ultérieurement mentionnés et sur les possibles liens que celles-ci peuvent entretenir avec la notion de crise.

La crise sanitaire qui rythme nos conversations depuis de nombreux mois maintenant ne sera malheureusement pas le cœur de mon propos dans cette contribution. N’ayez crainte, elle en reste néanmoins le point de commencement. En effet, cette crise, par son inédit a perturbé un quotidien empli de crises plus ordinaires telles que la crise économique, la crise de la représentativité, la crise de l’éducation, la crise des rapports sociaux, la crise des générations, la crise des valeurs, la crise des repères, la crise de la socialité et bien d’autres encore. La nouveauté de cette crise semble surplomber celles antérieures qui paraissent alors de second ordre et dont on se contenterait aisément dans les dessins d’espérance d’un retour « à la vie d’avant », à la normalité. Cette volonté de retour à ladite norme avec des crises plus normales pose la question du rapport qu’entretient notre société à un état de crise qui serait peut-être un état de fait n’ayant plus de fin. Lorsque les crises deviennent une norme peut-on alors encore parler de crise ? De quoi parle-t-on lorsque l’on mentionne la crise ? Est-ce que l’idée d’une crise permanente n’enlève-t-elle pas le sens même de la notion de crise ? En amenant la dimension de permanence d’une crise, ne peut-on pas se questionner sur le rapport au temps entretenu avec la crise ?

Ainsi, tout au long de cette contribution, le questionnement central : dans quelle mesure peut-on parler de crise ? Pour ce faire seront invoqués des auteurs clefs de la notion de crise. Myriam Revaul d’Allones philosophe d’éthique et politique auteure de La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps [1], Reinhart Koselleck et Michaela Richter philosophes de l’histoire et de la crise auteurs de Crisis [2] ainsi que Jean-Jacques Rousseau dont la renommée me dispense de présentation.

En remontant à l’étymologie du terme de crise, Krisis en Grec, Myriam Revaul d’Allones exprime le fait que ce terme incorporait alors une dimension décisionnelle et non pas indécisionnelle, la crise se référerait au moment où l’équilibre se retourne, où la rupture s’opère et qu’une sortie de la crise est possible. Il ne s’agit alors pas seulement d’une question d’étymologie mais peut-être d’un paradigme ou d’un modèle qui nous est proposé à travers l’étymologie pour analyser la notion de crise. Les Grecs utilisent le terme de Krisis dans des domaines limités tels que le judiciaire ou la maladie. Dans le judiciaire, cela désigne le jugement, la décision qui ne découle pas d’une causalité nécessaire. Le terme de krisis, dans le contexte de la maladie résulte quant à lui d’un stade de maladie critique qui conduit à une bifurcation entre deux possibilités, il s’agit alors du point extrême où la crise appel un dénouement soit vers la vie soit vers la mort. Selon M. Revaul d’Allones, « Si la notion de crise dans les maladies repose sur une certaine conception du temps orienté, il semble alors que les Grecs possèdent une notion de krisis liée à un certain régime d’historicité » [3]. Il apparaît ainsi que c’est dans une certaine conception du temps, dans une certaine expérience du temps, que la crise se développe, se déroule et qu’elle attend éventuellement une issue.

Relativement à l’expérience du temps, la thèse avancée par Reinhart Koselleck et Michaela Richter dans leur article « Crisis » [4] offre une approche temporelle de la crise. Elle serait, depuis 1780, devenue l’expression d’un nouveau sens du temps qui indique et intensifie la fin d’une époque, elle peut être conceptualisée comme chronique. Le XVIIIe semble alors être à la fois le siècle de l’histoire et de la critique qui va voir la diffusion dans la société de la notion de crise et qui va prendre avec Rousseau une portée historique et politique.  Selon Koselleck et Richter, Rousseau « […] offre le premier usage du terme “crise” dans son sens moderne, c’est-à-dire celui qui émane d’une philosophie de l’histoire et qui offre également un pronostic sur l’avenir. L’utilisation du terme était dirigée à la fois contre une foi optimiste dans le progrès et contre une théorie cyclique inchangée. » [5]. De plus Koselleck et Richter montrent une expansion sémantique du concept de crise qui serait analogue à celle d’un changement tel qu’il est compris dans le terme de « révolution » employé par Rousseau. Rousseau inscrit ainsi la crise dans une historicité, dans une temporalité qui est l’historicité de l’homme – non pas la temporalité ou l’historicité de la nature, qui est essentiellement cyclique et répétitive – il introduit un élément qui est de l’ordre de la rupture, de la nouveauté.

En prenant la crise en son sens moderne, Koselleck et Richter la conçoivent comme l’objet d’un processus de temporalisation de l’histoire qui serait propre à la modernité, qui se figurerait par un événement de rupture du lien entre expérience et attente. Cela pose alors la question d’une tension pouvant exister entre la notion de crise et la modernité. Myriam Revaul d’Allones [6] introduit l’idée que la crise serait issue de la position de la modernité elle-même et qu’elles seraient en fait consubstantielles. Myriam Revaul d’Allones défend l’idée selon laquelle les Lumières récusent tout ce qui relève de l’antériorité, du préjugé, d’un savoir qui n’a pas été fondé ou d’une tradition qui n’a pas été examinée. La modernité est alors caractérisée par l’auto-fondation et l’autojustification qui serait une rupture avec tout ce qui l’a précédé, cela, aussi bien sur le plan historique que politique. L’auteure justifie cette consubstantialité en rappelant que la crise est avant tout une crise des fondements remettant en cause la légitimation du savoir, de la vérité ou bien de l’ordre politique.

Au regard de la considération moderniste de la notion de crise, il serait alors possible de s’interroger sur la notion de crise qu’entretiennent les contemporains vis-à-vis de celle-ci. En effet, qu’il s’agisse de la crise sanitaire ou de celles apparues au cours du XXème siècle, peut-on parler encore de crise au sens des modernes ou bien cette rhétorique de la crise a-t-elle adoptée une sémantique différente ? En effectuant un rapprochement entre la crise de la démocratie représentative dite contemporaine et la conception rousseauiste de la représentation et de la crise peut-on parler de crise de la représentation dans le sens des modernes ?

De la crise de la démocratie représentative, beaucoup ou en fait peu pourrait être dit à son propos. La familiarité avec laquelle l’on s’y réfère depuis des décennies accepte bien volontiers la considération de discrédits des leaders politiques, d’une certaine défiance envers les représentants, d’une difficile transcription du social en politique ou encore le sentiment d’une dépossession démocratique. Il apparait ici que la démocratie représentative admet des troubles dans son mécanisme. Mais quand est-il réellement de la crise de la représentation en elle-même ? En suivant une réflexion moderne de la crise il serait nécessaire de chercher un événement, un point de rupture du lien entre expérience et attente ou encore une décision qui vaudrait comme jugement séparant un avant et un après. Il faudrait par la suite statuer d’un état de transition qui induirait le changement, la révolution au sens de Rousseau et qui enfin, rendrait compte d’un état de crise au sens des modernes.

Un périple peut être engagé vers la recherche de données révélatrices d’une certaine rupture justificatrice de ladite crise de la représentation ce qui pose alors l’interrogation de l’ampleur de l’événement conducteur de rupture. Est-ce possible qu’il en existe de petits tels que l’abstention de vote qui pourrait être un des symptômes de la crise de la représentation ? Mais où se trouve alors la rupture significatrice d’occurrence de crise ? Est-ce supposé être un élément que l’on cherche et non pas une évidence historique telle que la Révolution française ou bien la chute du mur de Berlin ?

S’il n’est possible de déterminer un point de rupture révélateur de crise de la représentation peut-on alors parler de crise en son sens moderne ? Son caractère durable – depuis combien de temps parlons-nous de crise de la représentativité – ne serait – il pas antinomique avec la notion de crise ? Face à ces interrogations s’offrent comme bien souvent de multiples hypothèses de réponses possibles. Il en sera ici question de deux.

La première propose le fait que la crise de la représentativité entend communément l’appellation de crise quand il s’agit peut-être de dérives ou de dysfonctionnements d’un régime politique. Comme Rousseau l’exprimait dans Du Contrat Social [7], la démocratie représentative peut être vectrice d’une perte de la souveraineté du peuple ainsi que de sa volonté générale, d’un désintérêt des affaires publiques au profit des affaires privées, de corruption ou encore de despotisme et qui, in fine conduirait à la ruine de l’Etat. Au sens des modernes, sans rupture flagrante, les éléments composants ladite crise de la représentation peuvent alors constituer des symptômes de dysfonctionnements d’un régime qui par la suite seront susceptible d’offrir un état de crise mais ne semble pas être une crise.

La seconde hypothèse réfléchit quant à elle à la notion contemporaine de crise. Une crise doit-elle correspondre aux critères de crise au sens des modernes pour être qualifiées en tant que telle ? La crise de la représentativité démocratique qui prend place depuis plusieurs décennies sans rupture réelle constatée ne pose-t-elle pas un nouveau rapport de temporalité vis-à-vis de la notion de crise. En dépassant une certaine expérience au temps de la crise qui était celle des grecs puis des modernes, il serait possible de considérer le fait que les contemporains en offrent une nouvelle.  

Cette seconde hypothèse pose tout de même une interrogation sur la distinction pouvant exister entre la crise sanitaire et la crise de la représentativité ici exprimée. Au regard de la notion moderne de la crise, la crise sanitaire offre un événement, une nouveauté et une certaine rupture, qui la rend propre à la modernité. Ce qui n’est pas le cas de la crise de la représentativité. Quand peut-on alors parler de crise et quelle signification lui attacher selon si on se place d’un point de vue moderniste ou contemporain ? La polysémie de la notion de crise reste entière et ce serait avec plaisir que nous en discutions pour apporter quelques lumières quant à nos perceptions.

[1] Myriam Revaul d’Allones, La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Seuil, 2012 [« Points Essais », 2016].

[2] Reinhart Koselleck et Michaela Richter, “Crisis”, Journal of the History of Ideas, Apr., 2006, Vol. 67, No. 2 (Apr., 2006), pp. 357- 400.

[3] Vivien Longhi, Les notions modernes et actuelles de “crise” et la κρ‌σις médicale de Grecs : remarques sur un écart. Séminaire “L’Antiquité territoire des “écarts””, Nov. 2013, Paris, France. ‌hal-01656267‌.

[4] Reinhart Koselleck et Michaela Richter, “Crisis”, Journal of the History of Ideas, Apr., 2006, Vol. 67, No. 2 (Apr., 2006), p. 373.

[5] Ibid.

[6] Ibid.

[7] Jean-Jacques Rousseau (1755), Du contrat social, Paris, Le livre de poche, 2011.

Bibliographie :

Vivien Longhi, Les notions modernes et actuelles de “crise” et la κρ‌σις médicale des Grecs : remarques sur un écart. Séminaire L’Antiquité territoire des “écarts”, Nov. 2013, Paris, France. ‌hal-01656267‌

Reinhart Koselleck et Michaela Richter, Crisis, Journal of the History of Ideas, Apr., 2006, Vol. 67, No. 2 (Apr., 2006), pp. 357- 400.

Myriam Revaul d’Allones La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Seuil, 2012 (« Points Essais », 2016).

Jean-Jacques Rousseau (1755), Du contrat social, Paris, Le livre de poche, 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search