Dans les plis de la crise : engagements associatifs dans le Liban contemporain

Par Laura Chaudiron, étudiante en M2 Études Politiques

****

L’explosion libanaise du 4 août.  Lectures et mobilisations des volontaires d’OffreJoie 

A l’occasion de cette Journée d’Etudes, je tenterai d’amener quelques réflexions sur la  notion de « crise(s) » et d’« évènement » en sciences sociales à partir de données recueillies dans le  cadre de mon mémoire de recherche portant sur les activités d’OffreJoie, une association libanaise  engagée dans la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du port de la capitale1.

Le 4 août 2020 à 18 heures, une énorme explosion a lieu dans le port de Beyrouth. Le  dernier rapport officiel daté du 26 octobre, fait état de deux cent sept morts, plus de six mille cinq  cent blessés, ainsi que de neuf disparus2. L’onde de choc détruit une grande partie du port beyrouthin, près de deux cent mille logements3 , ainsi que cent-vingt écoles et au moins quinze établissements médicaux dont trois hôpitaux importants sont aussi détruits4. Les dommages matériels s’élèvent à plus de 3 milliards de dollars5. La reconstruction apparaît tout de suite comme un enjeu de taille, à la fois pour les bâtiments classés au patrimoine historique, dans les quartiers  occidentaux d’Ashrafieh, Gemmayzeh, Geitawi, Mar Mikhael et pour les logements habités en  majeur partie par des populations à faible revenus, comme dans les quartiers de la Quarantaine ou de Burj Hammoud, où vivent de nombreux réfugiés et travailleurs migrants. 

Habitant à Beyrouth à cette période, j’ai vécu la destruction de mon appartement, situé à  proximité du port. J’ai participé les jours qui ont suivi au grand mouvement de déblayage spontané,  porté par des milliers de personnes. C’est là que j’ai décidé de travailler sur les acteurs de la reconstruction, à travers les activités de l’association OffreJoie.  

OffreJoie est une association franco-libanaise créée en 1985, au cours de la guerre civile qui se donne pour mission de favoriser la coexistence pacifique entre tous les Libanais à travers  diverses activités. Elle s’investit dès le lendemain de l’explosion dans deux quartiers de Beyrouth, Mar Mikhael et la Quarantaine, et y lance un plan de reconstruction.  

Le fait d’avoir été tout d’abord témoin puis actrice de l’évènement pose une question  méthodologique qui doit nécessairement être prise en compte, surtout dans une réflexion sur les  « crises ». N’ayant jamais vécu d’évènement aussi violent par le passé, j’ai ressenti un choc profond  le 4 août dont j’ai dû me distancier par le biais d’une démarche réflexive et l’élaboration d’un état  de l’art. J’ai ainsi pu opérer un déplacement entre ma posture initiale de témoin — qui accordait  trop de place à l’évènement — et une posture de chercheuse. Grâce à mes données de terrain, j’ai  finalement pu infirmer mes premières hypothèses tout en éclaircissant les raisons qui m’avaient  poussée à les formuler. 

Cette réflexion sur ma propre appréhension de l’explosion m’a amenée à me demander :  dans quelle mesure l’évènement du 4 août fait-il évènement pour les volontaires d’OffreJoie ? 

Il s’agira ici de ne pas reproduire une dichotomie trop grossière entre rupture et continuité.  En effet, reprenant les réflexions d’Alban Bensa et Eric Fassin (Bensa, Fassin, 2002), au-delà de  savoir si l’évènement existe en soi, il faut se demander pour qui il en est un, selon quel point de vue,  et surtout il convient de porter attention à ce qui s’y joue, s’y déjoue ou s’y rejoue.  

Je tenterai d’abord de comprendre la façon dont les acteurs interprètent la crise, la  réinscrivent dans un registre intelligible à leurs yeux. Dans un deuxième temps, j’analyserai les  modes d’action mobilisés par les volontaires et la manière dont ceux-ci sont mis en récit à l’aune du  contexte actuel. 

La réflexion que je me propose de mener dans cette communication se base sur des  observations menées à Beyrouth et dans les environs auprès des volontaires d’OffreJoie, du 4 au 7  août 2020 et du 2 janvier au 7 février 2021, ainsi que sur 21 entretiens réalisés avec des volontaires  d’OffreJoie, certains de ses fondateurs et des bénévoles d’autres associations. J’ai également consulté les archives d’OffreJoie (tracts, registres des activités, coupures de presse) conservées dans  son centre, dans le village de Kfifen (au Nord-Est de Beyrouth), ainsi que son site internet et ses  réseaux sociaux. 

I. «  – Comment avez-vous réagi à  l’explosion ?  – Laquelle ? ». L’explosion du 4  août réinscrite dans une histoire des crises libanaises.  

Tout d’abord, j’ai tenté de comprendre la place que l’expérience de l’explosion occupe dans la vie des volontaires. 

Partant d’une hypothèse selon laquelle l’explosion aurait représenté un choc traumatique  voire un tournant biographique pour les volontaires, j’ai été décontenancée au prime abord par la  façon dont ils m’ont parlé de l’explosion ou plutôt dont ils ne m’en ont pas parlé. A l’instar de  Stéphane Latté lors de son enquête sur l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, en 2001 (Latté,  2012), j’étais soucieuse de ne pas faire exister l’évènement de manière artificielle à travers des  questions qui auraient pu orienter le discours des personnes interrogées. J’ai donc pris le parti de ne  pas toujours mentionner l’explosion lorsque je me présentais aux bénévoles de l’association.  J’expliquais m’intéresser principalement à l’histoire d’OffreJoie et à ses membres, évitant ainsi  d’attirer une attention particulière sur le 4 août. Cette approche s’est révélée bénéfique. J’ai ainsi pu  constater que si je n’abordais pas le sujet, peu de volontaires l’évoquaient spontanément.  

Ce fût le cas avec Josiane6, une bénévole auprès de qui j’ai mené deux entretiens de plus d’une heure chacun. Ce n’est que dix minutes avant la fin du second entretien, lorsque je l’ai  explicitement questionnée sur son expérience de l’explosion qu’elle m’a répondu : « euh oui au  fait », comme s’il n’était question que d’un détail qu’elle aurait oublié de mentionner7.

– « Etudiante : D’ailleurs je ne t’ai même pas demandé, mais vu que tu habitais à Beyrouth avant de  partir vivre à Montréal, est-ce que l’explosion t’a touchée toi aussi ? 

– Josiane : Euh, oui au fait [répond de manière très détachée, comme si elle se rendait compte qu’elle  avait oublié de m’en parler] ». 

Cette situation s’étant reproduite lors de nombreux entretiens, je pense pouvoir en déduire  qu’il ne s’agit pas que d’une question de pudeur de la part des bénévoles. J’en suis arrivée à la  conclusion que ce qui fait événement pour ces individus, interrogés en tant que volontaires d’OffreJoie (ce qui implique inévitablement un biais), tient moins à l’explosion en elle-même qu’à  l’ouverture du chantier de reconstruction. Pour questionner ce non-dit, il faut également souligner  ma position d’étudiante française qui n’est pas anodine, à un moment où l’implication de la France  au Liban est particulièrement forte. 

Au cours du même entretien, la volontaire a insisté sur le caractère inédit du moment, mais  lorsqu’elle a explicité ce qui relevait selon elle du « jamais vu », elle faisait référence aux  répercussions de l’explosion sur son association. 

Josiane : « Les deux premières semaines, pour nous, c’était… du jamais vu. Même avant, j’ai posé  la question [au Président d’OffreJoie] et il m’a dit « j’ai jamais vu cette solidarité avant », c’est-à dire, les retours qu’on a reçu du monde entier et les gens qui nous ont sollicité, le flux de mails  qu’on a reçu et d’appels et… de courriels, et… tout ce que tu veux, c’était du jamais vu ». 

Il convient toutefois de rester prudents ici : il ne s’agit pas de dire que les enquêtés sont  restés indifférents à l’explosion, mais plutôt que celle-ci passe au second plan lorsqu’ils se  présentent en tant que volontaires d’OffreJoie, statut au nom duquel ils étaient interrogés. C’est ce  que l’on peut comprendre dans l’utilisation de la première personne du pluriel qui crée un collectif  d’appartenance (« pour nous, c’était… du jamais vu »). 

Par ailleurs, j’ai noté une homogénéité dans la façon dont les volontaires mettent en sens  l’explosion, la réinscrivent dans un régime d’intelligibilité, de cohérence. Les volontaires  appréhendent l’explosion à travers l’histoire de leur structure d’engagement, OffreJoie, elle-même  intimement liée à l’histoire de leur pays. Le titre de ma partie comporte un échange symptomatique  avec un bénévole : 

« – Etudiante : Comment avez-vous réagi à l’explosion ? 

– Jean : Laquelle ? »8 

Les volontaires m’expliquent en effet qu’OffreJoie s’est « toujours mobilisée » après les  destructions et les « crises humanitaires ». Pendant la guerre civile libanaise (1975-1990), OffreJoie  a organisé des colonies de vacances. Elle a participé à la reconstruction après guerre et à la suite des  bombardements israéliens sur le Liban en 2006. En 2013, elle a mis en place une école pour  accueillir les enfants des familles syriennes exilées. En 2015, pendant la « crise des poubelles », les  volontaires d’OffreJoie se sont mobilisés pour ramasser et trier les ordures qui jonchaient les rues. 

En l’inscrivant dans la continuité des crises que le Liban a connu et face auxquelles leur  association s’est mobilisée, les volontaires relativisent la dimension radicalement inédite de  

l’explosion et la réinsèrent dans une catégorie sur laquelle ils ont prise en tant que volontaires  d’OffreJoie. Lors de mes observations, j’ai souvent entendu l’expression « on a l’habitude ». 

L’explosion intervient également dans un contexte récent marqué par une crise polymorphe  dont les enquêtés m’ont eux-mêmes rendu compte. Leur lecture de l’explosion s’inscrit dans une  crise économique, financière, sociale, sanitaire et politique. Au quotidien, ils semblaient plus  affectés par d’autres problématiques, telle que l’impossibilité de retirer de l’argent de leur compte en  banque ou comme la répression policière du mouvement social d’octobre 2019 auquel beaucoup  d’entre eux ont participé. Les enquêtés m’ont donc paru placer l’explosion dans un continuum de  crises, comme si elle n’était finalement qu’un des multiples exemples de l’incurie et de la corruption  de l’État. 

Enfin, les représentations de l’évènement doivent être analysées à partir des positions  sociales, économiques et géographiques d’où elles sont émises. La plupart des volontaires  interrogés n’habitent pas à Beyrouth, donc leur logement n’a pas été détruit. Ils n’ont en outre  jamais connu la précarité de logement car leurs familles, principalement de classe sociale aisée,  possèdent souvent plusieurs résidences. Ces données matérielles peuvent nous aider à objectiver  leur point de vue et expliquer pourquoi leurs discours euphémisent autant la place de l’explosion. 

II. Sortir l’évènement de la dichotomie rupture/continuité : des modes d’action  préexistants réactualisés et mis en récit à l’aune du contexte post-explosion  

Ainsi, les bénévoles réinscrivent leur lecture de l’événement dans un continuum de crises.  Nous avons également pu observer une continuité dans l’action avec une manière routinière de se  mobiliser. Toutefois, bien que préexistants, ces modes d’action font l’objet d’une réactualisation et  d’une mise en récit, au prisme du contexte post-explosion. 

Afin de cerner ce contexte particulier, l’évocation du champ, au sens bourdieusien, semble  s’imposer. Le secteur associatif de la reconstruction est en effet composé de nombreux acteurs  (ONG locales, internationales, corps de métiers, syndicats, armée libanaise, etc) inégalement dotés  en capitaux (visibilité, budget, vivier de volontaires, etc), en concurrence pour faire primer la  manière de répondre à l’évènement qu’ils considèrent légitime. Dans ce cadre, OffreJoie doit se  distinguer pour survivre. Son mode d’action, préexistant au 4 août, est alors transformé en gage de  légitimité en épousant les normes du monde de l’humanitaire et le narratif de la révolution  d’octobre 2019.

De ce fait, alors qu’OffreJoie s’est toujours mobilisée rapidement après une destruction, le  terme utilisé aujourd’hui en entretien pour en rendre compte est celui « d’efficience9 » . L’expérience dans la reconstruction d’urgence qu’elle a amassée au fil des années devient une « expertise ».  Les T-shirts d’OffreJoie, utilisés depuis longtemps comme un moyen de marquer l’appartenance à  cette structure d’engagement, sont décrits aujourd’hui comme un moyen d’augmenter la « visibilité ». Son modèle économique (basé sur une balance neutre et la non rémunération des  volontaires), est resté inchangé depuis ses débuts mais a récemment été qualifié de « transparent ». 

Autant de mots qui font écho à la fois à la grille normative du champ de l’humanitaire, aux  injonctions des bailleurs de fonds et aux revendications ayant émergé au cours de la mobilisation  sociale de 2019. C’est bien un vocabulaire nouveau : en consultant les archives de l’association, j’ai  pu vérifier que ces termes ne figuraient pas dans la présentation qu’OffreJoie faisait d’elle-même  dans les années 1990-2000. Notons également que les bénévoles les plus âgés n’emploient pas ce  champ lexical. Ce constat semble corroborer la thèse de « l’ONG-isation » des petites structures  sous l’impulsion de leurs jeunes membres, tendance déjà remarquée par de nombreux auteurs,  notamment au Liban (Abi Yaghi, 2016).  

En conséquence, nous pouvons dire que, si la façon de se mobiliser après l’évènement  s’inscrit dans la continuité, la façon dont on présente cette mobilisation fait écho à un contexte très  actuel. 

Conclusion   

Réfléchir à l’évènement et à la place que les acteurs lui accordent dans le cas particulier du  Liban demande plus que jamais de le réinscrire dans une histoire collective (du pays, du secteur  associatif, de l’association OffreJoie) et individuelle (prenant en compte les parcours biographiques  des acteurs, eux-mêmes multipositionnés). En cela, le cas libanais nous amène à renoncer à l’emploi  de la notion de « crise » (dans son acception libérale) car il semble moins s’agir d’un  dysfonctionnement ponctuel que d’un état de long terme, vécu comme tel par les enquêtés. 

En outre, il n’y a pas de bouleversement radical dans les représentations ni dans les  pratiques, toutefois il ne s’agit pas non plus d’une reproduction à l’identique de ce que l’association  faisait jusque-là. A l’inverse, l’expérience de long terme d’OffreJoie en chantier est réinvestie et  reformulée pour correspondre aux exigences du contexte récent.  

En ce sens, l’événement peut être saisi à la fois comme le révélateur de dynamiques sociales  préexistantes, au sens de l’historienne Arlette Farge (Farge, 2002) ou de l’anthropologue Sandrine  Revêt (Revêt, 2021), et comme constituant lui-même un contexte, c’est-à-dire un « terrain d’action  et de sens » où se produisent des accélérations ou de l’inédit, ainsi que l’entend l’anthropologue  Henrik Vigh (Vigh, 2008). 

Bibliographie  

Sur la notion d’événement en sciences sociales 

Bensa Alban et Fassin Eric, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 1 mars 2002,  no 38, p. 5-20. 

Farge Arlette, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs  sociaux », Terrain, 2002, Qu’est-ce qu’un événement ?, no 38. 

Latté Stéphane, « La “force de l’événement” est-elle un artefact ?: Les mobilisations de victimes au  prisme des théories événementielles de l’action collective », Revue française de science politique,  2012, vol. 62, no 3, p. 409-432. 

Nora Pierre, « L’évènement monstre », Communications, 1972, no 18, p. 162-172.  

Revêt Sandrine, « Catastrophes «naturelles», figures de vulnérables et moments de politique », Le sujet dans la cite, 2012, Actuels n° 1, no 1, p. 162-174. 

Vigh Henrik, « Crisis and Chronicity: Perspectives on Continuous Conflict and Decline« , Ethnos:  Journal of Anthropology, 2008, vol. 73, p. 5-24. 

Sur le contexte libanais 

AbiYaghi Marie-Noëlle, « Militer par «projets». Fragmentation et reproduction de l’espace  contestataire féministe au Liban », Nouvelles Questions Féministes, 2016, vol. 35, no 2, p. 51. 

Beydoun Ahmad, Le Liban, itinéraires dans une guerre incivile, Karthala., Paris, 1993.

Majed Rima, Lebanon’s ‘October Revolution’ must go on!, OpenDemocray, 18 octobre 2019 (en ligne : https://www.opendemocracy.net/en/north-africa-west-asia/lebanons-october-revolution-must-go-on/, consulté le 30 juin 2021.).

Mermier, Franck, et Elizabeth Picard. Liban, une guerre de 33 jours. La Découverte, 2007.

  1. Mémoire élaboré sous la direction de Richard Rechtman, dans le cadre du M2 « études politiques » de l’EHESS []
  2. « Décès d’une nouvelle victime, plus de deux mois après l’explosion », L’Orient le Jour, 26 octobre 2020, (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1238254/deces-dune-nouvelle-victime-plus-de-deux-mois-apres-lexplosion.html, consulté le 20 avril 2021). []
  3. « Le Liban a plus que jamais besoin de l’ONU pour surmonter «ses nouvelles urgences», assure Aoun », L’Orient le Jour, 19 septembre 2020, (en ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1233255/le-liban-a-plus-que-jamais-besoin-de-lonu-pour-surmonter-ses-nouvelles-urgences-assure-aoun.html, consulté le 14 octobre 2020. []
  4. UNOCHA — https://www.unocha.org/sites/unocha/files/Beirut%20Port%20SitRep%20No.3.pdf. []
  5. La Banque mondiale a estimé les dommages matériels entre 3,8 à 4,6 milliards de dollars et les pertes économiques de 2,9 à 3,5 milliards de dollars — Évaluation rapide des dommages et des besoins à Beyrouth, rapport de la Banque  mondiale, août 2020, consulté le 14 octobre 2020. []
  6. Tous les prénoms ont été modifiés. []
  7. Transcription d’un entretien réalisé sur Zoom depuis Paris, le 6 novembre 2021. []
  8. Transcription d’un entretien téléphonique réalisé depuis Beyrouth, le 24 janvier 2021. []
  9. Ce terme et les suivants ont été entendus au cours d’entretiens ou de conférences publiques dans lesquelles le Président d’OffreJoie est intervenu. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search