« Lisons les thèses ! » – Appel à contribution

Nous relayons un appel à contribution qui pourrait intéresser les lecteurs des carnets. Cécile Armand propose de créer une plateforme de recension des thèses françaises (impliquant lecture, critique et dissémination). Une excellente idée pour faire sortir de l’ombre des travaux de thèse souvent méconnus.

N’hésitez pas à visiter le site de son initiative ou à la contacter !


 

Appel à contribution : Recensions des thèses en SHS

Vous avez ou allez soutenir une thèse en SHS en France ? Vous êtes ou avez été membre d’un jury de thèse ? Vous souhaitez voir votre thèse recensée et/ou souhaitez recenser une thèse récente ? Cet appel vous concerne !

Actuellement post-doctorante en histoire à Aix-Marseille Université, je souhaite mettre en place une plateforme de recension des thèses en France (toutes disciplines confondues, mais limitées aux sciences sociales) similaire à ce qui existe aux États-Unis (Dissertation Review : http://dissertationreviews.org/). Il n’existe actuellement aucun équivalent en France. Thèses.fr se contente de signaler les thèses soutenues ou en cours et ne propose que des informations partielles parfois inégales d’une thèse à l’autre. Par conséquent, beaucoup de thèses restent méconnues alors qu’elles constituent le premier vrai travail de recherche et méritent d’être valorisées au même titre qu’un ouvrage publié.

Pour les recenseurs, ceci permet de mieux connaître les travaux en cours et d’exercer son esprit critique, dans un climat de courtoisie et d’honnêteté intellectuelle. Les auteurs qui le souhaitent pourront aussi recevoir des conseils plus personnalisés pour les aider dans la préparation d’un manuscrit.

Les recensions seront signées et publiées sur la plateforme OpenEdition. Aucune thèse ne sera diffusée sans l’accord de son auteur-e. La plateforme n’a pas vocation à publier les thèses. Les recenseurs s’engagent à respecter une charte de bonnes pratiques (qui leur sera soumise en temps voulu).

Si vous souhaitez que votre thèse soit recensée et/ou vous porter volontaire pour recenser une thèse récente, contactez-moi dès maintenant en indiquant dans un premier temps :

  • (1) comment vous souhaitez contribuer (être recensé-e et/ou être recenseur-e)

  • (2) une courte notice biographique (précisant au minimum votre nom, situation actuelle, titre,

    discipline et langue de la thèse, date de soutenance, établissement, directeur). À très bientôt donc !

    Cécile (cecile.armand@gmail.com)
    Lien vers la plateforme Lisons les thèses ! (en cours de construction) :https://ltshs.hypotheses.org/

Le Labour Party face à la question du Brexit : un défi démocratique

Denis Rayer est étudiant de la mention études politiques, et prend comme objet de recherches le Labour Party britannique. Dans cet article, il cherche à comprendre les reconfigurations de ce parti et notamment son lien à l’Europe en contexte de Brexit.

Les images utilisées sont des photos de brochures, tracts et journaux qui ont été récoltés lors d’un terrain d’enquête au congrès annuel du parti travailliste en septembre 2018 à Liverpool.

***

            Suite à l’activation de l’article 50 du traité de Maastricht le 29 mars 2017 par la Première Ministre Theresa May, le Royaume-Uni devrait officiellement sortir de l’Union Européenne le 29 mars 2019 à minuit. Cette échéance très précise et bientôt très concrète offre un effet de contraste assez flagrant par rapport à l’incertitude générale qui règne encore quant aux conditions de ce départ. À l’heure actuelle, nous ignorons toujours quels seront les termes précis de l’accord qui entérinera cette séparation, nous ignorons même s’il y aura tout simplement un accord. En effet, jusqu’ici, le gouvernement conservateur a été incapable de négocier des conditions de sortie de l’Union Européenne qui puissent convaincre une majorité des 650 parlementaires à la Chambre des Communes. Lors du vote qui a eu lieu le 15 janvier, Theresa May a essuyé la plus grande défaite parlementaire qui ait jamais été subie par un Premier Ministre en exercice, puisqu’un total de 432 Members of Parliament (dont 118 rebelles conservateurs) ont voté contre l’accord de sortie qu’elle avait négocié avec les autorités européennes. Cette situation est sans aucun doute le signe d’une crise politique majeure au Royaume-Uni.

            Ce contexte de fragilité du pouvoir, qui apparaît à la fois divisé et discrédité, constitue logiquement une fenêtre d’opportunité pour le principal parti d’opposition, le parti travailliste (Labour Party) dirigé par Jeremy Corbyn. Celui-ci a l’occasion de se positionner comme une alternative au désordre provoqué par un gouvernement qui se présentait comme « fort et stable »[1]. Il reste cependant difficile de discerner quelle est précisément la position qui est défendue par les travaillistes, puisque, tout comme chez les conservateurs, il existe encore des dissensions en leur sein quant à ce que devrait être l’avenir de la relation entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Une certaine conception, assez répandue dans les médias français[2] [3], met l’accent sur une opposition binaire entre d’un côté un leader historiquement et idéologiquement opposé à la construction européenne et de l’autre une base d’adhérents jeunes, pro-européens et massivement favorables à la tenue d’un second referendum. Nous considérons que cette vision est plutôt erronée, ou du moins très incomplète, et qu’elle a surtout pour effet de masquer un certain nombre de facteurs internes au parti qui créent une grande complexité autour de cette question. Cependant, elle a pour mérite de mettre en évidence la centralité de la question démocratique dans le défi qui se présente aujourd’hui au parti. Jeremy Corbyn, depuis son investiture, a en effet régulièrement mis en avant son intérêt pour la démocratie partisane et sa volonté de créer des institutions qui permettent aux militants de s’impliquer dans les processus de décision. En 2015, durant un discours donné à Bristol, il déclarait : « Nous voulons que cette révolution démocratique [celle qui a eu lieu durant sa campagne pour le leadership] s’étende dans notre parti, qu’elle rende accessible les processus de décision aux centaines de milliers de nouveaux membres et de soutiens qui nous ont rejoint depuis mai »[4]. Aujourd’hui, le Brexit apparaît comme la première réelle occasion de tester la sincérité de ces propos.

            Cet article sera donc une tentative de saisir les différentes oppositions qui peuvent expliquer la réaction du Labour Party face à la question du Brexit, et de se demander dans quelle mesure le leadership parvient à gérer ces contradictions tout en respectant l’exigence démocratique qui est au cœur de son discours.

I. Derrière la position officielle du parti, une pluralité d’interprétations

            Pour commencer, il convient de signaler qu’il existe bien une position officielle des travaillistes sur la question du Brexit. Elle est détaillée sur le site officiel du parti[5]. Il y est d’abord stipulé que le parti souhaite respecter le résultat du referendum de 2016, puis y sont précisées les priorités à partir desquelles serait négocié un accord de sortie de l’Union Européenne si Jeremy Corbyn devenait premier ministre. Ces priorités sont les suivantes : s’assurer de sauvegarder les emplois et les conditions de vie actuelle au Royaume-Uni, construire une nouvelle relation étroite avec l’Union Européenne, apporter des garanties aux ressortissants britanniques en Union Européenne et aux ressortissants de l’Union Européenne au Royaume-Uni et enfin permettre au Parlement de s’impliquer réellement dans les négociations. Ce document est issu du programme que le Labour a présenté aux élections générales de 2017[6], et est donc principalement le fruit du travail du National Policy Forum, une instance créée par Tony Blair afin de définir les orientations programmatiques du parti, dans laquelle siègent des représentants des syndicats, des section locales du parti, du leadership, et des sociétés socialistes affiliées. Le NPF, comme le relève Paul Webb dans son ouvrage The Modern British Party System[7], a tendance à être très influencé par le leadership puisque ce sont les ministres du Shadow Cabinet[8] qui définissent ses orientations initiales[9]. On peut donc supposer que cette position reflète en premier lieu celle du frontbench[10].

            Étant donné que les travaillistes n’ont cependant pas obtenu le pouvoir en 2017, ce programme de négociation n’a pu être appliqué. Ce qui nous importe donc ici, c’est de comprendre comment le Labour a prévu d’agir sur le Brexit dans sa position actuelle d’opposition parlementaire. Leur stratégie est explicitée dans une motion[11] votée par les délégués des sections locales du parti, lors du congrès annuel du Labour en septembre 2018. Le congrès étant traditionnellement l’organe souverain décisionnel du parti, on pourrait dès lors s’attendre à ce qu’il permette de faire émerger démocratiquement une position qui reflète directement celle de la majorité des militants du parti. Cependant, comme le souligne encore une fois Paul Webb, ce statut est devenu plutôt symbolique ces dernières années, laissant au leader la latitude suffisante pour influencer le choix des débats qui ont lieu durant la conférence et interpréter à sa guise les résultats des consultations[12]

            Penchons nous ainsi sur le contenu de cette motion : elle annonce tout d’abord que le parti rejette la possibilité d’un no-deal Brexit[13] (séparation du Royaume-Uni et de l’Union européenne sans accord de sortie). Dans un second temps, elle prévoit que, dans le scénario où un accord négocié par le gouvernement conservateur subirait une défaite au Parlement, ou dans celui où aucun accord ne serait trouvé, le parti travailliste considérerait que le gouvernement n’a plus de légitimité et chercherait à déclencher de nouvelles élections générales[14]. Enfin, si le parti ne parvenait pas à obtenir ces élections, alors la motion stipule que le parti devrait considérer toutes les possibilités qui s’offrent à lui, y compris celle de faire campagne pour un nouveau referendum[15]. Même si cela ne figure pas dans la motion, il faut ajouter à cela que le leadership a affirmé qu’il ne voterait pour le deal de Theresa May qu’à la condition que celui-ci remplisse six tests[16]. Ces six tests, comme le relève la chercheuse britannique Paula Keaveney, sont suffisamment vagues pour ne pas effrayer les remainers et permettre de refuser n’importe quel accord qui serait mis au point par la Première Ministre[17]. Eric Shaw, historien et politologue spécialiste du parti, ajoute d’ailleurs que ces tests reviennent à exiger « les avantages à être membre de l’Union Européenne sans les responsabilités », un scénario qui, souligne-t-il, a déjà été catégoriquement écarté par les négociateurs européens[18].

            Ce texte ne semble pas être la retranscription d’une position consensuelle au sein du parti mais apparaît plutôt, selon les mots d’Eric Shaw, comme « un subterfuge qui camoufle à peine l’incapacité du Labour a s’accorder sur une position claire, cohérente et viable »[19]. Le rejet du no-deal semble être le seul point qui fait à peu près l’unanimité ; cette position est en effet très minoritaire parmi les membres du parti (environ 5%[20]) et elle est de plus plutôt associée aux députés conservateurs les plus radicalement pro-Brexit, tels que Boris Johnson ou Jacob Rees-Mogg. En ce qui concerne le reste de la motion, il semble que plusieurs points restent volontairement vagues et ouverts à interprétation. Pour commencer, s’il y est bien noté que la priorité du parti est d’obtenir de nouvelles élections, il n’y a en revanche pas de précisions quant à la manière dont le parti pourrait obtenir ces élections alors que, comme le relève Keaveney, le Labour ne dispose pas actuellement des forces parlementaires suffisantes pour les déclencher[21]. La question de ce que sera l’attitude du parti face au Brexit si jamais il venait à remporter ces élections est aussi laissée sans réponse. De plus, bien qu’il soit fait mention de la possibilité d’un nouveau referendum, il n’est pas précisé non plus comment le parti compte obtenir ce vote ou quelles en seraient les options (s’agirait-il par exemple juste d’un vote sur les conditions de sortie de l’UE ou bien pourrait-il mener à une réintégration ?). Cette possibilité, vers laquelle le parti semble se tourner aujourd’hui, n’en constitue toujours qu’une seule parmi toutes les autres que le parti devrait considérer s’il ne parvenait pas à obtenir d’élections générales.

            En somme, l’ambiguïté de cette motion lui permet de donner des garanties à tout le monde : elle satisfait à la fois les partisans d’un second vote sur l’appartenance à l’Union Européenne, qui voient pour la première fois le parti envisager officiellement la possibilité d’un nouveau referendum, et comble aussi ceux qui souhaitent respecter le résultat du premier referendum et permettre au leadership de négocier un accord de sortie avec l’UE en déclenchant de nouvelles élections générales. En outre, elle souligne l’opposition totale du parti aux conservateurs, que ça soit au gouvernement ou aux hard-brexiteers (partisans du no-deal). Plutôt qu’une déclaration d’intention vis-à-vis du Brexit, il s’agit donc en réalité d’une motion destinée à permettre l’unité au moins temporaire du parti autour du leadership. David Osland, journaliste britannique et membre du Labour dont nous avons recueilli les propos lors d’un entretien effectué quelques jours après la Conférence de septembre 2018, décrivait ainsi cette motion : « C’est une pirouette[22] délibérée. Ils ne prennent volontairement pas de position claire car ils sont coincés de toute part. La motion est vague pour que tout le monde en soit content ».

            On est pour l’instant assez loin d’une vision réellement démocratique de la prise de décision, puisque tout au long du processus qui a permis d’aboutir à cette motion, les militants n’ont été impliqués que pour le vote indirect d’un compromis temporaire qui ne contente réellement personne. Pour comprendre l’utilité d’un tel exercice, il nous faut nous pencher sur la question primordiale des rapports de pouvoir au sein du parti.

II. La superposition des débats sur le Brexit et des luttes de pouvoirs internes au parti

            Un point essentiel qu’il faut garder en tête lorsque l’on analyse le Labour Party, est qu’il s’agit d’un parti qui réunit depuis longtemps des sensibilités très diverses de la gauche et du centre-gauche britannique. Cette diversité d’opinions a de longue date créé des dissensions au sein du parti, comme le relèvent Ed Turner et Gemma Bird dans un article retraçant l’histoire de la position du parti travailliste par rapport à l’Europe[23]. Dans les années 1970 et 1980, période de construction européenne, ces désaccords se cristallisaient notamment autour de la question de l’implication du Royaume-Uni dans la Communauté Économique Européenne, qui se superposait à peu près au clivage droite gauche selon Eric Shaw[24]. La position eurosceptique était alors principalement représentée par l’aile gauche du parti, et notamment par la figure de Tony Benn, qui critiquait le caractère non-démocratique de la CEE et qui la qualifiait de « club de capitalistes »[25]. Cette position était également soutenue par les syndicats, dont l’organe représentatif, le Trades Union Congress était ouvertement hostile à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE[26]. Jeremy Corbyn a commencé sa carrière politique durant cette période, et a été élu pour la première fois à la chambre des communes en 1983. Il était très proche de Tony Benn, qu’on décrit parfois comme son mentor, ainsi que des syndicats dans lesquels il a travaillé avant de devenir député, et a donc été assez influencé par cette lutte.

            Durant les années 1990 et 2000, sous l’impulsion notamment de Tony Blair, le parti s’engageait dans la « Troisième Voie », théorisée comme un dépassement des catégories de gauche et de droite[27]. Cette phase de l’histoire du parti baptisée New Labour a duré une quinzaine d’années et a transformé profondément l’identité du parti en rompant avec ses origines socialistes et ouvrières. Durant cette période, Turner et Bird soulignent que le parti avait « laissé derrière lui ses divisions sur l’Europe »[28]. L’aile gauche eurosceptique était alors affaiblie et minoritaire, d’autant que Tony Blair, europhile convaincu[29], était très populaire, autant dans le parti que dans l’électorat. De même, les syndicats s’étaient ralliés à l’idée européenne à partir de 1988, car ils y voyaient, selon l’économiste Jacques Freyssinet, un cadre de protection des travailleurs ainsi qu’une « nouvelle source de reconnaissance et de légitimité » face aux gouvernements conservateurs[30].

            Lorsque Jeremy Corbyn est devenu leader en 2015, la période New Labour était déjà achevée depuis quelques années, mais son programme politique, sa vision de la démocratie dans l’organisation, et jusqu’à sa propre personnalité, étaient en rupture frontale avec ce que représentaient les précédents leaderships. Il se retrouve donc dans une situation qu’Emmanuelle Avril qualifie d’« unique et sans précédent » et de « dysfonctionnelle »[31], où la grande majorité des députés du parti, élus quelques années auparavant sur un programme social-libéral, se doivent de collaborer avec des membres très nettement favorables à un leader dont le programme s’identifie davantage à la gauche radicale.

            Ce décalage a conduit en 2016 au déclenchement d’une nouvelle élection du leadership par des députés mécontents, qui reprochaient au leader de ne pas avoir assez lutté contre le Brexit. Remportée largement par Jeremy Corbyn, elle marque tout de même le début d’un changement de stratégie de la part de l’aile centriste du parti. En effet, même si Corbyn a été plébiscité par la majorité des adhérents, son héritage idéologique de méfiance vis-à-vis de l’Union Européenne peut représenter un décalage avec l’opinion des membres du parti qui sont quant à eux très majoritairement pro-européens[32]. Bien qu’il se soit ouvertement engagé pour le maintien dans l’Union Européenne lors de la campagne du Brexit, son implication a ainsi pu paraître parfois hésitante, voire insuffisante. Ses opposants ont vu dans cette hésitation une occasion de reprendre l’ascendant dans le parti en orientant les débats autour de cette question précise sur laquelle leurs prises de position sont proches de celles des adhérents, pour essayer de recréer la bipolarité des années 1970-1980 entre une gauche eurosceptique et des modérés pro-européens. Cette initiative rejoint une stratégie déjà analysée par Keith Dixon en 2015[33], lorsqu’il dénonçait dans un article le développement d’une « fiction d’inspiration blairiste »[34] ayant pour mode d’action de catégoriser Corbyn dans la « vieille gauche »[35] afin de prétendre que son élection serait « un ‘retour en arrière’ vers les années néfastes où le parti travailliste avait été plombé par l’extrémisme de son aile gauche »[36]. Elle s’est d’abord matérialisé dans les discours et les positions d’Owen Smith lors de la campagne de cette deuxième élection du leadership, et cela continue d’être le cœur de la stratégie de l’aile centriste du parti qui s’est lancée de tout son poids dans la campagne du People’s Vote pour un second referendum.

Photo d’un tract distribué par le groupe For Our Future’s Sake au congrès 2018 du parti travailliste, appelant à se rendre aux différents événements organisés à Liverpool en faveur du People’s Vote

88 députés travaillistes ont d’eux même publiquement soutenu cette initiative[37] malgré les directives partisanes, et ce sont pour majorité des opposants reconnus du leadership. Dans le cadre d’un entretien effectué au mois de septembre 2018, un cadre de Progress[38] nous décrivait ainsi la stratégie de son organisation par rapport au People’s Vote :

« Je pense que nous avons découvert là qu’il existe bien une stratégie qui peut permettre notre réussite au sein du Labour Party. Cela consiste à s’affranchir de la question de savoir si l’on est pro ou anti Jeremy Corbyn, car si ça se réduit uniquement à ça, nous perdrons, parce que les gens veulent être pro Jeremy Corbyn. Mais si l’on parvient à isoler un enjeu auquel il ne croit pas, qu’on l’extraie de la discussion et que l’on organise une vaste campagne auprès des militants de toutes les tendances du Labour Party, alors on peut remporter un large soutien. Les gens sont ravis de participer, de mettre la main à la pâte et de faire des dons, et le résultat est très positif. Désormais, on en est même arrivés à un point où on est très proches d’un engagement du leadership pour un second referendum. Beaucoup souhaitaient qu’il aille encore bien plus loin, mais en fin de compte, c’est un progrès majeur par rapport à notre point de départ. D’après moi, si l’on applique cette méthode de discussion à toutes nos idées, elles susciteront une adhésion beaucoup plus massive. »

            Cependant, le bilan de cette stratégie apparaît contrasté. Malgré son utilisation, lors de l’élection de 2016, celle-ci fut largement remportée par Corbyn. Depuis, bien que les lignes aient bougé, il ne semble pas qu’elles aient vraiment pris la direction que notre interlocuteur avait prévu. L’étude récemment menée par le ESRC Party Members Project nous en apprend beaucoup sur la situation. Intitulée « Love Corbyn, Hate Brexit ? »[39], elle met l’accent sur des données assez paradoxales : alors que 72% des membres du parti souhaitaient un second referendum qui n’était alors qu’à peine envisagé par le leadership, ils étaient tout de même 65% à penser que Corbyn remplissait bien son rôle de leader. D’ailleurs, le slogan qui a inspiré le titre de l’étude provient lui même d’un groupe nommé « Another Europe is Possible », fondé par un certain Michael Chessum (cadre de la campagne de Corbyn en 2015) pour défendre l’idée d’un second référendum tout en soutenant ouvertement le leader. Cette organisation se veut bien distincte de la campagne du People’s Vote. Elle n’utilise pas son vocabulaire, préférant parler de « second referendum » ou de « public vote », et ne vise que les membres du parti alors que l’initiative du People’s Vote est transpartisane.

 

Photo d’un tract distribué par le groupe Another Europe is Possible au congrès 2018 du parti travailliste.

            Ce nouveau développement met en évidence à quel point les positionnements des membres du Labour sur le Brexit sont en réalité bi-dimensionnels. Leur opinion est non seulement déterminée par leur avis sur l’Union Européenne mais aussi par leur avis sur le leadership. Un membre du Labour Party qui est plutôt favorable au maintien dans l’Union Européenne peut ainsi se retrouver à défendre trois positions différentes :

  • s’il est plutôt hostile au leadership, il aura tendance à soutenir la campagne du People’s Vote, et à militer avec des membres d’autres partis pour un second referendum
  • s’il est favorable au leadership, mais que le plus important pour lui est un second referendum, il aura tendance à rejoindre des groupes tels que Another Europe is Possible, et plus largement à militer dans les cadres définis par le parti pour que le Labour obtienne un nouveau référendum et une réintégration à l’union européenne (sans remettre en cause le leadership)
  • s’il est plutôt favorable au maintien dans l’Union Européenne, mais que le plus important pour lui est de permettre à un gouvernement Labour de gouverner le pays et de gérer la question du Brexit (en faisant confiance au leadership pour exécuter cette dernière étape de façon démocratique), alors il aura tendance à faire campagne principalement pour de nouvelles élections générales. Il s’agit, entre-autres, de la position du mouvement Momentum, créé en 2016 pour soutenir Jeremy Corbyn.

            En ce qui concerne les membres du parti qui sont plutôt favorables à la sortie de l’Union Européenne, la situation est différente. La position radicalement eurosceptique est assez minoritaire dans le parti : toujours selon l’ESRC Party Members Project, 88% des membres du partis voteraient Remain en cas de second référendum, que l’alternative soit la sortie sans accord ou le deal négocié par Theresa May. Il faut cependant prendre en compte les 18% des militants qui ne souhaitent pas que le parti soutienne un second référendum, et voudraient donc plutôt qu’il prenne acte du résultat (indépendamment de leur vote en 2016). En l’occurrence, ceux-ci s’accommodaient assez bien de la position officielle du parti que nous avons explicitée un peu plus haut, mais sont plus hostiles à la décision récente du leadership de voter en faveur d’un second referendum à la chambre des communes.

 

Caricature tirée du journal Socialist Worker, distribué en libre accès au congrès 2018 du parti travailliste.

            Dans ce désordre général, la motion apparaît alors comme un moyen de rassembler les militants derrière un seul mot d’ordre. Dans son discours sur le Brexit du 10 janvier, Corbyn évoquait ainsi sa volonté de « rassembler ceux qui ont voté Leave et ceux qui ont voté Remain[40] ».

III. Derrière la question de l’unité, la tension entre démocratie et éligibilité

            Nous avons vu en quoi la plupart des différentes positions qui cohabitent dans le parti convergeaient majoritairement derrière la figure de Jeremy Corbyn pour maintenir l’unité du parti. Ce soutien, qui tolère de facto l’autonomie du leadership sur cette question en acceptant qu’il ne rende pas de comptes sur la démocratie partisane, n’est pas seulement dû à une adhésion massive des membres aux idées et à la personne de Corbyn. Il provient aussi d’une autre source : l’exigence d’éligibilité.

            En effet, depuis les élections générales de 2017 et jusqu’au début de l’année 2019, le parti travailliste culminait autour de 40% dans les sondages. Il s’agissait d’un score qui le mettait au coude-à-coude avec les conservateurs, et qui pouvait potentiellement lui permettre de remporter de nouvelles élections. Cet argument revêt énormément d’importance dans un contexte où le pays est gouverné par les conservateurs depuis dix ans, et où ceux-ci y ont appliqué des politiques d’austérité qui touchent durement les classes populaires. Jeremy Corbyn, qui s’est fait élire sur un programme anti-austérité, représente pour beaucoup de membres et d’électeurs du Labour une occasion unique de changer l’orientation économique et sociale du pays. Outre la loyauté partisane, c’est sans doute aussi cette raison qui poussait les députés, qui sont majoritairement « sceptiques, voire hostiles »[41] envers le leadership, à rester tout de même dans le parti. Malgré des rumeurs de scission qui durent depuis plus d’un an, seuls sept d’entre eux ont finalement décidé de quitter le parti le 18 février 2019, ainsi qu’un autre le 22 février.

            Le fait est que si le parti avait clarifié ses intentions sur le Brexit, alors il aurait pris le risque de perdre une partie de ses électeurs. Dans le cas où il décidait de soutenir ouvertement un second referendum, cela pouvait déplaire aux 40% de l’électorat britannique qui sont opposés à un nouveau referendum[42], et cela pouvait provoquer, selon les journalistes du Guardian[43], la démission d’une partie du shadow cabinet. De plus, comme le souligne Eric Shaw, cette décision pouvait être vécue comme une trahison par l’électorat de la classe ouvrière du nord de l’Angleterre qui a principalement voté Leave[44], et cela aurait contribué au discours de la droite populiste qui oppose le peuple aux élites[45]. Si, à l’inverse, le parti écartait totalement cette possibilité, alors il risquait de mettre en colère ses propres membres qui soutiennent majoritairement ce dénouement, ainsi que les députés qui ont soutenu cette initiative et dont le parti a besoin pour obtenir une majorité parlementaire. Le journaliste Stephen Bush résumait assez bien la situation dans un article du NewStatesman paru le 7 janvier : « Le problème, c’est que le parti travailliste n’est pas forcé à choisir. Ils ont davantage à gagner en critiquant le deal de Theresa May d’une façon qui leur permet de garder les deux camps avec eux »[46]. Stratégiquement, si le leadership souhaitait se garder une chance de gouverner le pays, il avait plutôt intérêt à maintenir un statu quo.

            Malgré cela, la pression s’intensifiait de plus en plus autour de cette décision. À gauche, la question d’un second referendum commençait à coïncider de plus en plus avec celle de la démocratie. Il s’agit d’un sujet que l’aile du parti représentée par Jeremy Corbyn s’est appropriée de longue date et qui a toujours eu une place centrale dans son discours. Avant d’être élu, Corbyn était en effet une des figures du groupe Campaign for Labour Party Democracy qui a été créé en 1973 pour défendre des mesures destinées à augmenter l’implication des membres du parti dans la prise de décision. Ce groupe militait notamment pour la mandatory reselection[47] (que Corbyn n’a pas soutenue quand elle a été présentée au congrès 2018 sous des dispositions légèrement différentes et sous le nom open selection), ou encore pour un rôle plus décisif du congrès dans l’élaboration du programme du parti. CLPD dispose aujourd’hui de plusieurs membres au sein de l’organe décisionnel du Labour, le National Executive Comittee. D’autre part, Jeremy Corbyn est « le premier dirigeant travailliste à être élu directement par la base de son parti »[48]. Sa campagne pour le leadership en 2015 a ainsi été vécue comme une « révolution démocratique »[49]. Elle a recréé une vie militante au sein des sections locales du parti qui se sont vues aggrandies par l’arrivée quantités vertigineuses de nouveaux adhérents. Cela fait aujourd’hui du Labour le plus grand parti politique européen en termes de membres. Il s’agit d’un contraste important par rapport à la période précédente, durant laquelle des méthodes de management assez verticales mises en place par Tony Blair pour gérer le parti[50] avaient déclenché une désertion progressive du parti par ses militants. Corbyn symbolisait donc le retour de la démocratie au sein du Labour.

            Dans cette optique, certaines voix du camp Corbyn se prononçaient de plus en plus activement en faveur de ce second vote, comme c’est le cas par exemple de Paul Mason[51], journaliste très populaire et figure de la gauche du parti, ou encore de Clive Lewis[52], jeune député et membre du shadow cabinet, qui fut un des premiers à soutenir la candidature de Corbyn en 2015. Pour Lea Ypi, professeure de théorie politique de la London School of Economics, un second referendum serait une « obligation du Labour envers ses membres »[53]. Ces initiatives, tout comme celle de Another Europe is Possible, étaient des signes que l’urgence de la situation du Brexit commence à provoquer des fissures supplémentaires au sein du parti, et que l’ambiguïté ne pouvait pas maintenir l’unité sur le long terme.

Photo de la couverture d’une brochure distribuée par le groupe Another Europe is Possible au congrès 2018 du parti travailliste, dans laquelle figurent des témoignages de personnalité de la gauche du parti opposés au Brexit.

            En parallèle à cela, les sondages commençaient à être de plus en plus défavorables au parti, en particulier à partir du moment où The Independent Group, le groupement politique formé le 18 février par les huit anciens députés travaillistes qui ont quitté le parti ce même jour ainsi que par quatre députés conservateurs qui les ont rejoint, a commencé à représenter une concurrence sérieuse en terme d’intentions de votes. Durant la même période, les soupçons d’antisémitisme qui poursuivent le parti depuis un certain temps ont été remis sur le devant de la scène par les députés scissionnistes qui ont avancé cette raison parmi d’autres pour justifier leur départ.

            C’est dans ce contexte précis qu’il faut envisager les récentes déclarations de Corbyn en faveur du soutien à un second referendum[54]. Face à une situation où le parti enchaînait les mauvaises séquences politiques et médiatiques, et où, du côté des militants, la pression augmentait pour une plus grande prise en compte de leurs aspirations, cette initiative apparaît comme la stratégie la plus logique pour le leadership afin de tenter d’inverser la tendance. C’est un coup politique qui peut s’avérer payant. Nous avons cependant évoqué plus haut les problèmes que peut causer un tel soutien en termes d’unité du parti et du shadow cabinet. De plus, même avec les voix du Labour, il ne semble toujours pas qu’il y ait une majorité de députés à la chambre des communes qui soutiennent l’idée d’un second referendum. Si ils parvenaient tout de même à l’obtenir, il faudrait alors encore que le parti s’accorde sur les possibilités qui seraient proposées au vote lors de ce referendum, et si l’option Remain y figurerait bien. Cette rupture du statu quo ne signifie donc pas automatiquement un déblocage de la situation, et annonce déjà une séquence politique qui pourrait s’avérer tout aussi piégeuse que la précédente pour le parti travailliste.

***

Conclusion : De Charybde en Scylla ?

            Nous avons donc pu passer en revue les principaux facteurs explicatifs de l’attitude du Labour face au Brexit. Il nous ont permis de nous rendre compte de la complexité de la position dans lequel le parti se trouve, pris en étau entre des positions antagonistes qu’il a pourtant besoin d’unir pour s’assurer un succès électoral. Dans cette conjoncture, la question de la démocratie partisane a semblé être passée au second plan. Cette concession a permis de créer un compromis qui a maintenu temporairement l’unité autour de la figure du leader.

            Cette situation était cependant loin d’être idéale, et on en a vu apparaître rapidement les premières limites avec des contestations qui se sont formées dans divers courants du parti. La scission qui a eu lieu le 18 février, si elle n’est sans doute pas pour l’instant une menace pour l’unité du parti car elle reste circonscrite à quelques députés, représente quand même une initiative assez symbolique qui a servi à alerter le leadership sur les risques de sa stratégie. Elle l’a conduit à prendre une décision qui devrait lui permettre de renouer avec la majorité de ses militants. Ce soutien à un second referendum pourrait cependant nuire à la capacité du parti à reprendre le pouvoir dans le court terme.

            De nouveaux paramètres seront sans doute introduits par les décisions de Theresa May, qui a jusqu’au 29 mars pour négocier un accord de sortie avec l’Union Européenne ou pour rallonger la période de transition. Faute de quoi, le Royaume-Uni pourrait quitter l’Union Européenne sans aucun accord, et ce sans que le parti travailliste n’ait à aucun moment voix au chapitre.

***

Bibliographie :

AVRIL Emmanuelle, « The movementisation of the Labour Party and the future of labour organising », in AVRIL Emmanuelle et BELIARD Yann, Labour united and divided from the 1830s to the present, août 2018.

Étude « Love Corbyn, Hate Brexit » menée par YouGov sur commande du ESRC Party Members Project. https://esrcpartymembersproject.org/2019/01/02/love-corbyn-hate-brexit/.

FAUCHER-KING Florence, Changing Parties : An Anthropology of British Political Conferences, Palgrave Macmilla, 2005.

FREYSSINET Jacques, « Les syndicats et le Brexit », Chronique internationale de l’IRES (n°158), 2017.

JEFFERYS Steve, « Jeremy Corbyn est il la peuve qu’il existe une vie après la mort pour le travaillisme ? », Savoir/Agir n°45, 2018, p13-23.

KEAVENEY Paula, « What Labour’s Brexit motion means in practice », The Conversation, 24 septembre 2018.

SHAW Eric, « Labour’s political calculations : explaining the party’s muddled policy on Brexit », note de blog publiée sur le site de la London School of Economics, 14 janvier 2019.

TURNER Ed, BIRD Gemma, « Le Parti travailliste et l’Europe : une relation agitée », traduit de l’anglais par ESPOSITO Marie-Claude, Outre-Terre (n°49), 2016.

WALTHERY Pierre, « Jeremy Corbyn et le Parti Travailliste : une drôle de paix », Mouvements n°87, 2017.

WEBB Paul, The Modern British Party System, SAGE Publications, Londres, 2000.

YPI Lea, « The left wing case for a second referendum : Labour’s obligations to members », note de blog sur le site de la London School of Economics, 5 février 2019.

 

Notes :

[1]   « Strong and stable » était le slogan de campagne de Theresa May aux élections générales de 2017.

[2]   BERNARD Philippe, « Ambigu sur le Brexit, Jeremy Corbyn fait face aux sentiments pro-européens des adhérents du Labour », Le Monde, 5 janvier 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/01/05/ambigu-sur-le-brexit-jeremy-corbyn-fait-face-aux-sentiments-proeuropeens-des-adherents-du-labour_5405337_3210.htm, consulté le 24/02/2019.

[3]   HELFT Anouck, « Brexit, que veut vraiment Jeremy Corbyn ? », La Croix, 18 janvier 2019, https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Brexit-veut-vraiment-Jeremy-Corbyn-2019-01-18-1200996322, consulté le 24/02/2019.

[4]   Texte intégral disponible sur https://labourlist.org/2015/11/we-want-to-see-this-democratic-revolution-extend-full-text-of-jeremy-corbyns-speech-to-south-west-conference/.

[5]   À cet URL : https://labour.org.uk/issues/labours-plan-brexit/.

[6]   Disponible à cet URL : https://labour.org.uk/manifesto/negotiating-brexit/.

[7]   WEBB Paul, The Modern British Party System, SAGE Publications, Londres, 2000.

[8]   Gouvernement alternatif formé par le principal parti d’opposition, sans réel pouvoir décisionnel.

[9]   WEBB Paul, The Modern British Party System, SAGE Publications, Londres, 2000, p 205.

[10] Membres parlementaires de l’opposition occupant une position de pouvoir au sein du parti.

[11] Disponible sur https://labourlist.org/2018/09/labours-brexit-composite-motion-in-full/.

[12] WEBB Paul, The Modern British Party System, SAGE Publications, Londres, 2000, p 205.

[13] « Conference believes a no-deal Brexit should be rejected as a viable option », Labour’s Brexit composite motion.

[14] « Should Parliament vote down a Tory Brexit deal or the talks end in no-deal, Conference believes this would constitute a loss of confidence in the Government. In these circumstances, the best outcome for the country is an immediate General Election that can sweep the Tories from power », Labour’s Brexit composite motion.

[15] « If we cannot get a general election Labour must support all options remaining on the table including campaigning for a public vote », Labour’s Brexit composite motion.

[16] Recensés dans cet article : MORRIS Chris, Reality Check : What is Labour’s Brexit Plan ?, BBC News, 25 septembre 2018, https://www.bbc.com/news/uk-politics-45640548, consulté le 24/02/2019.

[17] KEAVENEY Paula, « What Labour’s Brexit motion means in practice », The Conversation, 24 septembre 2018, consulté le 24/02/2019.

[18] SHAW Eric, « Labour’s political calculations : explaining the party’s muddled policy on Brexit », note de blog publiée sur le site de la London School of Economics, 14 janvier 2019, consulté le 24/02/2019.

[19] Ibid.

[20] Selon les chiffres de l’étude « Love Corbyn, Hate Brexit ? » du ESRC Party Members Project, menée du 17 au 21 décembre 2018, disponible en ligne : https://esrcpartymembersproject.org/2019/01/02/love-corbyn-hate-brexit/.

[21] KEAVENEY Paula, « What Labour’s Brexit motion means in practice », The Conversation, 24 septembre 2018, consulté le 24/02/2019.

[22] « A deliberate fudge ».

[23] TURNER Ed, BIRD Gemma, « Le parti travailliste et l’europe : une relation agitée », traduit de l’anglais par ESPOSITO Marie-Claud, Outre-Terre (n°49), 2016.

[24] SHAW Eric, « Labour’s political calculations : explaining the party’s muddled policy on Brexit », note de blog publiée sur le site de la London School of Economics, 14 janvier 2019, consulté le 24/02/2019.

[25] The Spectator, « Tony Benn on the 1975 referendum », 1975 https://blogs.spectator.co.uk/2016/05/a-lesson-from-the-1975-referendum/ , consulté le 24/02/2019.

[26] FREYSSINET Jacques, « Les syndicats et le Brexit », Chronique internationale de l’IRES n°158, 2017, p3-13.

[27] Selon le titre de l’ouvrage d’Anthony Giddens, Beyond Left and Right, Polity Press, 23 octobre 1994.

[28] TURNER Ed, BIRD Gemma, « Le parti travailliste et l’europe : une relation agitée », traduit de l’anglais par ESPOSITO Marie-Claud, Outre-Terre (n°49), 2016.

[29] Il songeait même à faire entrer le Royaume-Uni dans l’euro.

[30] FREYSSINET Jacques, « Les syndicats et le Brexit », Chronique internationale de l’IRES n°158, 2017, p3-13.

[31] AVRIL Emmanuelle, « The movementisation of the Labour Party and the future of labour organising », in AVRIL Emmanuelle et BELIARD Yann, Labour united and divided from the 1830s to the present, août 2018.

[32] 90% d’entre eux ont voté pour le maintien dans l’Union Européenne en 2016, selon une étude de Yougov : yougov.co.uk/news/2016/06/30/labour-members-corbyn-post-brexit/.

[33] DIXON Keith, « La Surprise du chef », Savoir/agir n°33, 2015, p 119-124.

[34] Ibid.

[35] Ibid.

[36] Ibid.

[37] Selon les données récoltées par @ElectionMapsUK sur le positionnement des députés par rapport au Brexit, disponibles en ligne : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1ktqCioirDDTRnnWd-1WHuA-7mvjuA5C3rTTrYpZ7mkA/edit#gid=0.

[38] Organisation créée en 1996 pour soutenir l’action de Tony Blair, disposant aussi d’un journal en ligne.

[39] Étude menée par YouGov sur commande du ESRC Party Members Project du 17 au 21 décembre 2018 sur 1034 membres du parti travailliste. Disponible en ligne : https://esrcpartymembersproject.org/2019/01/02/love-corbyn-hate-brexit/.

[40] Texte intégral disponible ici : LabourList, «  ‘Labour is ready to bring Leave and Remain voters together’ – Corbyn’s full speech on Brexit » https://labourlist.org/2019/01/labour-is-ready-to-bring-leave-and-remain-voters-together-corbyns-full-speech-on-brexit/, consulté le 24/02/19.

[41] WALTHERY Pierre, « Jeremy Corbyn et le Parti Travailliste : une drôle de paix », Mouvements n°87, 2017.

[42] The New European, « New poll finds 60% of the public backs People’s Vote », 15 janvier 2019, https://www.theneweuropean.co.uk/top-stories/polling-by-hope-not-hate-and-best-for-britain-on-brexit-and-peoples-vote-1-5852298 , consulté le 24/02/19.

[43] STEWART Heather, WALKER Peter, SYAL Rajeev, « Corbyn could face string of resignations if he backs « people’s vote » », 17 janvier 2019, https://www.theguardian.com/politics/2019/jan/17/corbyn-could-face-string-of-resignations-if-he-backs-peoples-vote, consulté le 24/02/19.

[44] SHAW Eric, « Labour’s political calculations : explaining the party’s muddled policy on Brexit », note de blog publiée sur le site de la London School of Economics, 14 janvier 2019, consulté le 24/02/19.

[45] Ibid.

[46] BUSH Stephen, « Parliament is back, but still can’t agree – and a no deal Brexit is looming », NewStatesman, 7 janvier 2019 https://www.newstatesman.com/politics/uk/2019/01/parliament-back-still-can-t-agree-and-no-deal-brexit-looming, consulté le 24/02/19.

[47] Principe selon lequel un député élu du parti doit repasser par le processus de sélection des candidats parlementaires à chaque nouvelle élection.

[48] DIXON Keith, « La Surprise du chef », Savoir/agir n°33, 2015, p 119-124.

[49] Terme utilisé lors de son discours à Bristol en 2015, texte intégral disponible sur https://labourlist.org/2015/11/we-want-to-see-this-democratic-revolution-extend-full-text-of-jeremy-corbyns-speech-to-south-west-conference/.

[50] AVRIL Emmanuelle, « The (Unintended) Consequences of New Labour : Party Leadership vs Party Management in the British Labour Party », Politics and Governance, 2016, New Approaches to Political Leadership, p.5-14

[51] MASON Paul, « Brexit is a failed project, Labour must oppose it », The Guardian, 11 décembre 2018, https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/dec/11/brexit-labour-second-referendum-vote-remain-paul-mason?fbclid=IwAR3hvhzfAfd-Ua_054Lwti8XMHk7nlALLNA5kMe_bpqRzdKHOCvTA1PHos4, consulté le 24/02/19.

[52] WEARMOUTH Rachel, « Labour shadow ministers Clive Lewis and Marsha de Cordova back second Brexit referendum », 14 janvier 2019, https://www.huffingtonpost.co.uk/entry/labour-shadow-ministers-clive-lewis-and-marsha-de-cordova-back-second-referendum_uk_5c3c97d0e4b0922a21d6e5e9, consulté le 24/02/19.

[53] YPI Lea, « The left wing case for a second referendum : Labour’s obligations to members », note de blog sur le site de la London School of Economics, 5 février 2019, consulté le 24/02/19.

[54] BBC, « Labour prepared to back new Brexit referendum », 26 février 2019, consulté le 26 février 2019.