Crise démocratique, crise du “care” : enjeux d’une théorisation féministe de la démocratie

Par Giuseppe Aprile, étudiant en M2 Études Politiques

****

La communication que j’ai envisagée pour aujourd’hui concerne le rapport entre populisme et démocratie libérale, et notamment les possibilités ouvertes par les théorisations féministes de la démocratie pour analyser et résoudre cette tension.  

L’idée d’une tension populisme-démocratie est ici envisagée dans une perspective de théorie politique, et non pas de politique comparée. Je fais alors référence au concept de « atmosphère populiste »1 et je cherche à analyser la relation entre populisme et démocratie libérale en m’appuyant sur les travaux de Nadia Urbinati2

Selon Urbinati, en effet, le populisme défigure la démocratie libérale, qui est censée marcher selon le modèle de la pars pro toto : le principe de majorité couplé au principe de souveraineté du Peuple fait de telle sorte que, dans une démocratie libérale, la majorité élue, alors qu’elle peut etre l’expression d’intérêts et groupes sociaux spécifiques, reste néanmoins une majorité trans-sociale (qui ne correspond à aucun groupe social) et qui représente le « toto », c’est-à-dire le « Peuple ». A l’inverse, dans la reconstruction de Urbinati, le populisme suivrait le modèle de la pars pro parte, selon lequel les élus sont censé représenter non pas le « Peuple » (la totalité des membres de la communauté politique), mais le « peuple », c’est-à-dire une partie socialement définie, correspondant au « vrai peuple » des ‘non-corrompus’, qui se constitue par opposition aux élites.

Ce que je me propose d’enquêter, ce sont donc les raisons (ou mieux les passions) qui se trouvent derrière cette « défiguration » de la démocratie libérale de la part du populisme.

L’hypothèse que j’avance est qu’il s’agit d’une tentative de clôturer le gap entre le « social » et le « politique ». Comme le remarque Eric Santner dans The Royal Remains : The People’s Two Bodies and The Endgames of Sovereignty3, déjà Giorgio Agamben souligne la polysémie du mot peuple, qui dans plusieurs langues indoeuropéennes indique à la fois une partie socialement définie de la communauté politique (le « peuple » c’est-à-dire l’ensemble des sujets les plus défavorisés, ayant accès à une expérience de « vie nue » – zoe) ainsi que le sujet collectif de la communauté politique toute entière, le  « Peuple » (comme l’ensemble des sujets qui ont accès à la vie politique – bios)

A cette fin, les concepts de « social » et de « politique » sur lesquels je m’appuie, ce sont les concepts de Hannah Arendt, qui en soutient la distinction nette4 dans ses ouvrages majeurs et notamment dans Condition de l’Homme Moderne. Pour Arendt, très synthétiquement, le « social » est constitué par ce qui a à faire avec la vie et les besoins et qui est censé rester dans l’espace privé alors que le « politique » est ce qui est digne de faire l’objet de débat public

A partir de ce constat, j’envisage alors la possibilité que le concept de care puisse etre pris en considération pour repenser la structure de la démocratie pour répondre aux demandes des populismes.

Avant d’examiner cette possibilité, il faut toutefois procéder à une désambiguation dans l’idée d’une relation entre populisme et care, puisque, comme le soutient la politiste féministe américaine Joan Tronto, chaque théorie politique a sa vision du « care ». Dans le littérature, il a été en effet remarqué comme la « gouvernementalité populiste » (c’est-à-dire le populisme au pouvoir), se rapproche de la gouvernementalité néolibérale5

Le néolibéralisme prône en effet une conception de « privatisation » des activités de care, tout en les laissant en première instance au marché, sinon à la famille traditionnelle (notamment à la femme) et enfin à l’individu lui-même, le cas échéant. Or, si l’on suit les analyses de Fabienne Brugère, ainsi que celles de Wendy Brown6, le populisme ‘de droite’ au pouvoir se construit sur les mêmes formes de « conservatisme moral » que le néolibéralisme, et emprunte la même vision « privatisée » des activités de care. Ce n’est donc pas en ce sens que l’on envisage la relation entre populisme et « care ».

On l’envisage, inversement, suivant la théorie féministe de la Démocratie du Care de Joan Tronto7. Dans cette perspective, la « démocratie du care » ne constituerait pas une solution contre le populisme ‘de droite’ au pouvoir ressortissant aux techniques de gouvernementalité néolibérale (comme le suggère Brugère), mais une véritable option pour aller à l’encontre des demandes du « peuple » du populisme. 

Le projet de Tronto prévoit en effet une triple démocratisation : ontologique, méta-éthique et au niveau de l’allocation des responsabilités des activités de « care ». La démocratisation ontologique concerne les présupposés traditionnels des éthiques féministes du care : contre les théorisations originaires d’un rapport dyadique qui distingue entre un « care-giver » et un « care-receiver », le projet de Tronto présuppose en effet que tout le monde a besoin de et participe à des activités de « care ». Au niveau méta-éthique, ensuite, Tronto reprend le modèle « expressif-collaboratif » de Margaret Urban Walker qui s’oppose au modèle « théorétique-juridique » : là où dans ce dernier cas c’est un philosophe qui est censé dégager des principes moraux universels, suivant le premier modèle, par contre, ce sont les acteurs qui, à partir de leur position située, décident et délibèrent sur les critères d’une bonne care. Enfin, au niveau de l’allocation des responsabilités de « care », Tronto considère que ce sont les citoyens qui doivent en discuter et les répartir d’entre eux de manière « démocratique », à l’intérieur des « cercles de responsabilité » où ils vivent leur vie quotidienne. 

Ainsi dessinée, la Démocratie du Care semble alors la configuration démocratique qui permet de rapprocher le « social » (le domaine de la vie et des besoins) et le « politique » (le domaine de ce qui est « digne de faire l’objet de débat public ») en ce qu’elle rend les besoins et la vie objet diffus de débat public tout en permettant aux subjectivités démocratiques de porter leurs histoires et leurs voix dans l’espace public. 

Comme le remarque Joan Tronto, en effet, la crise démocratique (la désaffection des citoyens pour les institutions démocratiques) et la crise du « care » (le fait que les gouvernements des démocraties libérales ont difficulté à gérer les besoins de « care » de leurs populations) sont deux aspects du même problème : si les démocraties libérales sont en crise et ne suscitent plus d’émotions et d’intérêt parmi les citoyens des communautés démocratiques c’est parce que leurs besoins et leur vie ne sont plus au centre du débat public, et certainement non pas d’une manière qui les fasse participer activement. 

L’hypothèse finale que je formule est alors que le populisme, dans la façon où il menace de « défigurer » la démocratie libérale, nous signale ses dysfonctionnements. En ce sens, le populisme serait l’expression d’un malaise vers les clivages stricts entre public et privé ou entre politique et social qui caractérisent les démocraties libérales. 

Plutôt que de regarder au populisme comme défigurant nos démocraties, il faudrait alors saisir l’opportunité qu’il nous présente pour les reconceptualiser. 

BIBLIOGRAPHIE ESSENTIELLE

  • Arendt H., Condition de l’Homme Moderne, Chicago: University of Chicago Press, 1958
  • Bernstein R., “Rethinking the Social and the Political”, Graduate Faculty Philosophy Journal, 11 n° 1 (1986): 111. 
  • Brown W., In the Ruins of Neoliberalism, New York: Columbia University Press, 2019
  • Brugère F. “Caring Democracy as a solution against Neoliberalism and Populism”, in Care Ethics, Democratic Citizenship and The State, Oxford: Oxford University Press, 2020
  • Rosanvallon P., Le Siècle du Populisme, Paris: Seuil, 2020
  • Santner E., Royal Remains, Chicago: The University of Chicago Press, 2011
  • Tronto J., Caring Democracy, New York: New York University Press, 2013
  • Urbinati N., Me, The People, New York: Columbia University Press, 2019
  1. Pierre Rosanvallon, Le siècle du populisme : histoire, théorie, critique, Paris : Seuil, 2020 []
  2. Nadia Urbinati, Me, The People. How Populism Transforms Democracy, Cambridge : Harvard University Press, 2019 []
  3. Eric Santner, The Royal Remains : The People’s Two Bodies and The Endgames of Sovereignty, Chicago : The University of Chicago Press, 2011 []
  4. très critiquée et depuis toujours en quête d’une exégèse, Richard J. Bernstein, “Rethinking the Social and the Political”, Graduate Faculty Philosophy Journal, 11 n° 1, 1986, 111 []
  5. Fabienne Brugère, “Caring Democracy as a solution against Neoliberalism and Populism”, dans Care Ethics, Democratic Citizenship and The State, Oxford: Oxford University Press, 2020, 137 – 159 []
  6. Wendy Brown, In the Ruins of Neoliberalism. The Rise of Antidemocratic Politics in the West, New York : Columbia University Press, 2019 []
  7. Joan Tronto, Caring Democracy, New York : New York University Press, 2013 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search