L’identité des arméniens de Turquie : la stigmatisation et les stratégies identitaires

Par Alin Karabel, étudiante en M2 Études Politiques

****

Le cadrage politico-médiatique de la guerre du Karabakh et le discours anti-arménien

La deuxième guerre du Karabakh entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’est éclatée le 27 septembre 2020. Dans une série de tweets publiés le jour même, le Président turc a déclaré la solidarité de la Turquie avec « ses frères azerbaidjanais[1] » sous le prétexte que l’Azerbaïdjan et la Turquie soient « deux États, un peuple[2] ». Cette idée de fratrie par l’origine ethnique est devenue le fil conducteur du discours turco-nationaliste opérant le cadrage politico-médiatique de la deuxième guerre du Karabakh, ce qui a transformé cette dernière  d’une guerre entre deux États en une guerre entre deux peuples :  les Turcs et les Arméniens, ce qui a reveillé les sentiments anti-arméniens au sein de la société à travers le discours anti-arménien, illustrés par l’apparition d’un convoi d’ultranationalistes turcs déployant des drapeaux azéris et turcs sur les toits de leurs véhicules apparut autour du patriarcat arménien à Istanbul[3], le 28 septembre 2020, le lendemain du début des combats armés[4]. En reprenant le concept du « cadrage »   pour désigner la façon dont un fait ou un groupe social est encadré par le discours dominant, nous proposons d’examiner la logique et l’influence que peut exercer le cadrage politico-médiatique  d’un conflit (en référence au cadrage généré par l’Etat qui est reproduit et diffusé par les médias en raison de leur affiliation quasi-directe à l’État) à partir de l’exemple du cadrage de la deuxième guerre du Karabakh et sa mobilisation du discours anti-arménien.

Pour ce faire, nous allons d’abord faire une introduction sur le cadrage des Arméniens en Turquie, le discours anti-arménien et ses sources socio-historiques, ce qui sera suivie par une explication sur les choix méthodologiques concernant la source en vue de l’emprise étatique sur les médias et l’analyse critique du discours. Ensuite, nous allons reprendre les exemples du cadrage de la guerre du Karabakh pour comprendre comment le discours anti-arménien a été mobilisé et conclure sur les discours de haine en Turquie.

  1. Le discours anti-arménien et ses sources socio-historiques

Selon le rapport annuel sur le discours de haine dans les médias rédigé par la Fondation Hrant Dink, en 2019[5], les Arméniens occupent le premier rang parmi les identités faisant l’objet de discours de haine. Le rapport distingue sept méthodes de production de discours de haine contre les Arméniens. Ce discours, que nous désignons comme « le discours anti-arménien » , peut être regroupé en trois catégories[6] :

La première catégorie parmi les trois consiste des articles sur le Génocide. La logique derriere cette catégorie releve de la position négationniste de l’Etat turc face au Génocide des Arméniens (1915-1916) qui fut organisé par le Parti unioniste sous l’Empire ottoman et eut « au total, de 1 200 000 à 1 500 000 victimes[7] » .Heritiere de l’idéologie turco-nationaliste du CUP, la Turquie républicaine perpétue un récit officiel de l’histoire nationale qui est consacrée à la sublimation de la nation turque  depuis l’instauration de la République en 1923. Selon Taner Akçam, la volonté de construire une nouvelle imaginaire nationale lors de la transition de l’Empire à la République constitue un élément clef pour comprendre le négationnisme, car la fondation de la République en tant qu’un État-nation, demandait non seulement l’homogénéisation du territoire occupé, mais aussi celle de l’histoire[8]. Dans le cas des Arméniens, cet effacement historique mene à et résulte de la dénégation du Génocide, comme illustré par les remarques du Président Erdoğan sur les Arméniens en réaction à la reconnaissance du Génocide par les Etats-Unis, le 29 octobre 2019 : « Auparavant, ils [les Arméniens] vivaient comme des migrants dans divers lieux. La déportation eut lieu lorsqu’ils vivaient comme ça en tant que migrants  en Turquie[9]. »  Comme le remarque Hamit Bozarslan dans « Comprendre le Génocide des Arméniens[10] », les politiques de dénégation du Génocide sont ainsi accompagnées par un récit officiel qui « légitime » le Génocide, selon lequel les Arméniens auraient trahi l’Etat ottoman et collaboré avec les Russes au début de la Guerre mondiale et, par conséquent, devraient être déportés pour réinstaurer l’ordre.  Le récit officiel légitimateur constitue l’une des bases du cursus scolaire d’histoire républicaine, ce qui soulève des questions concernant son influence sur la perception turque des Arméniens. Ces derniers ayant une population de  60000[11], dont 50000 habitant Istanbul, constituent une minorité face à la population totale de 83 millions[12] de Turquie. Dans ce contexte, la possibilité de connaissances interpersonnelles entre les Turcs et les Arméniens demeure limitée, ce qui permet de supposer qu’un grand nombre de Turcs, surtout ceux qui habitent en dehors d’Istanbul, ne connaissent les Arméniens que par les représentations dans les manuels scolaires ou d’une manière limitée à travers les médias.

La deuxieme catégorie concerne les articles sur (ou mentionnant)  les Arméniens en faisant un rappel des actions de  l’ASALA (Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie) et du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), désignés comme des groupes terroristes par l’Etat turc, ainsi créant une association entre l’identité arménienne et le terrorisme. Le premier groupe en question, l’ASALA, était un groupe armé terroriste, actif entre les années 1973 et 1985. Qualifié du « terrorisme publicitaire[13] » par Gérard Chaliand, l’acte fondateur de l’ASALA fut l’assassination de deux diplomates turcs par Kourken Yanikian, un rescapé du Génocide vivant aux Etats-Unis, en 1973[14]. Durant les 12 années suivantes, l’Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie avait prioritairement ciblé les ambassadeurs turcs qui « [représentent] et [seymbolisent] la politique de [leur] pays […] niant que le génocide arménien ait eu lieu[15] » . Durant et après les années 1980, le cadrage médiatique de l’ASALA a souligné l’arménité du groupe en les désignant comme des « terroristes arméniens[16] » , des « bandits arméniens[17] » — en faisant référence au récit légitimateur qui culpabilise les actions des bandes arméniennes pour le Génocide —  ou simplement comme des « Arméniens[18] » . Cette insistance sur l’identité arménienne de l’ASALA dans le but de divertir l’attention publique de la raison d’être d’ASALA, celle de faire reconnaitre le Génocide qui est déja encadré comme une mensonge par le récit légitimateur propagé par l’Etat, aboutit à une identification de l’ASALA à l’identité arménienne.

La troisième et dernière  catégorie comprend les articles sur les relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie avec un focus sur le Haut-Karabakh – surtout sur la première guerre du Karabakh. Jusqu’en 1988, c’est-à-dire, sous l’Union soviétique, cette province faisait partie de l’Azerbaïdjan.  Suivant la chute de l’Union soviétique, la première guerre du Karabakh entre Arménie et Azerbaïdjan pour l’indépendance du territoire a duré du février 1988 jusqu’en mai 1994, aboutissant aux 30 000 morts[19]. Depuis la fin de cette première guerre, la République du Karabakh a déclaré son indépendance mais n’a pas été reconnue par aucun Etat membre de l’ONU.  Par conséquent, elle demeure une république autoproclamée qui se trouve dans une province enchâssée dans le territoire azerbaidjanais avec une population d’entre 140 000[20] et 150 000[21]  habitants (selon différentes sources) dont la grande majorité (de 95[22] à 99% [23]) est arménienne. Le fait qu’elle soit présentée comme une région autonome au sein du territoire Azerbaïdjan, constitue la base du cadrage de la deuxième guerre du Karabakh comme une « opération de libération des territoires azerbaidjanais sous l’occupation arménienne » en Turquie, tandis que les rapports hebdomadaires du suivi de discours de haine dans les médias du 14 septembre au 31 octobre[24], rédigés par la Fondation Hrant Dink, notent que le discours anti-arménien de toutes les trois est devenu plus répandu catégories à partir du 27 septembre 2020.

  • Les choix méthodologiques : Agence Anadolu et l’analyse critique du discours

En Turquie, il existe 5 grandes agences de presse : Agence Anadolu, Agence de presse Demirören, Agence de presse İhlas, Agence de presse Anka et Agence d’actualités turque (Türk Haberler Ajansı), dont les 2 plus grandes sont Agence Anadolu fondée par le gouvernement turc et Agence de presse Demirören, pro-Erdoğan[25][26]. Ces agences vendent de l’information aux médias qui rédigent des actualités à partir de ces informations, ce qui implique que la production de l’information et sa propagation par les médias ainsi que le discours qu’ils adoptent dépendent de —  voire sont déterminés par —  la position de l’Etat par rapport à un fait et/ou un groupe donné et le discours qu’il mène. Cette influence étatique est visible dans le discours adopté par les médias par rapport à la guerre du Karabakh.

De fait de son influence sur le rapportage des actualités par son statut de fournisseur d’information aux portails d’actualités et de son affiliation avec le gouvernement (par le biais de la détention de la majorité de ses actions par le sous-secrétariat d’État au Trésor, Şenol Kazancı[27] qui était le conseiller d’Erdoğan entre 2011 et 2014), nous allons nous focaliser sur les exemples tirés du portail d’Agence Anadolu entre le 27 septembre 2020 et le 10 novembre 2020.

Pour analyser le discours utilisé dans le rapportage de la guerre du Karabakh, nous allons utiliser les éléments de la méthode de l’analyse critique du discours développée par Teun van Dijk. La raison pour laquelle nous parlons des « éléments » de la méthode est que notre analyse s’occupe prioritairement des macrostructures de ces articles. Les macrostructures forment le cadre de l’article, sa présentation et les éléments structurants comme le titre, le chapeau, le sous-titres, l’utilisation des images etc.  qui sont essentiels pour le processus de la production des actualités, mais aussi, pour la compréhension, la mémorisation et la reproduction des articles par les lecteurs pour lesquels les macrostructures constituent les parties les plus lues et retenues[28], tandis que les microstructures (le contenu, la syntaxe, le choix de mots etc.) peuvent être oubliées[29]. Teun van Dijk souligne que le choix du titre est particulièrement  important pour les actualités sur les minorités comme il est l’information le mieux retenue et partagé dans les interactions sociales et ainsi affecte le cadre dont on perçoit les minorités[30]. Or, si on reprend la définition d’Erving Goffman, ce cadre est ce qui nous permet de « localiser, percevoir, identifier et étiqueter » nos expériences, de leur attribuer du sens[31]. Le cadrage négatif des minorités dans le discours politico-médiatique peut avoir un effet négatif sur la perception des minorités par la société majoritaire.

  • L’analyse critique du discours anti-arménien dans le rapportage de la deuxième guerre du Karabakh

Le 28 septembre 2020, avant la déclaration officielle de la guerre, nous voyons apparaître un article intitulé « Ce qu’il faut savoir sur le Karabakh : le Karabakh en 6 questions » dont le chapeau se lit : « Le problème insoluble de Caucasie, l’occupation du Karabakh, est de nouveau dans les actualités, comme il l’est depuis 30 ans, à cause des attaques croissantes de l’Arménie ce dernier temps[32] » sur le portail d’actualités de l’Agence Anadolu.. Le contenu de l’article présente le Karabakh comme un territoire azerbaidjanais sous l’occupation arménienne, ce qui constitue la base du récit politico-médiatique sur le Karabakh. Selon ce récit, il s’agit d’un territoire qui appartient à l’Azerbaïdjan que réclame l’Arménie malgré les traités officiels, tandis que la volonté d’être reconnu comme un Etat séparé du Karabakh est présentée comme la volonté de l’Arménie.

Dans les semaines qui suivent, le cadrage médiatique dépasse la troisième catégorie du discours anti-arménien focalisée sur l’opposition de l’Azerbaïdjan à l’Arménie et commence à inclure les éléments de la deuxième catégorie en associant les Arméniens aux groupes reconnus comme terroristes. Le 18 octobre 2020, Agence Anadolu publie un article portant le titre « Manifestation de soutien à l’Arménie à Paris avec la participation du groupe terroriste PKK » et le chapeau : « Les Arméniens ont organisé une manifestation à Paris, le capital de la France, avec la participation du groupe terroriste PKK, contre l’opération que l’Azerbaïdjan a lancé pour sauver ses territoires[33] » , ce qui présente l’Azerbaïdjan comme le protagoniste du récit et les Arméniens comme des antagonistes soutenus par un autre groupe antagoniste, le PKK. 3 jours après, le 21 octobre 2020, Agence Anadolu publie un article sur l’ASALA, Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie. Le titre de l’article se lit : « Les diplomates turcs martyrisés par les groupes terroristes arméniens ne sont pas oubliés » sans préciser l’époque dans le titre. C’est le chapeau de l’article qui précise : « Les organisations terroristes arméniennes ont martyrisé 31 personnes en ciblant les diplomates turcs et leurs proches durant les années 1970 et 1980 » . Le contenu de l’article utilise le terme « l’organisation terroriste arménienne » au lieu de nommer les groupes, ce qui attire l’attention sur l’identité arménienne. L’un de sous-titres de l’article porte sur la « collaboration entre le PKK et l’ASALA » , ce qui approfondit le récit proposé par l’article précédent : le soutien du PKK aux Arméniens lors des manifestations serait précédé par la collaboration du PKK avec « les organisations terroristes arméniennes[34] » . Nous trouvons pertinent de souligner que ces groupes ne sont mentionnés qu’avec leurs acronymes, ce qui permet aux discours dominants de remplir le manque du sens créé par ces acronymes. La fin de la guerre est marqué par un article publié le 10 novembre 2020 qui résume le narratif créé autour du Karabakh : « La réussite de l’armée de l’Azerbaïdjan dans l’opération de libération du Karabakh a obligé Arménie à un accord[35]. » suivi par un article publié le 11 novembre 2020 sur « les fausses accusations du Génocide instrumentalisé par les Arméniens pour déstabiliser les Turcs[36] » en citant l’historien  négationniste, Justin McCarthy, qui est cité dans des manuels scolaires pour les cours d’histoire en Turquie.

  • Conclusion

Partant de l’ordre du rapportage et de la publication de ces articles, nous pouvons constater que le cadrage de la guerre du Karabakh et le narratif qui en résulte sont dominés par le discours anti-arménien dont les trois catégories prédéfinies se rejoignent et génèrent une représentation négative des Arméniens comme des antagonistes face aux protagonistes Turcs. Selon Teun van Dijk, la conception du discours médiatique qui opère ce cadrage a le but de maintenir une cohérence avec les modèles cognitives préexistantes de représentation. Autrement dit, le discours médiatique doit correspondre aux schèmes de représentations qui existent dans la société afin d’être compréhensible[37], ce que l’on observe dans le cas du discours anti-arménien qui se repose sur les représentations relevant du passé (celles des Arméniens bourreaux qui occupent les territoires azerbaidjanais, des Arméniens terroristes de l’ASALA collaborant avec le PKK et des Arméniens manipulateurs qui font de fausses accusations du Génocide) afin d’expliquer et de justifier le présent. Les médias sont également instrumentalisés pour cibler ceux qui critiq uent la position prise par l’Etat, comme dans le cas de Garo Paylan, un député arménien du HDP. Il a été l’objet d’une campagne du ciblage par ASAM (Avrasya Stratejik Araştırmalar Merkezi) qui a fait publier une annonce de 2 pages dans multiples journaux qualifiant son opposition à la guerre comme un acte de « trahison[38] » .

La position de l’Etat et la propagation du discours anti-arménien ont été critiqué par d’autres figures arméniens tels que Yetvark Danzikyan (rédacteur en chef d’Agos) et Rober Koptaş (rédacteur en chef de maison d’édition Aras) en raison de la menace de violence que pose ce discours aux Arméniens de Turquie de fait de cibler l’arménité d’une manière généralisée[39]. Comme le remarque une enquêtée, Arménienne de Turquie, 38 , le discours de haine dans les médias dans le rapportage de la première guerre du Karabakh était présenté dans le rapportage de la deuxième, ce qui montre la cohérence interne au narratif créé autour du Karabakh. Dans les deux cas, le cadrage et le discours utilisé ont suscité un sentiment de l’insécurité :

« Je me souviens de discussions chez nous comme : « Se passera-t-il quelque chose ? Y-aura-t-il un problème ? »  avec un air anxieux. « Y aura-t-il à nouveau un Pogrom d’Istanbul ? » A chaque fois qu’on allumait la télé, ma mère nous faisait éteindre les actualités. Il y avait un discours de haine dans les médias. Je veux dire, il y en a toujours, on est en 2020 et il y en a toujours[40]. » 

La création de l’opposition entre le « nous » protagonistes, les Turcs,  et les « ennemis », les Arméniens,  a également transformé les morts des Arméniens en des morts impossibles d’être pleurées, car les vies des ennemis ne comptent plus comme vies[41]. Les morts des Arméniens sont soit ignorées, soit présentées comme des chiffres victorieux. Il y a aussi une tentative de rendre perverse les réactions des Arméniens. Un exemple marquant est le rapportage des Arméniens déplacés qui ont exhumé les morts de leurs proches avant de fuir afin de les amener avec eux. Une actualité présentée comme une drame par les sources étrangères[42], est présentée comme une signe de perversité de la part des Arméniens qui « ne peuvent pas accepter la défaite[43] ».

            Néanmoins, en Turquie, l’identité arménienne est la première[44], mais non pas la seule à faire objet du discours de haine dans les médias. Selon le contexte, aux moments de crise, l’Etat turc produit des crises  secondaires afin de divertir l’attention publique de la crise première. La production de ces crises secondaires aboutit au ciblage des identités sujettes à la haine comme des « ennemis » qui posent « un danger pour l’existence du groupe lui-même[45] ». Le ciblage lancé par le discours politique est perpétué par le cadrage médiatique. L’exemple le plus récent est le ciblage des personnes LGBTQIA+ durant les manifestations estudiantines de Boğaziçi dont le déclencheur était la nomination de Melih Bulu comme recteur de l’université par Erdoğan. Malgré la diversité de profils des étudiants, Erdoğan a identifié tous les manifestants comme des « terroristes LGBT » pour mobiliser l’homophobie sociale.

Bibliographie

AKÇAM Taner, From empire to republic: Turkish nationalism and the Armenian genocide, London ; New York, Zed Books, 2004

ASULİS (Laboratoire Langue, Dialogue et Démocratie) , « Nefret söylemi haftalık Z raporu 14-30 Eylül 2020 » , site officiel de la Fondation Hrant Dink, date de publication inconnue, https://hrantdink.org/tr/asulis/faaliyetler/projeler/medyada-nefret-soylemi/2685-nefret-soylemi-haftalik-z-raporu-14-30-eylul-2020 , consulté le 23 février 2021

ASULİS (Laboratoire Langue, Dialogue et Démocratie), « Nefret söylemi haftalık Z raporu 1-14 Ekim 2020 » , site officiel de la Fondation Hrant Dink, date de publication inconnue, https://hrantdink.org/tr/asulis/faaliyetler/projeler/medyada-nefret-soylemi/2687-nefret-soylemi-haftalik-z-raporu-1-14-ekim-2020, consulté le 23 février 2021

ASULİS (Laboratoire Langue, Dialogue et Démocratie), « Nefret söylemi haftalık Z raporu 15-31 Ekim 2020 » , site officiel de la Fondation Hrant Dink, date de publication inconnue, https://hrantdink.org/tr/asulis/faaliyetler/projeler/medyada-nefret-soylemi/2716-nefret-soylemi-haftalik-z-raporu-15-31-ekim-2020, consulté le 23 février 2021

BOZARSLAN Hamit, DUCLERT Vincent, et KÉVORKIAN Raymond H, Comprendre le génocide des arméniens-1915 à nos jours, Paris, Tallandier, 2015.

CHALIAND Gérard et TERNON Yves, Le génocide des Arméniens, Nouv. éd., Augm., Bruxelles, Editions Complexe, 1991.

ENGİNDENİZ İdil, dir. Medyada Nefret Söylemi ve Ayrımcı Söylem 2019 Raporu. Istanbul : APA Uniprint, 2019. https://hrantdink.org/attachments/article/2665/Nefret-soylemi-ve-Ayr%C4%B1mc%C4%B1-Soylem-2019-Raporu.pdf

ENGİNDENİZ İdil, dir. Medyada Nefret Söylemi ve Ayrımcı Söylem 2017 Raporu. Istanbul : APA Uniprint, 2018. https://hrantdink.org/attachments/article/2003/Medyada-Nefret-Soylemi-ve-Ayrimci-Soylem-2018.pdf

ENGİNDENİZ İdil, dir. Medyada Nefret Söylemi ve Ayrımcı Söylem 2017 Raporu. Istanbul : Mas Matbaacılık, 2017. https://hrantdink.org/attachments/article/1265/Nefret_Soylemi_rapor_kapakl%C4%B1_web_2.pdf

FARMANFARMAIAN Roxane, SONAY Ali, et AKSER Murat, « The Turkish Media Structure in Judicial and Political Context: An Illustration of Values and Status Negotiation », Middle East Critique, vol. 27, no 2, 3 avril 2018, p. 111‑125.

PAN Zhongdang et KOSICKI Gerald M., « Framing analysis: An approach to news discourse » in : Political Communication, Routledge, vol. 10, no 1, 1 janvier 1993, p. 55-75.

VAN DIJK Teun A., News analysis: Case studies of international and national news in the press, Londres, Routledge, 1988.

Autres sources :

auteur inconnu, « Erdoğan’a göre Ermeniler Türkiye’de göçmen olarak yaşıyormuş » , 14 novembre 2019, http://www.agos.com.tr/tr/yazi/23216/erdogan-a-gore-ermeniler-turkiye-de-gocmen-olarak-yasiyormus, consulté le 3 mars 2021

auteur inconnu, « Garo Paylan gazete ilanlarıyla hedef gösterildi » , Agos, 2 octobre 2020, http://www.agos.com.tr/tr/yazi/24633/garo-paylan-gazete-ilanlariyla-hedef-gosterildi, consulté le 25 février 2021

auteur inconnu, « Haut-Karabakh : la moitié de la population de la région déplacée par les combats avec l’Azerbaïdjan » , franceinfo, 7 octobre 2020, mis à jour le 10 octobre 2020, https://www.francetvinfo.fr/monde/armenie/haut-karabakh-la-moitie-de-la-population-de-la-region-deplacee-par-les-combats-avec-l-azerbaidjan_4131835.html, consulté le 2 mars 2021

auteur inconnu, « Kelbeçer’i terk eden Ermeniler ölen akrabalarının cesetlerini de yanlarında götürdü » , CNNTurk, 15 novembre 2020, https://www.cnnturk.com/dunya/kelbeceri-terk-eden-ermeniler-olen-akrabalarinin-cesetlerini-de-yanlarinda-goturdu, consulté le 28 février 2021

auteur inconnu, « Paylan: Türkiye’deki Ermeniler hedef haline getiriliyor » , Deutsche Welle, 29 septembre 2020, https://www.dw.com/tr/paylan-t%C3%BCrkiyedeki-ermeniler-hedef-haline-getiriliyor/a-55088158, consulté le 25 février 2021

auteur inconnu, « Pourquoi l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent dans le Haut-Karabakh » , Le Monde, 28 septembre 2020, https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/28/pourquoi-l-armenie-et-l-azerbaidjan-s-affrontent-dans-le-haut-karabakh_6053936_3210.html, consulté le 20 janvier 2021

BELAYACHI Djamel, « Des ultranationalistes turcs montrent les muscles dans les quartiers arméniens d’Istanbul » , 9  octobre 2020, mise à jour le 12 octobre 2020,  https://observers.france24.com/fr/20201009-video-turquie-armeniens-istanbul-karabakh, consulté le 20 janvier 2021

DAN Adnan, « 1982-1984 Gazete Başlıkları », SlideShare, le 3 mai 2015, https://www.slideshare.net/adnandan/1982-1984-gazete-balklar-horozznet , consulté le 5 mars 2021

JEGO Marie, « Turquie : le gouvernement renforce son contrôle sur les médias » , Le Monde, 24 mars 2018, https://www.lemonde.fr/international/article/2018/03/24/turquie-le-gouvernement-renforce-son-controle-sur-les-medias_5275775_3210.html, consulté le 25 février 2021

MAGNAY Diana, « Displaced Armenians dig up graves of loved ones as they flee Nagorno-Karabakh » , SkyNews, 21 novembre 2020, https://news.sky.com/story/displaced-armenians-dig-up-graves-of-loved-ones-as-they-flee-nagorno-karabakh-12137466, consulté le 28 février 2021

ÖZMEN YILDIZALP Merve, « Erdoğan:  İki devlet bir millet olduğumuz Azerbaycan’ın işgal altındaki topraklarını özgürleştirme mücadelesine her türlü desteği vermeyi… » , Haberler.com, 24 octobre 2020,  https://www.haberler.com/erdogan-iki-devlet-bir-millet-oldugumuz-azerbaycan-13689314-haberi/, consulté le 20 janvier 2021

RUISSEAU Nicolas, « Affrontements dans le Haut-Karabakh : l’Arménie et l’Azerbaïdjan au seuil de la guerre » , Le Monde, 28 septembre 2020, https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/28/l-armenie-et-l-azerbaidjan-a-nouveau-au-bord-de-la-guerre-au-haut-karabakh_6053858_3210.html, consulté le 2 mars 2021

SARI Çağhan, « Türk Basınında Asala Terörü » , avril 2020 (date exacte non-précisée), https://bilimdili.com/arkeotarih/tarih-tarih/turk-basininda-asala-teroru/, consulté le 5 mars 2021

Un collectif d’universitaires, « Appel à la reconnaissance internationale du Haut-Karabakh » , liberation.fr, 7 octobre 2020, https://www.liberation.fr/debats/2020/10/28/appel-a-la-reconnaissance-internationale-du-haut-karabakh_1803731/, consulté le 1 mars 2021

http://turkey.mom-rsf.org/en/findings/political-affiliations/

Les articles d’Agence Anadolu :

BAYKAN Dildar, « ABD’li tarihçi McCarthy: Ermeniler, soykırım iddialarını Türklerin kolunu bükmek için kullanıyor » , Anadolu Ajansı, 11 novembre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/dunya/abdli-tarihci-mccarthy-ermeniler-soykirim-iddialarini-turklerin-kolunu-bukmek-icin-kullaniyor/2039499, consulté le 15 février 2021

CURA Ali, « Azerbaycan ordusunun Dağlık Karabağ’ı kurtarma operasyonundaki başarısı Ermenistan’ı anlaşmaya zorladı » , Anadolu Ajansı, 10 novembre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/dunya/azerbaycan-ordusunun-daglik-karabagi-kurtarma-operasyonundaki-basarisi-ermenistani-anlasmaya-zorladi/2038265, consulté le 15 février 2021

ÇETİN Şerife, « Ermeni terör örgütlerinin şehit ettiği Türk diplomatları unutulmuyor » , Anadolu Ajansı, 21 octobre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/turkiye/ermeni-teror-orgutlerinin-sehit-ettigi-turk-diplomatlari-unutulmuyor/2013636, consulté le 15 février 2021

DOĞRU Alaattin, « Paris’te terör örgütü PKK’nın katılımıyla Ermenistan’a destek gösterisi » , Anadolu Ajansı, 18 octobre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/dunya/pariste-teror-orgutu-pkknin-katilimiyla-ermenistana-destek-gosterisi/2010811, consulté le 15 février 2021 ÖZGENÇ Tolga, « Dağlık Karabağ konusunda bilinmesi gerekenler: 6 soruda Dağlık Karabağ » , Anadolu Ajansı, 28 septembre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/azerbaycan-cephe-hatti/daglik-karabag-konusunda-bilinmesi-gerekenler-6-soruda-daglik-karabag/1987993, consulté le 15 février 2021


[1] Recep Tayyip Erdoğan. [@rterdogan], le 27 septembre 2020, https://twitter.com/rterdogan/status/1310172532159459330, consulté le 18 février 2021

[2] Merve Özmen Yıldızalp, « Erdoğan:  İki devlet bir millet olduğumuz Azerbaycan’ın işgal altındaki topraklarını özgürleştirme mücadelesine her türlü desteği vermeyi… » , Haberler.com, 24 octobre 2020,  https://www.haberler.com/erdogan-iki-devlet-bir-millet-oldugumuz-azerbaycan-13689314-haberi/, consulté le 20 janvier 2021

[3] Djamel Belayachi, « Des ultranationalistes turcs montrent les muscles dans les quartiers arméniens d’Istanbul » , 9  octobre 2020, mise à jour le 12 octobre 2020,  https://observers.france24.com/fr/20201009-video-turquie-armeniens-istanbul-karabakh, consulté le 20 janvier 2021

[4] auteur inconnu, « Pourquoi l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent dans le Haut-Karabakh » , Le Monde, 28 septembre 2020, https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/28/pourquoi-l-armenie-et-l-azerbaidjan-s-affrontent-dans-le-haut-karabakh_6053936_3210.html, consulté le 20 janvier 2021

[5]  İdil Engindeniz, dir. Medyada Nefret Söylemi ve Ayrımcı Söylem 2017 Raporu. Istanbul : APA Uniprint, 2019. p.18-19 : https://hrantdink.org/attachments/article/2665/Nefret-soylemi-ve-Ayr%C4%B1mc%C4%B1-Soylem-2019-Raporu.pdf

[6] Dans le rapport de 2018, les Arméniens constituaient le deuxième groupe cible de discours de la haine dans les médias – et le troisième en 2017. Les trois catégories de discours de la haine que nous définissons ci-dessus s’appliquent aux années 2017 et 2018 sans aucune différence.  

[7] Le chiffre total n’est pas précisé « puisque le chiffre des Arméniens de Turquie en 1914 varie selon les statistiques de 1 800 000 à 2 100 000 »  dans Gérard Chaliand et Yves Ternon, 1915, le génocide des Arméniens, Bruxelles, Editions Complexe, 1991. p.12

[8] Taner Akçam, From empire to republic: Turkish nationalism and the Armenian genocide, Zed Books, 2004, p. préface x

[9] « Bundan önce değişik yerlerde göçmen olarak dolaşırlardı, Türkiye’de de aynı şekilde göçmen olarak yaşarlarken zorunlu tehcir yaşandı. Ermenistan ülkelerimiz arasında 2009 yılında imzalanan protokolleri imzalamaktan da kaçındı. Diaspora da ülkemizi karalama kampanyasını sürdürdü », Erdoğan dans : (auteur inconnu), « Erdoğan’a göre Ermeniler Türkiye’de göçmen olarak yaşıyormuş » , 14 novembre 2019, http://www.agos.com.tr/tr/yazi/23216/erdogan-a-gore-ermeniler-turkiye-de-gocmen-olarak-yasiyormus (consulté le 3 mars 2021)

[10] Hamit Bozarslan, Vincent Duclert, Raymond H Kévorkian, Comprendre le génocide des Arméniens, Paris, Tallandier, 2015, p.67

[11] Savaş Özbey, « 82 milyonluk denizde eriyen buzdağı gibiyiz » , Hürriyet, le 3 février 2020,  https://www.hurriyet.com.tr/gundem/82-milyonluk-denizde-eriyen-buzdagi-gibiyiz-41436788, consulté le 27 avril 2020 ; Umut Uras, « Life as an Armenian in Turkey » , Aljazeera, le 23 avril 2015, https://www.aljazeera.com/news/2015/4/23/vox-pops-life-as-an-armenian-in-turkey, consulté le 27 avril 2020

[12] Le recensement national de 2019 sur le site officiel de l’Institut statistique de Turquie : https://data.tuik.gov.tr/Bulten/Index?p=Adrese-Dayali-Nufus-Kayit-Sistemi-Sonuclari-2019-33705

[13] Gérard Chaliand et Yves Ternon, op.cit., p.177

[14] Tigrane Yégavian, « Vie et mort de l’ASALA », Centre Français de Recherche sur le Renseignement, https://cf2r.org/historique/vie-mort-de-lasala/, janvier 2018, consulté le 20 février 2020

[15] Gérard Chaliand et Yves Ternon, op.cit., p.177

[16]  Adnan Dan, « 1982-1984 Gazete Başlıkları », SlideShare, le 3 mai 2015, https://www.slideshare.net/adnandan/1982-1984-gazete-balklar-horozznet , consulté le 5 mars 2021

[17] https://serhname.com/wp-content/uploads/2017/08/19820910_tercuman.jpg ; https://serhname.com/wp-content/uploads/2017/08/19820608_tercuman.jpg (consultés le 5 mars 2021). Les deux articles datant de l’année 1982 sont tirés du journal Tercüman, un journal de droite ; nationaliste et conservateur.

[18] Çağhan Sarı, « Türk Basınında Asala Terörü » , avril 2020 (date exacte non-précisée), https://bilimdili.com/arkeotarih/tarih-tarih/turk-basininda-asala-teroru/ (consulté le 5 mars 2021)

[19] Nicolas Ruisseau, « Affrontements dans le Haut-Karabakh : l’Arménie et l’Azerbaïdjan au seuil de la guerre » , Le Monde, 28 septembre 2020, https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/28/l-armenie-et-l-azerbaidjan-a-nouveau-au-bord-de-la-guerre-au-haut-karabakh_6053858_3210.html (consulté le 2 mars 2021).

[20] auteur inconnu, « Haut-Karabakh : la moitié de la population de la région déplacée par les combats avec l’Azerbaïdjan » , franceinfo, 7 octobre 2020, mis à jour le 10 octobre 2020, https://www.francetvinfo.fr/monde/armenie/haut-karabakh-la-moitie-de-la-population-de-la-region-deplacee-par-les-combats-avec-l-azerbaidjan_4131835.html, consulté le 2 mars 2021

[21]Un collectif d’universitaires, « Appel à la reconnaissance internationale du Haut-Karabakh » , liberation.fr, 7 octobre 2020, https://www.liberation.fr/debats/2020/10/28/appel-a-la-reconnaissance-internationale-du-haut-karabakh_1803731/, consulté le 1 mars 2021

[22] http://www.nkrusa.org/country_profile/overview.shtml, consulté le 3 mars 2021

[23] auteur inconnu, « Haut-Karabakh : la moitié de la population de la région déplacée par les combats avec l’Azerbaïdjan » , franceinfo, 7 octobre 2020, mis à jour le 10 octobre 2020, https://www.francetvinfo.fr/monde/armenie/haut-karabakh-la-moitie-de-la-population-de-la-region-deplacee-par-les-combats-avec-l-azerbaidjan_4131835.html, consulté le 2 mars 2021

[24] ASULİS (Laboratoire Langue, Dialogue et Démocratie) , « Nefret söylemi haftalık Z raporu 14-30 Eylül 2020 » , site officiel de la Fondation Hrant Dink, date de publication inconnue, https://hrantdink.org/tr/asulis/faaliyetler/projeler/medyada-nefret-soylemi/2685-nefret-soylemi-haftalik-z-raporu-14-30-eylul-2020 , consulté le 23 février 2021

[25] Roxane Farmanfarmaian, Ali Sonay et Murat Akser, « The Turkish Media Structure in Judicial and Political Context: An Illustration of Values and Status Negotiation », Middle East Critique, vol. 27, no 2, 3 avril 2018, p. 111‑125.

[26] Marie Jégo, « Turquie : le gouvernement renforce son contrôle sur les médias » , Le Monde, 24 mars 2018, https://www.lemonde.fr/international/article/2018/03/24/turquie-le-gouvernement-renforce-son-controle-sur-les-medias_5275775_3210.html, consulté le 25 février 2021

[27] http://turkey.mom-rsf.org/en/findings/political-affiliations/

[28] Teun A. Van Dijk, News analysis: Case studies of international and national news in the press. Londres, Routledge, 1988, p.188-189

[29] Ibid, p.190

[30] Ibid, p.170

[31] Erving Goffman, Frame analysis: An essay on the organization of experience, Cambrige, MA, Harvard University Press, 1974, p.21

[32] Tolga Özgenç, « Dağlık Karabağ konusunda bilinmesi gerekenler: 6 soruda Dağlık Karabağ » , Anadolu Ajansı, 28 septembre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/azerbaycan-cephe-hatti/daglik-karabag-konusunda-bilinmesi-gerekenler-6-soruda-daglik-karabag/1987993 (consulté le 15 février 2021)

[33] Alaattin Doğru, « Paris’te terör örgütü PKK’nın katılımıyla Ermenistan’a destek gösterisi » , Anadolu Ajansı, 18 octobre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/dunya/pariste-teror-orgutu-pkknin-katilimiyla-ermenistana-destek-gosterisi/2010811 (consulté le 15 février 2021)

[34] Şerife Çetin, « Ermeni terör örgütlerinin şehit ettiği Türk diplomatları unutulmuyor » , Anadolu Ajansı, 21 octobre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/turkiye/ermeni-teror-orgutlerinin-sehit-ettigi-turk-diplomatlari-unutulmuyor/2013636 (consulté le 15 février 2021)

[35] Ali Cura, « Azerbaycan ordusunun Dağlık Karabağ’ı kurtarma operasyonundaki başarısı Ermenistan’ı anlaşmaya zorladı » , Anadolu Ajansı, 10 novembre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/dunya/azerbaycan-ordusunun-daglik-karabagi-kurtarma-operasyonundaki-basarisi-ermenistani-anlasmaya-zorladi/2038265 (consulté le 15 février 2021)

[36] Dildar Baykan, « ABD’li tarihçi McCarthy: Ermeniler, soykırım iddialarını Türklerin kolunu bükmek için kullanıyor » , Anadolu Ajansı, 11 novembre 2020, https://www.aa.com.tr/tr/dunya/abdli-tarihci-mccarthy-ermeniler-soykirim-iddialarini-turklerin-kolunu-bukmek-icin-kullaniyor/2039499  (consulté le 15 février 2021)

[37] Teun A. Van Dijk, op.cit.

[38] auteur inconnu, « Garo Paylan gazete ilanlarıyla hedef gösterildi » , Agos, 2 octobre 2020, http://www.agos.com.tr/tr/yazi/24633/garo-paylan-gazete-ilanlariyla-hedef-gosterildi, consulté le 25 février 2021

[39] auteur inconnu, « Paylan: Türkiye’deki Ermeniler hedef haline getiriliyor » , Deutsche Welle, 29 septembre 2020, https://www.dw.com/tr/paylan-t%C3%BCrkiyedeki-ermeniler-hedef-haline-getiriliyor/a-55088158, consulté le 25 février 2021

[40] citation originale : « Şöyle yani evde şeyin konuşulduğunu hatılıyorum. Hani ‘Bir şey olur mu acaba?Bir sıkıntı olacak mı acaba’ diye gergin havayı hatırlıyorum. Yine o 6-7 Eylül olayları olur mu gibi. Hatta televizyon açıldığında annem haberleri kapattırırdı. Basında nefret söylemi vardı. Yani hep var, şimdi yıl 2020 hala var » 

[41] Judith Butler, Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil, Zones, coll. « Zones », 2010.

[42] Diana Magnay, « Displaced Armenians dig up graves of loved ones as they flee Nagorno-Karabakh » , SkyNews, 21 novembre 2020, https://news.sky.com/story/displaced-armenians-dig-up-graves-of-loved-ones-as-they-flee-nagorno-karabakh-12137466, consulté le 28 février 2021

[43] auteur inconnu, « Kelbeçer’i terk eden Ermeniler ölen akrabalarının cesetlerini de yanlarında götürdü » , CNNTurk, 15 novembre 2020, https://www.cnnturk.com/dunya/kelbeceri-terk-eden-ermeniler-olen-akrabalarinin-cesetlerini-de-yanlarinda-goturdu, consulté le 28 février 2021

[44] Selon le rapport de la fondation Hrant Dink, l’identité arménienne a été la première identité cible de discours de haine en 2019 ; le rapport de 2020 n’est pas encore publié.

[45] Georg Simmel, SUR LA PSYCHOLOGIE SOCIALE DE L’HOSTILITÉ, Presses Universitaires de France | « L’Année sociologique » 2006/1 Vol. 56 | pages 169 à 175 | p.174


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search