Compte-rendu : Pierre Bouvier, La longue marche des tirailleurs sénégalais

Ce compte-rendu de l’ouvrage de Pierre Bouvier a été rédigé par Fassou David Condé, étudiant en Master de la mention Etudes politiques.


La longue marche des tirailleurs sénégalais : de la grande guerre aux indépendances est un ouvrage de Pierre Bouvier, Professeur émérite des universités, membre du LAIOS (laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales) de l’IIAC (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain). Cette publication vient s’ajouter à une historiographie sur les tirailleurs sénégalais qui est relativement peu connue¹.  

L’auteur, de manière chronologique, retrace l’histoire des tirailleurs sénégalais, depuis leur mobilisation en vue du premier conflit mondial (1914-1918) jusqu’aux soleils des indépendances africaines² qu’ils ont, de son point de vue, contribué à faire naître. « Au terme de cette longue marche des tirailleurs sénégalais, les attentes du continent africain peuvent s’ouvrir sur des perspectives répondant tant soit peu aux aspirations de multiples peuples le constituant » (p. 231). Il est évident que les revendications en vue de l’indépendance des territoires africains autrefois sous la tutelle de puissances colonisatrices telles que la France, la Grande Bretagne ou la Belgique, ont pour ferment des événements antérieurs aux conséquences lourdes. La première guerre mondiale tient une place d’autant plus importante qu’elle constitue un événement historique, où l’expérience de la guerre vient peu ou prou modifier le cadre du contexte colonial.

Sur le débat relatif au déploiement des engagés d’origine africaine par le pouvoir colonial français sur les théâtres de guerre occidentaux, il faut relever que les enjeux étaient importants. « En France, de nombreuses voix soutiennent malgré tout les propositions de Mangin³. Des membres de la Société de géographie invitent le colonel à venir défendre ses positions. Il souligne la baisse de la natalité française qu’il associe à une limitation volontaire des naissances alors même que les pays ennemis, l’Allemagne en particulier, ont adopté une politique nataliste » (p. 49). En mettant l’accent sur la faible démographie en France, Pierre Mangin invite le pouvoir colonial français alors à mobiliser la force noire pour mieux affronter les troupes ennemies. Cependant, sont opposés à son idée notamment « des commandements militaires, sinon des soldats du rang [qui] apprécient peu la présence à leurs côtés de sujets extra-européens, qu’ils soient bruns ou noirs, zouaves ou sénégalais » (p. 49).

C’est donc dans ce climat ambivalent, perméable au racisme, que sont recrutés dans les colonies des « jeunes pour la guerre » (p. 52). Leur présence sur les fronts, relevant d’un engagement volontaire ou d’un enrôlement forcé, leur donne, une fois la guerre terminée, un tout autre regard que celui qu’ils avaient de l’homme Blanc auparavant. « A travers l’expérience de la guerre, ces « coloniaux » ont vu que les Blancs n’étaient pas des invincibles tels qu’on se les représentait dans les villages mais des hommes comme les autres, à leur égal sinon souvent ridicules dans leurs manières de se comporter. Ceci sera un facteur non négligeable dans le cours ultérieur des indépendances » (p. 91). Cette représentation psychosociale des tirailleurs sénégalais par rapport à la puissance métropolitaine qui se modifie n’est pas sans incidence sur les réticences au retour dans les colonies dont certains feront montre lorsque le pouvoir colonial décrétera leur démobilisation. La sortie de la Grande Guerre, en tant que victorieux, permet à ces soldats issus des colonies françaises d’Afrique, de « rehausser l’estime qu’ils pouvaient avoir d’eux-mêmes et leurs capacités de s’affirmer au sein de l’Empire » (p. 62).

Ainsi quand la question de la démobilisation se pose, par voie de conséquence du retour des tirailleurs sénégalais dans leurs territoires d’origine, elle suscite des réactions. Des inquiétudes liées à leur devenir germent dans la tête des concernés.  « Le regard du démobilisé ne peut s’abstraire de ce qu’il a vu ou entendu dire de l’existence à l’arrière. Les dispensés d’obligations, les « planqués », apparaissent comme n’ayant pas souffert de ce qui se passait sur les champs de bataille. C’est face à une société en mutation que les démobilisés vont devoir se positionner et retrouver leurs marques tant sociales, économiques et culturelles que familiales et intimes » (p. 88). Si certains des tirailleurs sénégalais tels que Bakary Diallo, auteur de Force Bonté, regagnent leurs territoires d’origine non sans appréhension, d’autres en revanche restent en métropole par l’obtention d’autorisations administratives. Ce sont pour la plupart des tirailleurs sénégalais ayant formé couple entre-temps avec des françaises de nationalité. D’autres, en revanche, restent pour des raisons académiques ou professionnelles.

Ce qui est intéressant pour le sujet que traite Pierre Bouvier est la situation de ceux qui reviennent dans les colonies. L’accueil puis le traitement auquel ils seront soumis par les autorités coloniales nourrit une certaine colère latente chez eux, laquelle ira croissant au fur et à mesure des années, et deviendra incoercible avec les indépendances. « De fait, les tirailleurs de retour ne suscitent pas forcément d’enthousiasme de la part de la population, sauf de leurs proches. Leur manière d’être ne correspond pas à celle de ceux qui sont restés au pays. Ils sont, au fond, mal perçus. […] L’heure est aux rationnements, à la vie chère et le seul espoir repose sur les pensions militaires. Ces dernières se font attendre et ne correspondent pas toujours à ce qui était prévu, ce qui suscite le sentiment que le juste prix qui devait être payé pour le sang versé ne l’est pas » (p. 128). Pour beaucoup de tirailleurs, il paraît alors difficile de reprendre la vie antérieure à leur mobilisation. Non seulement parce que se prévalant d’avoir de ressources financières suffisantes, ils affirment leur droit à monter vivre en ville ; mais également parce qu’ils dédaignent de pratiquer des travaux aratoires qu’ils jugent désormais difficiles. Lorsqu’ils n’ont pas opté pour « la continuité de l’engagement militaire » (p. 154), ils rêvent d’exercer d’autres métiers qui pourraient leur donner image plus « valorisante ». « Dans le contexte anxiogène de l’entre-deux-guerres, nous dit Pierre Bouvier, les autorités réactivent d’autres possibilités de réinsertion pour les tirailleurs démobilisés. Ainsi s’ouvrent les fonctions de gardes de cercle et de miliciens chargés de la police de proximité mais également les fonctions plus élevées d’interprètes. Dans l’ensemble, ces activités vont créer une couche sociale nouvelle, celle de petits fonctionnaires africains subalternes qui seront des agents de l’acculturation, capables de se muer à l’occasion en agents de contestation » (p. 136). Par là il s’entend que l’engagement militaire ouvre des portes à ces ex-tirailleurs, quoique relégués à des fonctions subalternes, au sein de l’administration coloniale. 

C’est ainsi dans ce sens que Pierre Bouvier s’intéresse aux perspectives de l’assimilation pour comprendre l’intérêt de ces individus, ayant décidé de s’engager pour la cause de la métropole française. « Déjà, Blaise Diagne⁴, avait parlé, [en marge de sa tournée en AOF en 1918], des promotions sociales qu’implique l’enrôlement, des avantages financiers et de la perspective de passer du statut d’indigène, de sujet, à celui de naturalisé. » Mais, à mesure que le temps passe, « les promesses de Blaise Diagne tombent dans l’oubli » (p. 177). Le pouvoir colonial fait des déçus, et face à lui, une certaine contestation se met dès lors en place. Certains, à l’instar de René Maran qui publie Batouala⁵, en 1921, passent par la littérature pour s’exprimer alors que d’autres, sous un autre registre, prennent une voie beaucoup plus active, c’est-à-dire militante.

Quand éclate le second conflit mondial (1939-1945), la mobilisation des tirailleurs sénégalais semble beaucoup plus évidente pour l’empire colonial français. Cependant, cette fois-ci, l’apport des tirailleurs sénégalais ne permet pas à la France de triompher des forces ennemies. « La défaite et l’attitude du gouvernement du maréchal Pétain inversent la donne pour les soldats coloniaux. Ils sont devenus des acteurs forcés de la déroute de ceux qui les commandaient sur les fronts en France et qui ont dû se replier, pour la plupart sans gloire. » (p. 190) « En 1945, d’anciens prisonniers (NDLR tirailleurs sénégalais) libérés des camps allemands s’opposent aux modalités qui leur sont imposées dans le cadre d’un regroupement en banlieue de Dakar, à Thiaroye… Ne pouvant apporter de réponses adéquates aux revendications notamment financières, la révolte gronde parmi les tirailleurs » (p. 195). Par le biais de la production artistique, des figures telles que Aimé Césaire ou Léopold Sédar Senghor, rassemblées autour de la revue Présence Africaine fondée par Alioune Diop dans ces années d’après-guerre (précisément en 1948), essaient de titiller la conscience des populations africaines afin de prendre leur destin en mains. Le mouvement de la négritude, d’abord artistique, puis politique, se donnait pour ambition de célébrer la culture africaine dont le pouvoir colonial avait autrefois fait table rase. Qu’il s’agisse de Senghor ou de Sembène Ousmane, Pierre Bouvier nous aide avec brio à entrer dans la complexité de leurs trajectoires individuelles. Tous deux, sénégalais de nationalité, furent mobilisés dans le cadre de la deuxième guerre mondiale et à différents degrés ils contribuèrent, comme tant d’autres, par le biais de l’engagement syndical, à ouvrir la voie aux indépendances africaines. 

En somme, il est de bon ton, eu égard à l’examen du travail de Pierre Bouvier, de se demander ce que serait le destin des pays africains aujourd’hui s’il n’y avait pas eu ces deux conflits mondiaux ? La situation coloniale, pour reprendre le concept de Georges Balandier, aurait-elle perduré ? Rien n’est moins sûr. Cependant, il est patent que la guerre constitue un véritable accélérateur de changement social. Opposée souvent à la paix, elle est connotée négativement. Or, même en Europe Occidentale, la guerre a précédé, voire elle a conditionné la formation de l’Etat. Norbert Elias le met bien en évidence dans La Dynamique de l’Occident⁶ avec la fin des apanages. Dès lors, il est important pour le chercheur d’appréhender les choses différemment du sens commun. La guerre, comme accélérateur de changement social, qu’est-ce à dire ? Tel est le genre d’interrogations qu’il doit alors se poser, en vue de rendre compte de la complexité des choses. Quand il y a une guerre qui éclate, il y a des morts certes, mais il y a autre chose à regarder avec minutie, laquelle s’inscrit plutôt dans la longue durée. Les identités des individus sont-elles construites, déconstruites ou reconstruites par la guerre ? Assurément, c’est dans ce nœud que gît l’apport sociologique de ce livre. En essayant de proposer une histoire incarnée, il met en lumière la manière dont les frustrations des mobilisés issus des peuples colonisés, ont agi dans les revendications des peuples africains, à l’orée des années 50, en vue de leur autonomie. 


¹ Voir : Ndiaye P., Soldats noirs de la République, L’Histoire, n°337, 2008, pp.82-87 ; également : Fargettas J., 2012, Les tirailleurs sénégalais, les soldats noirs entre légendes et réalités (1939-1945), Paris, Editions Taillandier.
² Kourouma A., 1968, Les soleils des indépendances, Paris, Editions du Seuil. 
³ Lieutenant-colonel, Charles Mangin est auteur de La Force Noire paru en 1910. 
⁴ Amady Dieng, 1990, Blaise Diagne, Député noir de l’Afrique, Paris, Editions Chaka. 
⁵ Qualifié de premier roman nègre, Batouala, qui remporte le prix Goncourt en 1921,dépeint les excès de l’administration coloniale.  
⁶ Dans la première partie de La dynamique de l’Occident intitulée la sociogenèse de l’Etat, Norbert Elias met en exergue comment la loi du monopole conduit les seigneurs féodaux à se faire la guerre pour accaparer les territoires voisins.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search